Je découvre Barbara

Après quelques mois sans leçons de musique mon chapitre local de l’Alliance Française a offert un nouveau cours cet après-midi. Cette fois, on a discuté la musique de Barbara.

Je ne la connaissais pas, sauf que la chanteuse Barbara Pravi a adopté son nom « in homage » à elle. (C’est une expression en anglais qui veut dire « en hommage ». Quand je veux préciser, j’ai parfois besoin d’anglais.) Nous avons écouté trois chansons, « Dis, quand reviendras-tu ? », « L’aigle noir », et « Göttingen ».

Faut soupire. C’est toujours Paris. Je veux juste une fois écouter une chanson qui parle de l’amour à Aix-en-Provence ou Clermont-Ferrand. Est-ce que plus personne ne tombe amoureux dès qu’il commence à habiter dans une ville avec un trait d’union dans le nom ? C’est le message de trop de la musique française.

J’étais plutôt étonné par la relation entre les paroles et sa vraie vie. Elle chante :

Si tu ne comprends pas qu’il te faut revenir,

Je ferai de nous deux mes plus beaux souvenirs,

Je reprendrai la route, le monde m’émerveille,

J’irai me réchauffer à un autre soleil,

Je ne suis pas de celles qui meurent de chagrin,

Je n’ai pas la vertu des femmes de marins,

Paroles sur LyricsTranslate

Elle avait un petit ami, Hubert Ballay, qui s’est expatrié en Côte d’Ivoire, et elle a écrit cette chanson pour lui. Dès son retour en France, elle l’a quitté pour un autre homme !

Selon une citation de notre prof, Göttingen « a fait plus pour les relations franco-allemandes qu’un discours de de Gaulle ». (Voilà l’article derrière ce sentiment.) Et oui, je peux voir comment des paroles comme celles-ci auraient pu aider les allemands à se sentir moins gênés :

Quand ils ne savent rien nous dire

Ils restent là à nous sourire

Mais nous, nous les comprenons quand même

Les enfants blonds de Göttingen

Paroles

Mais c’était exactement l’idée des enfants blonds qui était le problème chez les Allemands ! D’une chanteuse d’origine juive, je trouve ce sentiment plutôt bizarre.

Je me suis enfin souvenu d’où j’avais entendu parler de L’aigle noir. C’est #4 des 1 000 chansons préférées des Français, un livre que j’ai mentionné au début du blog. Des trois chansons que j’ai écoutées aujourd’hui, c’était aussi ma préférée.

Je ne suis pas sûr toujours que penser de Barbara. Ses chansons sont plutôt tristes, mais elle a évidemment un grand talent. Avez-vous d’autres suggestions de quoi écouter de ses œuvres ?

Une réflexion au sujet de « Je découvre Barbara »

  1. passant

    Ce n’est pas de Barbara,mais avec Barbara. J’ai longtemps confondu.
    C’est à Brest au lieu de Paris, mais pas à Brest-Litvosk.
    C’est un peu une chanson d’amour, mais surtout pacifiste.
    Mais je la mentionne quand même. Si intéressé par la « Chanson », on peut decouvrir en suivant les auteurs compositeurs plutôt que les interprètes. Dans ce cas les textes de Prévert plutôt que Yves Montand.
    « Barbara » ( ajouter « Brest » dans le moteur de recherche).

    Aimé par 1 personne

    Répondre

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s