Archives pour la catégorie Uncategorized

Les mots les plus difficiles ?

J’ai trouvé un article de Topito aujourd’hui, intitulé « Top 10 des mots français les plus difficiles à prononcer pour les étrangers, on a une langue diabolique ». Il a déjà 4 ans, mais je l’ai trouvé grâce à un nouveau post sur Facebook. Je ne suis pas d’accord avec eux, mais j’ai pensé « C’est pas à moi de décider si je sais prononcer n’importe quel mot. C’est aux francophones. »

J’ai donc fait une petite vidéo où je dis les mots, puis les utilisent dans des phrases pour ne pas être un perroquet. À mon avis, « serrurerie » est probablement le pire de la collection, et « les gens » est le meilleur. Mais comme je vous ai dit, c’est pas à moi.

Si vous pensez que mes yeux regardent à la mauvaise place, vous avez raison. J’ai fait des cartes de repère, et elles sont restées juste en dessous du téléphone portable pendant que je tournais la vidéo. Je suis encore en train d’apprendre faire des vidéos !

Qu’est-ce que c’est qu’un « Vin de France » ?

L’année dernière, quand Facebook a commencé à me suggérer des choses en français, le tout premier était un comédien américain qui habite en France, Sebastian Marx. Un peu plus tard, j’ai trouvé un autre comédien bilingue, le britannique Paul Taylor. C’est dingue que je regarde des anglophones pour pratiquer mon français, non ? En tout cas, c’est grâce à M. Taylor que j’ai appris aujourd’hui des « Vins de France ».

Quelqu’un lui a donné une bouteille avec un nom amusant, au moins pour un anglophone. Voici la bouteille :

Il a écrit (en anglais) : « La cousine de ma mère. Ça ressemble plus à une insulte qu’à un vin. » Il dit ça parce qu’en anglais, il y a beaucoup de blagues puériles qui finissent par « Your Mom » (ta mère). Mais ce qui a attiré l’attention de ses lecteurs, c’était l’étiquette, qui dit « Vin de France ». Un commentaire : « L’appellation « vin de France » au lieu des cépages ou de la région annonce un beau mélange de tout ce qui est invendable. » Et un autre (traduit de l’anglais) : « « Vin de France » veut juste dire du vinaigre ».

Je comprends le scepticisme. Si j’allais vous donner un vin californien, il viendrait soit de Napa soit de Sonoma. Peut-être de San Luis Obispo. Mais on saurait ça de l’étiquette. « Vin de Californie » voudrait dire quelque chose comme ça :

©️Peter Vella

Ça dit en anglais « Bourgogne : Vin de table de Californie ». C’est 5 litres dans une boîte ! Les raisins peuvent venir de n’importe où, tant que le vin est fermenté ici. Si nous voulons dire qu’un vin californien est de grande qualité, il portera une appellation comme Rutherford ou Russian River, jamais « Vin de Californie ».

Il s’avère que c’est une nouvelle catégorie, de 2009, il reste donc moins connue. Cette catégorie remplace « vin de table », mais il ne veut pas dire seulement le pinard. Selon le lien :

Toute AOP et toute IGP possède son propre catalogue de cépages autorisés. Seule la culture de ces cépages dans l’aire géographique délimitée donne droit à l’AOC ou l’IGP. Si on cultive d’autres cépages, on se retrouve automatiquement estampillé « Vin de France »

On trouve des étiquettes dans cette catégorie qu’on ne trouverait jamais dans une AOC. Voici des exemples grâce aux commentateurs sous le post de M. Taylor :

Alors, si un Vin de France ne doit pas être quelque chose de basse qualité, pourquoi est-ce que les commentateurs pensent que c’est du vinaigre ou invendable ? Selon cet article en anglais, 74% du volume de Vins de France à été exporté en 2019. C’est en premier pour vendre à l’étranger, où le mot « France » tout seul en dira plus aux consommateurs que « Anjou-Coteaux-de-la-Loire » (pour en choisir un par hasard).

Je doute que j’achèterai des Vins de France pour le blog. Cette catégorie est contraire à mon but, d’explorer chaque lieu en détail. Mais je suis heureux d’avoir appris que les commentateurs ont eu tort — un Vin de France peut être très bien !

Un nouveau réseau social

Avez-vous entendu parler de Clubhouse ? C’est un nouveau réseau social où on parle au lieu d’écrire. On a besoin d’une invitation pour rejoindre. En février, un ami m’a invité à le rejoindre sur Clubhouse. J’étais curieux s’il y avait des francophones là-bas à l’époque, alors j’ai accepté. Et voilà, tous les «clubs» qu’on pouvait rejoindre le 21 février :

J’ai des histoires amusantes pour partager avec vous plus tard sur mes expériences chez les ivoiriens, mais ça suffit si je vous dis que j’ai rejoint le seul groupe où je serais le bienvenu.

Eh bien, deux mois plus tard, Clubhouse a complètement changé. En fait, c’est intéressant maintenant ! Au lieu de 4 groupes francophones, il y en a 99 (je les ai comptés). Il y a des groupes pour parler des startups, de la pâtisserie, de la politique, et beaucoup d’autres choses. Voici de nouveaux exemples :

Ce qui rend Clubhouse intéressant pour moi est qu’il y a des gens de partout dans le monde, alors, on se retrouve dans des situations presque comiques. Un jour, j’ai visité un groupe appelé «Je veux parler français» (ce n’est pas une traduction) où deux femmes japonaises à Tokyo parlaient avec une iranienne et une thaïlandaise sur les traditions du nouvel an iranien, tout en français. Je ne plaisante pas — voici des membres du groupe :

Si vous vous intéressez à rejoindre Clubhouse, je vous offrirai bientôt des invitations.

De quand vient votre prénom ?

Je participe souvent à un groupe de conversation le samedi après-midi ici, où il n’y a qu’un francophone natif. Ce week-end, il m’a demandé si je préfère qu’il prononce mon prénom à la façon française où l’américaine. Bien sûr, je lui ai dit «en français, s’il vous plaît». J’avais deux raisons — l’une sérieuse et l’autre amusante.

Quand j’étais au lycée et j’ai commencé à étudier l’espagnol, j’ai dû choisir un prénom espagnol. Je peux vous dire que c’est absolument impossible pour les hispanophones de prononcer soit mon prénom soit le quartier de mon enfance (Scripps Ranch). J’ai passé un mois en Espagne, et la mère de ma famille d’accueil est devenue obsédée avec tous les deux. Alors, j’ai passé une décennie sous le nom «Diego» en espagnol, et même si je ne l’utilise plus, si quelqu’un m’appelle Diego, je répondrai encore.

Alors, quand j’ai commencé avec le français, je pensais à adopter un surnom. Puis, j’ai découvert un site très intéressant, Politologue, et ça m’a convaincu que je n’avais pas besoin d’un nouveau prénom. Voilà :

Capture d’écran de Politologue

C’était un prénom presque tout inconnu en France au moment de ma naissance (1976), et j’ai un peu de peur qu’il est devenu plus populaire à cause de soit Justin Timberlake soit Justin Bieber. Mais j’ai surtout l’impression en regardant ce graphique que c’est un prénom un peu «vintage». Et je n’ai que de l’affection pour le passé, n’est-ce pas ?

Mais je vous ai dit que j’avais aussi une raison amusante pour garder mon prénom en français. J’ai enfin trouvé une langue où personne va se tromper ! En anglais, tout le monde m’appelle «Jason» ou «Dustin», deux prénoms avec des prononciations trop similaires au mien. Sauf pour quelques ans dans les 90s, j’ai appris grâce à Politologue qu’il n’y a pas de Jasons en France. Et la situation avec les Dustin est encore mieux — il n’y a que 115 dans tout le siècle dernier ! FINALEMENT ! Je m’en fiche si les voyelles changent, j’ai au moins mon propre prénom.

Bien sûr, quand je découvre un outil comme celui-ci, je pose des questions comme «Est-ce que mes amis ont des prénoms communs ?» et «Est-ce qu’on a raison aux États-Unis que tous les hommes français s’appellent soit Jean soit Jacques, et les femmes s’appellent toutes Marie ?» J’étais vraiment surpris que ni Jacques ni Jean est commun depuis les années 70s, et Marie même plus tôt. Ça explique pourquoi je ne connais personne avec ces prénoms !

J’avoue, je passe beaucoup trop de temps à Politologue. Vous avez les mêmes tendances que nous maintenant — les garçons sont tous des Liam, Lucas, et Noah, et les filles sont toutes des Emma et Mia. Mais vos plus vieux prénoms sont vraiment beaux, comme Aurélie ou Marius. J’espère que l’influence de la langue anglaise ne fait pas de mal à vos noms !

Ma connexion charentaise bizarre

Pendant que j’ai fait mes recherches pour mon post «Je découvre la Charente», j’ai trouvé que l’acteur Éric Laugérias vient de Cognac. J’ai pensé que son nom a eu l’air familier, mais j’ai vérifié sa filmographie, et j’étais sûr que je n’ai rien jamais vu. Alors, je ne l’ai pas inclus dans le post. Mais tout à coup, je me suis enfin souvenu !

Dans les années 90s, mon émission préféré était « The X-Files » (en France, «X-Files : Aux frontières du réel»). Il y avait un épisode avec l’acteur Burt Reynolds, appelé «Improbable» (c’est le même mot soit en français soit en anglais). Et cet épisode avait une bande sonore très inhabituelle — toutes les chansons sont venues d’un album par l’animateur français Karl Zéro ! L’album s’appelle «Songs for Cabriolets and otros tipos de vehiculos». À l’époque je suis devenu obsédé par une chanson italienne dans l’album, intitulée «Io mammate e tu». M. Zéro avait un autre chanteur avec lui quand il a enregistré la chanson — et ce chanteur était Éric Laugérias. Voici l’extrait de l’épisode avec la chanson :

Et voici la chanson entière :

Il y a une diction en anglais : « All roads lead to Rome, » ou «Tous les chemins mènent à Rome». Peut-être. Mais je dirais plutôt que tous mes chemins mènent à la France !

La Révolution dans les magasins

L’un des plus grands changements chez moi est que je suis devenu sensible quand n’importe qui se moque des Français ici. Mais chez nous, tout le monde est devenu hyper-sensible à tout, et c’est l’une de nos mauvaises qualités. Alors, quand j’ai récemment trouvé ce truc dans un magasin ici appelé «Sur La Table», j’avais des questions. Malgré le nom, le magasin vient des États-Unis. (En tant que n’importe quel truc en plastique, le produit vient de Chine.)

Je trouve que ça manque de bon goût. Mais j’avoue, la forme est utile et elle sert à couper les bagels.

Dans le même magasin, on trouve les produits Silpat, qui sont bien français. Quand je prends des photos avec mes tapis Silpat, je fait exprès de montrer qu’ils disent «Made in France», parce que je veux que tout le monde le voie. En France, ils sont emballés comme ça, sans slogan :

©️Sasa Demarle

Mais si vous visitez le site Silpat pour les États-Unis, c’est une longue série de blagues révolutionnaires :

Ça veut dire «Une Révolution Française de la Pâtisserie»
Les titres disent «La libération de la cuisine», puis «Liberté. Pâtisserie. Boulangerie.» Il faut imaginer que «Liberté» rime avec «Pâtisserie».

On voit la même chose avec la vodka. Voici le site d’une marque de vodka française appelée «Guillotine» :

Le titre dit «La coupe».

Je ne pouvais pas trouver une version de leur site en français, mais c’est au moins aussi vendue en France.

J’étais curieux si quiconque avait osé vendre un produit comme la «Bagel Guillotine» en France, alors je suis allé rechercher dans les sites de plusieurs magasins français.

Chez Carrefour, j’ai trouvé 6 produits, mais rien qui se moque de la Révolution. Celui-ci fonctionne à la même façon que la guillotine :

Capture d’écran du site Carrefour

Chez les Galléries Lafayette, 2 produits :

Capture d’écran du site Galléries Lafayette

On ne peut rechercher ni le site Aldi ni le site Lidl. (Pour info, ici Aldi est connu sous le nom «Trader Joe’s».) Finalement, chez Monoprix, aucun résultat :

Capture d’écran du site Monoprix

Je conclus de ces exemples que ce n’est pas un faux pas de mentionner la guillotine du tout, mais j’ai l’impression que c’est au moins inhabituel de voir des pubs comme celles de la vodka Guillotine en français. Aux États-Unis, il est impossible de dire si les publicités sont créées par des agences françaises ou américaines. Mais je crois que les pubs de Silpat en anglais ne seraient pas acceptables en France.

Y a-t-il une leçon dans toutes ces recherches ? Je ne pourrais pas le dire. Sinon, il est mon but de ne jamais rien faire comme les pubs de Silpat ici.

Un tour de mon petit paradis

Je viens de visiter mon fournisseur du beurre de Charentes-Poitou. Le magasin s’appelle Surfas Culinary District, et il est à Los Angeles. C’est un lieu plein de bonheur et de pauvreté. Pourquoi ? Je suis toujours heureux quand je suis là, mais je dépense toujours beaucoup d’argent pour des petits trucs !

Voici l’extérieur :

Vous pouvez voir que c’est vraiment pour les chefs professionnels :

Ils ont tous genres de produits français, surtout le chocolat et le sel. Pas trop de fromage, hélas. Mais une dizaine de sortes de beurre français !

Et voici mon panier. J’ai du beurre maintenant, mais aussi des nouveaux jouets ! Il y a du chocolat Valrhona, du gianduia, de la fleur de sel, et des moules à tartelettes. Pour info, le beurre coûte 5,60 $/250 gr. Nos meilleurs beurres locaux coûtent environ 5,00 $/250 gr, mais au supermarché, on dépensera environ 2,50 $ pour quelque chose de typique.

Je dois vous dire, le quartier n’est pas le meilleur. Il faut visiter au midi, et jamais la nuit.

J’ai conduit 120 km pour tout ça aujourd’hui — j’espère que ce beurre en vaut la peine !

Mon jour préféré

Je suppose que mon petit poisson d’avril n’a pas marché aussi bien que j’espérais. Mais maintenant je peux vous dire — l’un des plus intéressants jours de ma vie m’est arrivé il y a quelques mois, quand j’ai découvert que cette tradition est venue de France.

Il y a beaucoup d’années, j’étais blogueur dans mon métier de linguistique. Et l’une de mes traditions était toujours de faire une poisson d’avril pour ce blog-là. Alors, juste après avoir lancé celui-ci, j’ai recherché sur Google pour des traditions françaises, et j’ai lu cet article (en anglais). Il m’a dit :

  • Que la tradition existe depuis 1564
  • Qu’elle a commencé avec un grand changement de calendrier
  • Que le poisson était à cause du Carême
  • Qu’il y avait un poisson d’avril où La Tour Eiffel va être déplacée à Marne-la-Vallée, à Euro-Disney
  • Qu’il y en avait un autre où Homer Simpson annoncerait les trains SNCF

Heureusement, ce dernier n’aura jamais raison. Il n’y a que Simone Hérault qui annonce les trains SNCF, et ils ont assez d’enregistrements que sa mort ne sera pas problème. (Trouvez-vous ça bizarre, que la voix des trains m’intéresse ? C’est parce que je prenais ici tout le temps des trains pendant 10 ans. J’ai envie de voir les vôtres !)

En tout cas, je ne vous ai pas donné le même poisson que j’ai préparé pour mes amis sur Facebook. C’était peut-être trop cruel. Dommage, je vais quand même le partager !

Je me sens comme il n’y a plus d’apprendre avec les logiciels, alors cette semaine, j’ai commencé à suivre des cours de français avec un nouvelle prof. Elle s’appelle Aya, et elle a dit que je vais apprendre enfin à écrire comme un vrai français. Voici ma première rédaction avec son aide :

Cc es bjr, je suis Justin. Comment aller vu ? Je v1 de Californie, et G 44 1s. Ma prof ma dit k ma écriture été nulle — mes sa va s’améliorer. Tkt, je suis pas offensé. Keske cette le problème ? Se week-end, je dois bcp pratiqué, hein ? A+ !

Comme je vous ai dit, trop cruel !

Pourquoi je cuisine pour ce blog

La moitié de ce blog est consacrée à la cuisine française. C’est une passion depuis longtemps. Mais pendant la grande majorité de ma vie, c’était quelque chose à apprécier, à ne pas faire. Je dois aussi Duolingo pour ce changement dans ma vie.

Au début du mai dernier, j’ai écrit à mes amis sur Facebook que Duolingo m’a fait répéter «Je mange un croissant» une centaine de fois et que ça m’a donné envie de trouver un bon croissant (c’est CHER ici — environ 2,50€ le croissant dans n’importe quelle boulangerie !). Alors quand Duolingo a commencé à me faire répéter «Vous allez aimer mon gâteau au yaourt», j’ai décidé que j’ai dû enfin faire mon propre gâteau au yaourt. (En dehors de Duolingo, je n’avais jamais entendu parler de ce gâteau.) Je n’avais jamais aussi connu le yaourt français, mais heureusement, il y en a au moins une marque ici. Voici mon premier essaie de cuisiner à la française :

Je sais que ça semblera fou, mais c’était un autre coup de foudre ! La recette du gâteau est FACILE — comment est-ce qu’on ne connait pas ce gâteau ici ?

Deux semaines plus tard, j’ai demandé à mon nouveau groupe sur Facebook de me parler des plats de leur enfance. J’ai reçu beaucoup d’idées — et l’un des membres m’a donné un lien à la page de Cook and Record.

Alors, j’ai commencé avec quelques recettes que j’ai reçues du groupe. Voici mon far breton et ma flognarde de Limousin :

J’ai aussi appris à faire d’autres choses moins traditionnelles de Laurène. Je n’avais pas encore entendu parler de celui-ci quand j’ai vu la vidéo de Cook and Record :

Et j’ai fait des macarons pour la première fois grâce à elle. C’était un grand échec, mais ça m’a donné envie de m’améliorer :

J’ai fait plus d’une douzaine de lots de macarons pendant le mois de septembre. J’avais tout à coup besoin de les rendre parfaits. Mais il me manquait quelque chose. Plusieurs de mes nouveaux amis m’ont donné des idées de chez eux — mais il y a beaucoup plus de 3-4 départements ! C’est comment j’ai décidé que je devrais apprendre quelque chose sur chacun d’eux.

Un puzzle pour vous

J’ai vu cette blague sur un groupe Facebook :

Je comprends «coronatine» — c’est une référence à «chocolatine». Alors, j’ai demandé à quelques amis qui habitent en France ce qui veulent dire les deux autres noms. L’une parmi eux m’a dit que le pain au chocolat est aussi connu sous le nom «petit pain au chocolat», mais personne n’avait aucune idée d’où vient «virus coronné».

Alors, j’ai trouvé un article par un linguiste sur les noms du pain au chocolat — et je vais vous énerver quand je vous dis qu’aux États-Unis, on l’appelle «chocolate croissant» (en français «croissant au chocolat»). On peut voir comment nous les linguistes (au moins mes collègues, ce n’est pas ma spécialité) faisons des cartes pour montrer où les mots sont utilisés :

©️Mathieu Avanzi

En fait, il y a 6 expressions différentes pour ce truc — mais il n’y a rien comme «pain chocolaté» selon ce monsieur. Alors, je n’ai pas encore une solution pour la blague en haut de ce post.

Je vous recommande aussi un autre article par cet homme, qui parle plus sur le même sujet, mais aussi sur beaucoup d’autres choses, comme «œuf cuit dur» vs. «œuf dur» ou «brun» vs. «marron». Aux États-Unis, quand nous enseignons cette idée aux élèves, on utilise toujours l’exemple «soda» vs. «pop», comme ça — mais remarquez bien, plus on se rapproche l’état de Géorgie, plus on l’appelle «Coke», parce que Coca-Cola vient de la Géorgie !

©️ Joshua Katz