Où est le fondant ?

C’est encore le joli temps du dessin de la semaine. Je ne vais pas changer le nom, mais franchement, ce n’est jamais «le dessin». Cette fois, plus de virus et plus de vaccin. Je n’ai pas pu résister. Où je n’ai pas voulu. Vous me connaissez trop bien pour que je mens !

C’est le mille-feuille, mais où est le fondant ?
Tout le monde connaît quelqu’un comme ça !
Aux États-Unis, on punira seulement les deux

Je dois vous dire, il y avait aussi un titre DRÔLE — «Sans humour British». J’ai bien compris le calembour : sans/sens ! Je ne suis pas encore grand styliste en français, mais je trouve qu’ils partagent mon sens d’humour. De toutes mes découvertes cette année, cet abonnement est parmi mes préférées. Je souhaite que pourrais dire au jeune moi «Un jour, tu pourras lire ce journal» — mais en français pour ne pas ruiner la surprise !

Comme d’habitude, si vous avez aimé ces dessins, abonnez-vous !

Une réflexion au sujet de « Où est le fondant ? »

  1. Bernard Bel

    Les calembours du « Canard » sont peut-être la plus grande difficulté de la langue française ! Beaucoup font allusion à des événements ou des personnages d’un passé assez lointain pour que même les jeunes lecteurs français ne les comprennent pas…

    Aimé par 1 personne

    Répondre

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s