Archives pour la catégorie Recettes

Les crêpes Suzette

Ce soir, j’ai pris un autre cours de cuisine avec l’Alliance Française. J’ai peut-être la mauvaise poêle pour faire des crêpes, mais je crois que cette recette est bien réussie.

Les ingrédients pour les crêpes :

  • 85g de farine
  • ¼ c. à café de sel
  • 2 c. à soupe de sucre en poudre
  • 2 œufs
  • 245g de lait
  • 4 c. à soupe d’eau
  • 1 c. à soupe d’huile végétale
  • 2 c. à soupe de liqueur à l’orange ou de jus d’orange (facultatif)

Les instructions pour les crêpes :

  1. Dans un bol, mélanger la farine, le sel et le sucre.
  2. Faire un puit dans le centre et y déposer les œufs battus au préalable.
  3. Mélanger avec un fouet ou au robot.
  4. Doucement incorporer au mélange le lait, l’eau, et l’huile et mélanger jusqu’à l’obtention d’une pâte lisse sans grumeaux.
  5. Y ajouter la liqueur d’orange si désirée. — J’ai fait ça.
  6. Laisser reposer la pâte 20 à 30 minutes.
  7. Avant de faire les crêpes, si la pâte a épaissi, ajouter un peu de lait ou d’eau.
  8. Fare chauffer une poêle à crêpes à température moyenne/chaude (6 sur une plaque induction).
  9. Brosser la poêle avec de l’huile et y déposer une louche de pâte à crêpes (environ 2 large c. à soupe).
  10. Rapidement remuer la poêle pour que toute la pâte recouvre le fond de la poêle en une couche fine.
  11. Faire cuire environ 1 minute : soulever les côtés pour vérifier que la crêpe soit dorée.
  12. Avec une spatule, faire tourner la crêpe et laisser cuire 20-30 sec.
  13. Transférer la crêpe sur une assiette.

Les ingrédients pour la sauce :

  • 85g de beurre
  • 50g de sucre
  • Zest d’une orange
  • 160ml d’orange jus (2/3 cup)
  • 4 c. à soupe de liqueur à l’orange (facultatif)
  • Brandy pour flamber (facultatif)
  1. Faire fondre le beurre dans une poêle à température basse.
  2. Y ajouter le sucre, les zests de citron et d’orange, le jus d’orange et la liqueur d’orange si désirée. — Plus de liqueur pour moi; j’ai acheté le Cointreau juste pour ce cours.
  3. Faire chauffer pendant 5-10 minutes tout en mélangeant.
  4. Pour chaque crêpe, déposer la crêpe dans la sauce et s’assurer que la sauce recouvre la crêpe. Plier la crêpe en deux et encore en deux pour former un triangle.
  5. Déposer la crêpe dans une assiette ; y ajouter un peu de sauce, une tranche d’orange et le brandy enflammé si désiré. (Chauffer le brandy dans une casserole et l’enflammer dans la casserole avant de déposer sur la crêpe) — Je n’ai pas utilisé du brandy.

Mon dîner aveyronnais

Arrêtez n’importe quoi que vous êtes en train de faire. C’est moins important que de planifier votre prochain séjour en Aveyron. Autant que l’Ardèche et les Alpes-Maritimes, ils ont de la belle cuisine ! Voici les farçous et la flaune :

Les farçous sont une spécialité aveyronnaise aux épinards et aux lardons. La flaune est un cousin du flan pâtissier, mais plus simple et avec de la fleur d’oranger. Tous les deux sont DÉLICIEUX !

D’abord, nous allons faire les farçous. Je dois vous prévenir — il n’y a pas de mesures dans cette recette. C’est le genre de recette où Mamie sait déjà tout et la montre à ses petits-filles pour perpétuer la tradition. J’ai dû suivre les photos de cette recette, que je dois à l’Agence de Développement Touristique de l’Aveyron.

Les ingrédients, pour 5-6 farçous :

  • 2 œufs
  • Bouquet de persil
  • Pain (3-4 tranches environ)
  • Lait
  • Farine
  • Ail (2 ou 3 gousses)
  • Epinard (un saladier)
  • 100 g Lardons

Les instructions :

  1. Laver les épinards et le persil.
  2. Dans un saladier, mettre le pain avec du lait. Laisser reposer 2-3 minutes.
  3. Pendant que le pain repose, faire revenir les lardons à la poêle.
  4. Mixer le pain, les légumes et les lardons dans un robot multifonction
  5. Mettre la mélange dans un saladier. Ajouter les œufs et fouetter bien.
  6. Ajouter de l’ail, du poivre, et du sel selon vos goûts.
  7. Faire avec de la farine des petites boules, pour ensuite les disposer dans la poêle (quand un côté commence à dorer le retourner pour faire dorer l’autre). Les farçous dorerons très vite, donc faites attention !

La flaune est un dessert très délicieux. La recette ressemble un peu le flan pâtissier, mais c’est encore plus facile. Faites attention et ne remplissez pas trop votre tarte — la recette dit 40 minutes, mais j’en ai eu besoin de 60 pour tout cuire. Cette recette vient aussi de l’Agence de Développement. J’ai utilisé ma recette habituelle pour la pâte brisée au lieu de la sienne.

Les ingrédients pour la pâte brisée :

  • 100 g de beurre
  • 200 g de farine
  • 1 g de sel
  • 25 g de sucre en poudre
  • 1 jaune d’œuf
  • 50 ml d’eau

Les instructions pour la pâte brisée :

  1. Dans un saladier, mélanger bien la farine et le beurre. C’est vraiment important que la pâte est bien sablée.
  2. Ajouter le sel, le sucre, le jaune d’œuf et l’eau. Bien mélanger et ajouter un peu plus de farine si la pâte est trop collante.
  3. Former une jolie boule et réserver au frigo pendant deux heures.
  4. Étaler la pâte et la mettre dans un moule à tarte.

Les ingrédients pour la garniture :

  • 4 œufs
  • 200 g de sucre
  • 400 g de recuite
  • 25 cl de crème liquide
  • 2 cuillères à soupe de fleur d’oranger (la version originale dit 1 dl, mais j’ai cru que c’est trop, et j’étais heureux avec les résultats)

Les instructions pour la garniture :

  1. Mélangez au fouet et énergiquement les œufs avec le sucre. Ce mélange doit blanchir sous l’action du fouet.
  2. Ajoutez la recuite, la crème liquide et la fleur d’oranger. Mixez le tout et versez sur le fond de tarte.
  3. Cuire 45 minutes à 160°C.

Les macarons Saint-Valentin

Pendant ces derniers mois, j’ai beaucoup reçu d’inspiration de mes héros Laurène Lefèvre et Pierre Hermé. Je voulais faire une combinaison de leurs idées pour le jour de la Saint-Valentin, le macaron «Chloé» du livre des macarons de Pierre Hermé (appelé «Macaron»), et le macaron géant de Laurène. Tous les deux utilisent de la framboise, l’un avec du chocolat et l’autre avec de la vanille. Et voilà, mon macaron Saint-Valentin !

C’est une combinaison de la crème pâtissière, de la ganache au chocolat, et de la framboise fraîche. M. Hermé utilise de la framboise sèche dans sa recette, et M. Lefèvre de la framboise fraîche. Elle utilise aussi de la crème mousseline — c’est la même chose que la crème pâtissière mais avec du beurre.

Les ingrédients :

Pour les coques :

  • 120 g sucre en poudre
  • 120 g sucre glace
  • 120 g poudre d’amande
  • 100 g blancs d’œuf
  • Du gel colorant rouge

Pour la ganache :

  • 200 g chocolat noir
  • 20 cl crème liquide
  • 50 g beurre doux

Pour la crème pâtissière :

  • 4 œufs
  • 200 g sucre en poudre
  • 60 g maïzena
  • 1 gousse de vanille ou 1 cuillère à soupe de vanille liquide
  • 80 cl de lait

On a aussi besoin des framboises.

Les instructions :

Pour les coques :

  1. Mettre la poudre d’amande et le sucre glace dans un robot culinaire. Ça mélange les deux mais aussi rend plus fine la poudre d’amande. On peut tamiser les deux au lieu d’utiliser le robot.
  2. Mettre les blancs d’œuf dans un robot pâtissier, et les battre à grande vitesse. Ajouter le sucre en poudre pendant que les œufs sont en train de battre. Ajouter quelques gouttes du gel colorant. On doit obtenir un «bec d’oiseau» comme dans la photo au-dessous.
  3. Mélanger la poudre avec les œufs. On doit obtenir un ruban comme dans la photo au-dessous — la pâte devrait tomber de votre maryse.
  4. Placer la pâte dans une poche à douille et faire les coques sur une plaque de cuisson. Enfourner 15 minutes à 150 C.

Pour la ganache au chocolat :

  1. Mettre la crème dans une casserole sur un feu doux. Ajouter le chocolat et mélanger complètement.
  2. Ajouter le beurre. C’est VRAIMENT important à utiliser un feu doux sinon le beurre ne mélangera pas avec la crème et le chocolat et les résultats seront dégoûtants.
  3. Réserver la ganache au frigo pendant 2 heures.

Pour la crème pâtissière :

  1. Mettre les œufs dans le bol d’un robot pâtissier. Ajouter le sucre et mélanger jusqu’à la mélange blanche.
  2. Ajouter la maïzena et bien mélanger.
  3. Faire bouillir le lait dans un casserole avec la vanille. Renverser un peu du lait dans le bol du robot. Mélanger avec une maryse. Ajouter progressivement du lait.
  4. Remettre la mélange dans la casserole. Continue à faire bouillir et mélanger jusqu’à ce que la crème devienne bien épaisse. C’est prêt quand des bulles commence à apparaître.
  5. Mettre la crème dans une plaque de cuisson couvert avec du film de contact. Couvrir la crème avec plus de film de contact.
  6. Réserver au frigo pendant au moins 1 heure.

Montage :

  1. Détendre la crème dans un robot pâtissier.
  2. Mettre la crème et la ganache dans 2 poches à douille.
  3. Mettre de la crème sur une coque. Ajouter une framboise.
  4. Mettre de la ganache sur une autre coque.
  5. Placer l’une des coques sur l’autre.
  6. Réserver au frigo jusqu’au temps de servir.

Et vous pouvez voir — j’ai essayé de faire un macaron géant comme celui de Laurène :

Hélas, les coques se sont cassées. Mais je crois que les petits macarons sont de belles réussîtes !

La soupe à l’oignon

Connaissez-vous l’émission ancienne «Une famille en or» ? C’était une adaptation d’une émission américaine, « Family Feud » (et son host, Richard Dawson, était aussi le méchant dans le film «Running Man»). Si j’étais sur scène pour cette émission et la question était «Le plat français le plus connu aux États-Unis», je suis sûr que ma première réponse serait la soupe à l’oignon. (Puis ils me disaient que c’est le croissant, et je me plaindrais que le croissant n’est pas un plat, mais c’est une autre histoire.) Selon Keldelice, cette soupe n’est une spécialité d’aucun département. Je suppose qu’elle appartient à toute la France.

Ce soir, j’ai suivi un cours avec l’Alliance Française pour apprendre à préparer la soupe à l’oignon. (Je dois ajouter que le prof nous a demandé «Est-ce que vous avez fait des crêpes pour la Chandeleur ? Personne ? Justin ?» — ELLE SAIT.) Cette soupe n’est pas du tout difficile, mais vous avez besoin du bon bol pour la finir correctement. Voici la mienne — je suis sûr que vous comprendrez :

Le fromage n’est pas fondu, hélas. Sinon, je crois qu’elle est bien faite. À cause d’avoir fait partie d’un cours pour Américains, les mesures sont les nôtres. Je vais vous donner les instructions du cours, même si je ne pouvais pas utiliser le gril.

Les ingrédients :

  • 1 c. à soupe de beurre
  • 2 c. à soupe d’huile d’olive
  • 4 gros oignons (environ 1 1/2 lb), tranchés finement
  • 2-4 gousses d’ail, hachées finement
  • 1 c. à café de sucre
  • 1/2 c. à café de thym séché
  • 2 c. à soupe de farine
  • 1/2 tasse vin blanc sec (facultatif)
  • 8 tasses de bouillon de poulet ou de bœuf
  • 6-8 tranches épaisses de pain français, grillé
  • 1 gousse d’ail
  • 12 onces de gruyère ou de fromage suisse râpé

Les instructions :

  1.  Dans une grande casserole ou fait-tout, chauffer le beurre et l’huile à feu moyen-vif.
  2. Ajouter les oignons et cuire 10 à 12 minutes jusqu’à ce qu’ils soient ramollis et commencent à dorer.
  3.  Ajouter l’ail, le sucre et le thym et poursuivre la cuisson à feu moyen pour 30 à 35 minutes jusqu’à ce que les oignons soient bien dorés. Mélanger fréquemment.
  4. Saupoudrer la farine et remuer jusqu’à ce qu’elle soit bien mélangée.
  5.  Incorporer le vin blanc et le bouillon et porter à ébullition.
  6. Écrémer toute mousse qui remonte à la surface, puis réduire le feu et laisser mijoter doucement pendant 45 minutes. 
  7. Préchauffer le gril.
  8. Frotter chaque tranche de pain grillé avec la gousse d’ail.
  9.  Déposer six ou huit bols à soupe allant au four sur une plaque de cuisson et les remplir au 3/4 avec la soupe à l’oignon.
  10. Faire flotter un morceau de pain grillé dans chaque bol.
  11. Garnir de fromage râpé, en divisant uniformément.
  12. Griller environ 15 cm du feu pendant environ 3-4 minutes jusqu’à ce que le fromage commence à fondre et à bouillonner.

Mon dîner audois

Chers lecteurs, je sais que ce post est vraiment en retard. J’étais gravement malade pendant la semaine dernière, et je suis encore malade. Pas le virus; c’est quelque chose d’intestinal. Mais je peux enfin manger alors on continue. Pour ce dîner, j’ai choisi deux plats qui sont recommandés par l’Agence de Développement Touristique de l’Aude. Voici la tarte aux asperges et le clafoutis aux cerises :

On peut trouver ces plats dans plusieurs départements, mais les audois sont fiers de ces produits agricoles. Je ne peux pas trouver les produits avec la marque Pays Cathare aux États-Unis, mais l’un de mes buts ici est de suivre les idées des gens qui connaissent mieux leurs départements. Et j’ajouterai — le clafoutis en particulier, c’est une tuerie !

Avant de vous donner la recette de la tarte aux asperges, je dois avouer quelque chose. J’ai trop rempli la tarte, et je l’ai renversée en la mettant dans mon four. J’ai pensé à la refaire, mais alors que ce n’est pas aussi belle que je la voudrais, c’est par ailleurs bien fait. Donc, en premier, la tarte aux asperges.

Les ingrédients :

  • 750 grammes d’asperges vertes
  • 150 grammes d’emmental râpé
  • 3 œufs frais
  • 25 cl de crème fraîche
  • 20 grammes de beurre
  • Sel fin de cuisine, poivre noir
  • 1 pâte brisée OU
  • 200 grammes de farine
  • 100 grammes de beurre
  • 1 gramme de sel
  • 1 jaune d’œuf
  • 25 g de sucre en poudre
  • 50 ml d’eau

Les instructions :

  1. Si vous allez faire votre propre pâte brisée, mélanger la farine et 100 grammes de beurre dans un saladier. Sabler la pâte.
  2. Ajouter le sucre, le jaune d’œuf, le sel et l’eau et mélanger jusqu’à la pâte n’est plus gluante.
  3. Réserver au frigo pendant deux heures.
  4. Faire cuire les asperges vertes dans de l’eau bouillante salée pendant 20 minutes et les égoutter.
  5. Pendant la cuisson des asperges faites préchauffer votre four à 180°C ou thermostat 6.
  6. Réserver quelques asperges pour la décoration.
  7. Mixer les autres asperges. 
  8. Battre les œufs puis les incorporer dans la purée d’asperges.
  9. Ajouter la crème fraîche, le fromage râpé, sel et poivre.
  10. Etaler la pâte brisée dans un moule à tarte ; selon le choix de votre pâte penser à beurrer le plat.
  11. Garnir avec la préparation précédemment préparée.
  12. Placer les asperges réservées pour la décoration.
  13. Enfourner 35 minutes.
  14. Servir chaud ou tiède.

Et maintenant, le clafoutis. Je suis vraiment content avec ce dessert J’ai suivi exactement leur recette, sauf pour la levure, mais je suis pas d’accord avec deux de leurs astuces. Ils suggèrent de ne pas dénoyauter les cerises, et de mettre 100 grammes de sucre au fond du moule. C’est beaucoup de travail pour dénoyauter les cerises — j’ai eu besoin de 20 minutes pour le faire –mais je crois que vos invités préféraient garder leurs dents. Quant au sucre, il rend le fond un peu collante et difficile à démouler. Quant à la levure, ce n’était pas claire s’ils voulaient de la levure chimique ou de la levure de boulanger. J’ai vérifié une dizaine d’autres recettes, et je n’ai pas pu en trouver une autre avec de la levure, alors pas de levure dans la mienne.

Les ingrédients :

  • 1 kg de cerises 
  • 150 g de farine
  • 300 g de sucre
  • 5 œufs
  • 20 cl de lait (entier c’est mieux !)
  • 40 g de beurre

Les instructions :

  1. Laver les fruits et les dénoyauter.
  2. Verser la farine, les œufs, 200 g de sucre, la levure, le lait dans le bol du mixeur. 
  3. Bien mélanger.
  4. Beurrer un moule à manqué. Répartir sur son fond les 100 g restants de sucre (ou moins), les fruits, puis la préparation.
  5. Mettre au four et faire cuire 40 minutes (th. 6/180°). 
  6. A déguster tiède ou froid, selon votre goût.

Des crêpes pour Chandeleur

Aujourd’hui est Chandeleur, et la tradition française est de manger des crêpes pour la fête. Je voulais faire quelque chose un peu différent, et grâce à Alsa, j’ai trouvé exactement ça. Voici les pancakes soufflé :

Comme d’habitude, j’ai coupé la recette. Je dois ajouter que je ne suis pas du tout d’accord avec leurs instructions pour le temps de cuisson. Ils disent 3-5 minutes le côté. Ça a brûlé mes premiers, et dans la photo en haut, j’ai fait cuire les pancakes 1 minute le côté. Je les ai mangés avec du sirop d’érable, mais Alsa recommande une ganache au chocolat.

Les ingrédients :

Les instructions :

  1. Dans un saladier, délayez la fleur de maïs, la farine de blé, le sel et la Levure chimique . Ajoutez le sucre et le le sucre vanillé, faites un puits et mettez-y les oeufs ainsi que la moitié du lait pour obtenir une pâte homogène. Incorporez le reste du lait et le beurre fondu.
  2. Battez les blancs en neige dans un autre saladier puis les incorporez délicatement dans la pâte à pancake.
  3. Utilisez du papier sulfurisé pour former un anneau rond de 7cm (hauteur 2cm). — Au lieu de papier sulfurisé, j’ai utilisé un moule en forme de cœur. Il y a une vidéo dans leur page de recette, et ils utilisaient aussi un moule. On peut réutiliser cette recette pour Saint-Valentin !
  4. Graissez légèrement une poêle et chauffez-la à feu moyen. Placez l’anneau de papier ou le moule au milieu de la casserole.
  5. Versez une demi-louche de pâte dans l’anneau puis mettez un couvercle pendant 1 minute.
  6. Retourner le pancake doucement et faîtes cuire de l’autre côté encore 1 minute.

Deux desserts champenois

Quelle chance pour vous les lecteurs ! Je voulais faire quelque chose de plus avec le reste de mon chocolat Valrhona Manjari, mais ce n’est pas vraiment un dessert particulièrement aubois, alors j’ai fait deux desserts. J’espère que vous verrez qu’il y a beaucoup de choses qu’on peut faire avec du champagne. Oui, il y a aussi quelque chose en dessert avec du champagne et du fromage Chaource (la glace au Chaource et coco, page 49 dans le lien). OUBLIEZ-LE.

D’abord, pour nos amis chez Twitter et Facebook, les deux ensemble :

Notre premier dessert, le sabayon au champagne est un dessert aussi connu chez les italiens (appelé «zabaglione»), mais là-bas, ils utilisent leurs propres vins. Il n’y a rien de mal avec ça ! Mais pour faire un sabayon typiquement champenois, également de l’Aube et de la Marne, il faut utiliser du champagne. J’ai trouvé cette recette sur Keldelice, un bon site pour trouver les plats typiques, mais pas le meilleur site pour les instructions. Comme d’habitude, j’ai coupé la recette, mais celle-ci ne marchait pas quand tous les ingrédients étaient coupés par deux tiers. J’ai vérifié quelques recettes d’autre et ajouté plus de jaunes d’œuf. Je suis heureux avec les résultats.

Les ingrédients :

  • 4 jaunes d’œuf
  • 35 g sucre en poudre ou sucre semolina
  • 1/2 sachet de sucre vanillé
  • 13 cl de champagne
  • Des mûres ou des fruits rouges

Les instructions :

  1. Casser les œufs et mettre les jaunes dans un saladier.
  2. Verser le sucre et le sucre vanillé.
  3. Avec une cuiller en bois ou un fouet, travailler ce mélange jusqu’à ce qu’il devienne jaune pâle et mousseux, bien homogène.
  4. Poser le saladier dans une casserole plus grande à demi remplie d’eau et poser le tout sur le feu doux. Verser le champagne peu à peu sans cesser de remuer avec un fouet.
  5. Travailler le sabayon jusqu’à ce qu’il prenne une consistance onctueuse.
  6. Au bout de 8 à 10 minutes, retirer la casserole du feu et laisser tiédir ou refroidir complètement.
  7. Verser le sabayon dans des coupes, et servir aussitôt, tiède, ou après avoir fait refroidir au réfrigérateur. Décorer avec des fruits selon vos goûts.

Mais si vous préférez quelque chose au chocolat, nous avons aussi les truffes au chocolat. Je suis TRÈS heureux avec cette recette, mais j’ai quelques astuces qui ne sont pas d’accord avec la recette originale. Il est possible que je sois un peu trop prudent. En tout cas, la recette :

Les ingrédients :

  • 150 g chocolat noir
  • 6 cl de crème liquide entière
  • 30 g beurre doux
  • 8 cl champagne
  • 100 g chocolat noir
  • Du cacao en poudre non sucré

Les instructions :

  1. Hacher le chocolat (150 g) au couteau. — J’ai utilisé des fèves de Valrhona Manjari. C’était peut-être inutile de les couper, mais je l’ai fait quand même.
  2. Faire bouillir la crème avec le beurre, puis ajouter le champagne. Verser ensuite le tout sur le chocolat haché et attendre quelques minutes que le chocolat fonde.
  3. Mélanger ensuite doucement à la spatule pour ne pas incorporer d’air. Réserver la préparation au frais pendant 15 min. — J’ai trouvé qu’après 15 minutes, la ganache était encore trop liquide, et aussi après 40 minutes. Je l’ai laissé reposer pendant 3 heures.
  4. À l’aide d’une poche ou d’une cuillère, former des petits tas sur une feuille de papier sulfurisé, puis les refroidir. Les rouler ensuite dans la paume de la main pour leur donner une forme régulière. — Après cette étape, j’ai encore laissé reposer les balles dans le congélateur pendant 1/2 heure.
  5. Faire fondre le reste de chocolat au bain-marie ou au micro-ondes. — J’ai utilisé le micro-ondes. Le chocolat était un peu trop chaud. Laisser reposer
  6. Prendre un peu de chocolat fondu dans la paume de la main et en enrober les morceaux de ganache, puis les poser dans le cacao en poudre. — J’ai trouvé que ça marchait mieux après avoir laissé refroidir le chocolat fondu.
  7. Conserver au frais.

Mon dîner aubois

J’hésite à vous dire que j’ai fait la recette locale «Coquilles Saint-Jacques à la crème Chaource» parce que j’ai essayé, mais je ne pouvais pas trouver le bon fromage. J’étais prêt à conduire à San Diego — la même distance que Paris à Reims — si je pouvais trouver du fromage Chaource dans l’un de leurs magasins. Quand je vous dis que toutes les recettes auboises ont besoin de Chaource, je ne plaisante pas du tout. DU. TOUT. MÊME LES DESSERTS.

Mais je dois vous dire — je suis très heureux des résultats quand même. Voilà !

Qu’est-ce que c’est que ça ? Du champagne ? «Justin,» je vous entends, «est-ce une escroquerie ? Savez-vous qu’il n’y a pas de ‘champagne’ sauf de la bonne région de la France ? Que vos pinards pétillants de Californie ne sert à rien, au moins rien de champagne ? Et que presque tous les vrais champagnes aux États-Unis proviennent de la Marne, pas d’Aube ?»

BIEN SÛR ! Ne me prenez pas pour quelqu’un qui ne respecte pas les droits ! Voilà !

Oui, c’est du vrai champagne aubois, de la village d’Urville (124 habitants !). C’est une petite bouteille de 375 mL, et elle m’a coûté 25 $ (environ 21 €). Je ne pouvais trouver que deux marques de champagne aubois au États-Unis, et l’autre coûte 4x celle-ci. Je ne bois pas souvent parce que je n’ai personne ici sauf ma fille (10 ans), donc je ne voulais pas acheter trop de vin. Mais c’était important pour moi de faire tout ce que je peux pour vous présenter un dîner authentique.

Dis donc, Justin, allez-vous donner la recette à vos lecteurs ce siècle ? Bien sûr. D’abord, j’ai trouvé cette recette en vidéo sur Internet grâce à Aube en Champagne Tourisme. Voici leur vidéo dans un Tweet :

https://mobile.twitter.com/aubechampagne/status/1113147887901343744

C’est très simple, mais je vais vous donner aussi la recette en texte. J’ai utilisé du fromage Brie au lieu de Chaource, mais en France, vous pouvez trouver du Chaource dans n’importe quel Carrefour (j’ai vérifié). Une astuce : couper la croûte du fromage avant de l’utiliser. Comme d’habitude, mes quantités sont pour une personne.

Les ingrédients :

  • 2 gros carottes
  • 1 courgette
  • 50 g Chaource
  • 5 cl lait
  • 3-4 coquilles Saint-Jacques
  • De l’huile d’olive
  • Du sel
  • Du poivre

Les instructions :

  1. Rincer et couper les carottes et les courgettes en petits cubes. Mettez les légumes dans une casserole avec un peu d’huile et faites-les cuire. Réserver les légumes
  2. Couper le fromage en petits morceaux. Mettez les morceaux, le lait, et du poivre dans une poêle et laissez faire fondre sur un feu moyen. Mélanger et réserver.
  3. Mettre plus d’huile dans une poêle. Ajouter les coquilles Saint-Jacques, du sel et du poivre selon vos goûts. Faire cuire jusqu’à ce que les coquilles deviennent un peu bruns.
  4. Mettre les légumes dans un bol. Mettre la crème Chaource sur le pourtour des légumes. Mettre les coquilles en haut des légumes. Servez !

La Croustade de Couserans

On finit notre séjour en Ariège avec leur meilleur dessert, la croustade de Couserans. J’ai essayé cette recette deux fois, et j’ai fait une erreur la deuxième fois, mais elle était DÉLICIEUSE quand même. Il est possible que j’aime ce dessert le plus de tous mes desserts jusqu’à maintenant. Quand je parle parfois de la cuisine de la vraie France, celui-ci est ce que je veux dire. C’est rustique, authentique, pas trop compliqué — c’est un dessert pour le dîner en famille. Voilà :

Ce dessert est plein de poires et de pruneaux, tout caramélisé, entre deux feuilles de pâte feuilletée. Oui, c’est similaire à la galette des rois (et cette similarité est la cause de mon erreur). Je remercie l’Agence de Développement Touristique d’Ariège Pyrénées pour la recette originale. Cette fois, je n’ai pas changé la quantité. Mais après avoir fait la version originale, j’ai trouvé que la pâte feuilletée avec 3 œufs était trop molle. Donc j’ai décidé de refaire la recette avec la même recette de pâte feuilletée qu’on trouve dans ma galette des rois. Mais j’aurais dû réduire la température, et cette erreur a abouti à un dessert un peu brûlé. Je vais vous donner la recette avec ce changement.

Les ingrédients pour la pâte feuilletée :

  • 250 g de farine
  • 10 g de beurre fondu
  • 5 g sel
  • 125 g eau
  • 165 g de beurre doux

Les instructions pour la pâte feuilletée :

  1. Faire une fontaine avec la farine, ajouter le sel, le beurre fondu, et l’eau.
  2. Incorporer la farine et pétrir jusqu’à la bonne consistance. Faire une jolie boule avec la pâte, couper 2 fentes dans le boule avec un couteau, et laisser reposer au frigo pendant 30 minutes.
  3. Pendant que la pâte reste dans le frigo, faire un carré de papier sulfurisé (regarde les photos), et mettre le beurre deux dans le centre. Rouler le beurre jusqu’à obtenir un carré plat et mince.
  4. Faire un portefeuille avec la pâte, et le beurre dedans. Rouler la pâte jusqu’à c’est 3 fois plus longue que large. Plier comme les photos et le mettre au frigo pendant 30 minutes.
  5. Rouler et plier une deuxième fois. Remettre dans le frigo pendant 30 minutes.

Pendant que la pâte repose dans le frigo, faire la garniture.

Les ingrédients pour la garniture :

  • 100 g de sucre en poudre
  • 2 poires ou pommes
  • Des pruneaux
  • 1 sachet de sucre vanillé

Les instructions pour la garniture :

  1. Rinser et éplucher les poires ou pommes. Coupez-les en fines tranches.
  2. Mettre tous les ingrédients dans une grande poêle sur un feu moyen.
  3. Réduire le jus des fruits. Couper la feu quand les bulles disparaissent.

Montage et cuisson :

  1. Étaler la moitié de la pâte au rouleau, en tapisser le fond et les bords du moule beurré, sucrer, puis répartir les fruits et arroser avec leur jus.
  2. Étirer le reste de la pâte, souder les bords à l’eau, Dorer avec un œuf entier et couper des fentes. Sucrer largement.
  3. Cuire 30 minutes à four à 180 C.

Et oui, je ne cache rien, donc voici une photo après avoir sorti du four. Un peu trop cuit, mais encore délicieuse :

Mon dîner ariégeois

Après tant d’enthousiasme pour l’Ariège, je suis sûr que vous vous demandiez pourquoi cet article tarde à sortir. Franchement, je m’intéresse autant qu’avant à la cuisine ariégeoise, mais c’est la cuisine des grandes familles ou des fêtes. Beaucoup de leurs recettes ont besoin de 3-4 sortes de viandes différentes, comme celle-ci (canard confit, couenne, jambon) ou celle-là (idem). C’est beaucoup trop pour quelqu’un qui habite tout seul. Après avoir beaucoup réfléchi, j’ai décidé de faire une soupe, l’aïgo bullido.

Je partage toujours mes efforts, même quand ils ne marchent pas trop bien. Et celui-ci n’est pas un grand succès. Je l’ai fait deux fois, parce que ce n’est pas trop compliqué, mais cette soupe n’a pas réussi. Les photos sur Internet ressemblent à une vichyssoise, mais sans crème ni lait, je n’ai aucune idée comment c’est possible.

On peut voir que le pain flotte, et le blanc d’œuf est cuit au lieu de mélanger avec la soupe. Cette soupe reste trop liquide. La première fois, j’ai suivi les instructions de cette recette (coupé en deux) exactement. La deuxième fois, j’ai fait bouillir l’eau jusqu’à ce qu’elle soit réduite à la moitié de son volume d’origine, avant de couper le feu. Ce n’était pas suffisant. C’est toujours mon but de vous présenter chaque département à son meilleur, et la faute reste la mienne, mais je ne vous mentirai pas quand ça m’arrive. Comme d’habitude, je vous donne la recette selon mes quantités.

Les ingrédients :

  • 75 cl d’eau, 
  • 5cl d’huile d’olive
  • sel et poivre
  • 3 gousses d’ail
  • 1 oeufs
  • pain de campagne rassis

Les instructions :

  1. Dans l’eau salée et poivrée, portée à ébullition, mettre l’ail émincé et laisser bouillir 20 minutes à petit feu.
  2. Casser les oeufs en jetant le blanc dans le bouillon et en mettant les jaunes dans un bol. Laisser cuire encore 10 minutes.
  3. Monter les jaunes avec l’huile et mélanger hors du feu avec le bouillon.
  4. Disposer dans une soupière les tranches de pain, verser par dessus le bouillon et servir sans plus tarder.