Archives pour la catégorie Livres

Claire, le prénom de la honte

En avril, quelques jours après avoir acheté L’Appel d’Am-Heh, j’ai fait un deuxième achat. Je ne me souviens pas du tout de comment je l’ai trouvé, mais je me souviens bien d’avoir ressenti que je devais lire ce livre. Puis je l’ai mis à côté car j’avais déjà mes devoirs. Mais aujourd’hui on parle d’un livre qui me parle comme rien d’autre, Claire, le prénom de la honte par Claire Koç.

Ce livre est deux contes dans une histoire. Un conte est le drapeau que je hisserais sur ce blog, la chanson d’amour à la France. Le premier chapitre m’a fait sangloter. C’est beau, c’est courageux, et elle a dû lutter pour n’être que Française. ([Vous voulez aussi être Française ? C’est quand la chirurgie ? — M. Descarottes]) Quant au dernier chapitre, c’est rien d’autre que La Marseillaise moderne. L’autre conte est plus inquiétant. Elle s’est échappée de nombreuses cruautés infligées à sa famille par le gouvernement turc, mais aussi celles de son ancienne communauté immigrante* contre elle, et ses solutions reflètent son désir de ne plus jamais souffrir de cette façon. Ce conte est rempli d’expériences douloureuses et dures à lire. Mais je me suis colleté avec ce livre car il est étonnant à quel point nous sommes la même personne.

*(Elle le considèrerait un faux pas, de dire qu’elle reste immigrante. Elle est naturalisée donc 100 % Française. Je suis heureux de suivre son exemple.)

Son histoire commence avec ce qui est censé être insulte, mais qui est à mon avis le plus grand compliment possible, « Tout en toi pue la France », la reproche de sa famille d’immigrants turcs. Que l’on me dise une telle chose ! (Sauf pour cette partie. C’est à vous.) Mais pour elle, qui vient d’une culture musulmane, c’est une menace. Sa famille habitait à l’époque à Strasbourg, mais n’avait pas le moindre intérêt à s’intégrer. Et chez les musulmans, c’est un risque très grave pour une femme de désobéir aux souhaits de ses parents masculins.

Je dois vous dire que bien que je vibre avec son premier chapitre, où elle parle de sa naturalisation, elle a fait plusieurs choix imprudents. Un exemple :

Dans le formulaire, on me proposa de choisir un nouveau prénom. J’inscrivis Claire, instinctivement.

Chapitre 1

C’est pas le choix de Claire. Tant qu’elle choisit un prénom qui comporte avec la loi de 1803, c’est son affaire. Je plaisante, bien sûr. C’est plutôt le mot « instinctivement ». Elle a changé son prénom sans rien dire à personne avant. Pas surprenant que sa famille serait choquée, même s’ils avaient soutenu l’idée. (J’avoue que ça ne serait pas arrivé en tout cas.) Elle ne leur a pas dit qu’elle allait se faire naturaliser non plus. Son père n’était pas content :

Non, mais tu m’as pas demandé mon avis ? s’emballa mon père dont le regard oscillait entre la haine et le dégoût – jamais je n’avais vu dans ses yeux une expression aussi agressive. Et la prochaine étape, c’est quoi ? Nous ramener un mari français ? Te convertir ?

Chapitre 2

Ses amis n’étaient pas mieux :

« Je suis sûre qu’ils t’ont obligée à chanter leur “Marseillaise” à cette cérémonie… Nan mais franchement… C’est dégueulasse, ce chant est si violent ! » conclurent mes deux amis journalistes présents.

Chapitre 2

J’ai envie de montrer quelque chose à ses amis.

Les prochains chapitres suivent le même thème encore et encore en racontant son chemin difficile. Je reconnais ses tendances, autant parce qu’elles décrivent également l’histoire de ma famille aux États-Unis que l’histoire de ce blog, alors je ferai le bilan puis donner quelques exemples. Elle aime la France comme on aime un époux ; être Française est son désir le plus puissant, et elle est prête à faire tout et n’importe quoi pour la défendre. Ayant vécu une rupture traumatique avec ses origines, elle est sensible aux critiques de la France de n’importe où, mais surtout à la part des immigrants qui méprisent leur pays adopté, car elle est reconnaissante. Elle prie pour le jour où elle se sentira acceptée, et n’entendra plus jamais « Mais d’où venez-vous vraiment ? » Le seul truc qui peut se faire fâcher autant que les immigrants ingrats sont les autochtones qui ne ressentent pas au même point l’amour de la Patrie.

Ça vous rappelle quelqu’un ? Où nous sommes différents, c’est qu’elle a tendance de voir les États-Unis comme une source majeure des problèmes, quand je dirais plutôt que l’on partage le même combat. ([Aussi qu’elle est assez belle pour se mettre sur la couverture de son livre. Vous êtes toute autre chose. — M. Descarottes])

La polémique d’être « français de souche » ou « français de papier » est un bon exemple de son thèse. En parlant de la polémique entre Rokhaya Diallo et Nadine Morano, elle défend fortement l’idée que l’on peut y être né, mais sans avoir l’esprit patriotique. Dans cet esprit, elle dit :

Je préfère revêtir l’habit de mauvaise immigrée qui aime la France que celui de la bonne Française qui crache sur son pays.

Chapitre 3

Mais elle a parfois du mal à voir que la même situation tient ailleurs, même si le vocabulaire n’est pas le même. Elle dit :

Le Turc, l’Algérien ou l’Américain hissent leurs drapeaux et n’ont pas honte de leurs couleurs. Pourquoi la France serait-elle la seule nation à renoncer à son héritage et ses élans patriotiques si précieux pour se forger un avenir commun ?

Chapitre 3

J’aurais bien aimé vivre dans ces États-Unis-là ! Ce livre a été publié en 2021, alors qu’il était déjà devenu à la mode de mépriser le drapeau. Plus tard, elle écrit :

Les États-Unis ont fait de la société multiculturelle la solution sine qua non, celle vers laquelle le monde entier devrait tendre.

Chapitre 4

Mais c’est exactement le combat entre les états dits « rouges » et « bleus » ! (Et en fait, elle le comprend très bien ; on y reviendra.) C’est certainement le sentiment de nos élites, qui le trouve utile d’avoir une multitude de petits groupes qui pourraient être achetés avec leurs propres programmes. N’imaginez pas que je parle d’un seul parti. À chaque présidentielle, les deux partis organisent des groupes comme Latinos for Obama ou Asian-Americans for Trump. C’est entièrement contre l’idée des Pères fondateurs, selon laquelle nous ne sommes tous qu’américains.

Je lui dirais que mes propres ancêtres ont fait le même choix qu’elle — n’être qu’américain, pas plus russe ni polonais. Il y a plein de « américains de souche » qui méprisent leur propre pays encore plus que les « bien-pensants » à l’étranger. Je reconnais donc aussi cette plainte :

Plutôt que de se sentir pleinement Français, certains vont jusqu’à brandir des échéanciers de couleur ou ausculter leur arbre généalogique pour espérer trouver un milligramme de sang étranger provenant de leurs aïeux. La France semble être le seul pays du monde où le manque d’appartenance est aussi prégnant.

Chapitre 8

Il y a de nombreux scandales aux États-Unis pendant ces dernières années où on veut se faire passer pour un membre d’un groupe minoritaire, car on aperçoit qu’il y aura des bienfaits (voilà, voilà et même une sénatrice). Il y a aussi plusieurs entreprises qui offrent des tests génétiques (voilà et voilà) pour découvrir « qui vous êtes vraiment ». La France n’est pas le seul pays du monde où se trouve cette obsession.

Au cas où on trouverait sa passion trop forte, Mme Koç nous explique que c’est une question de sécurité, de survie. Elle se plaint — avec raison — des règles importées de l’étranger qui limitent les droits de femmes de façon hypocrite :

C’est ainsi que mes parents vont me bannir quelques années plus tard lorsque je leur annoncerai que je compte épouser une personne qui, dans leur logique, est « un sale chrétien doublé d’un sale Français »…En revanche, les hommes de la famille peuvent vivre en concubinage avec des catholiques ou des protestantes sans risquer de se faire rejeter.

Chapitre 3

Il n’y a pas besoin de multiplier les exemples — elle parle aussi de ses collègues et leur club, la « Maghreb Connexion », et de ses amis bien-pensants qui ne comprennent pas sa reconnaissance vers la France. Il suffit de dire que Mme Koç dirait que dans la mesure où les associations d’aide ou bien le gouvernement essayent de maintenir un cadre d’être étranger autour des immigrants, ils ne leur rendent pas l’aide dont ils ont vraiment besoin. Ce dont elle avait besoin, c’était certainement de s’échapper. On pourrait dire exactement les mêmes choses en parlant des États-Unis, avec nos cérémonies de remise des diplômes séparés par race (voilà et voilà) — choisies volontairement par leur communautés, pas par la force de la loi.

Vers la fin, son huitième chapitre explique tout ce que je souhaite que les Français comprennent sur les États-Unis, en faisant des comparaisons entre les deux pays. Malgré mon impression au début qu’elle ne voyait pas toujours les détails, dans ce chapitre elle parle mieux de nos problèmes que peut-être n’importe quel autre Français que j’ai lu, sauf Anne-Élisabeth Moutet et Jean-François Revel. Elle voit une tendance dans les deux pays de mépriser son propre pays, pour laquelle elle blâme les « bien-pensants adeptes de l’autoflagellation ». Et ce mépris prend souvent la forme d’autoflagellation selon la couleur de sa peau. C’est la maladie qui a mis le feu aux États-Unis.

Je me compte chanceux de ne pas avoir vécu toute son histoire — c’est pas une critique, j’admire sa détermination ! Mais en lisant ce livre, j’avais l’impression de lire l’histoire de mes propres pensées. Quand je tourne les yeux vers la France, c’est parce qu’au fond je reste l’arrière-petit-fils des ancêtres qui cherchaient exactement la même chose qu’elle.

Mon livre des partisans

Le week-end dernier, j’étais chez mes parents pour retrouver quelques affaires. Saviez-vous que j’ai grandi à côté de la Loire ? C’est vrai, et j’ai pris une photo pour vous montrer !

Bon, c’est plutôt l’Avenue Loire. En fait, toutes les rues de mon ancien quartier sont nommées pour soit des vins soit des régions françaises. Le quartier est appelé « Wine Country » (Pays du vin). Profitez de dire le nom en bas, « Scripps Ranch » !

Mais cette fois-ci, j’ai trouvé quelque chose de complètement inattendu, mon trésor le plus précieux en tant qu’enfant. C’est un livre intitulé « Secret Armies » (Armées secrètes), et il s’adresse aux enfants d’environ 10 ans. Il s’agit d’une histoire des partisans dans les pays occupés, surtout lequel ? La Norvège ? Qui lisez-vous en ce moment ? On parle de la France ! Ça fait un beau 25 ans depuis la dernière fois où j’ai vu ce livre, et je le croyais perdu.

J’ai relu ce livre avec de nouveaux yeux. Des photos qui n’avait aucun sens pour moi sont devenues vivantes. Commençons juste après la page de la Blitzkrieg, avec le début de l’Occupation :

Dix ans, j’ai rien compris — seulement que c’était un journal résistant, selon la légende. Maintenant, je peux tout lire, dont le message du général de Gaulle :

À TOUS LES FRANÇAIS

La France a perdu une bataille ! Mais la France n’a pas perdu la guerre ! Des gouvernants de rencontre ont pu capituler, cédant à la panique, oubliant l’honneur, livrant le pays à la servitude. Cependant, RIEN N’EST PERDU !

Rien n’est perdu, parce que cette guerre est une guerre mondiale. Dans l’univers libre, des forces immenses n’ont pas encore donné. Un jour ces forces écraseront l’ennemi. Il faut que la France, ce jour-là, soit présente à la victoire. Alors elle retrouvera sa liberté et sa grandeur. Tel est mon but, mon seul but !

Voilà pourquoi je convie tous les Français, où qu’ils se trouvent, à s’unir à moi dans l’action, dans le sacrifice et dans l’espérance. Notre Patrie est en péril de mort. Luttons tous pour la sauver. VIVE LA FRANCE !

Charles de Gaulle

Il y a des affiches que je connaissais seulement comme propagande, sans les comprendre.

L’affiche en bas, c’est à vomir : « En travaillant en Allemagne, tu seras l’Ambassadeur de la Qualité Française. » La légende dit seulement que l’affiche « encourageait les gens à aller travailler en Allemagne ».

Je ne m’en souvenais pas, mais j’avais lu à l’époque l’histoire vraie derrière Le mur de l’Atlantique. Il y avait vraiment un peintre, René Duchez, qui a trouvé les plans dans un bureau nazi. C’est tout là, à droite :

Voici des partisans français, en train d’apprendre à utiliser des pistolets-mitrailleurs Sten :

Et en face, la première fois où j’ai entendu parler de Jean Moulin :

Souvenez-vous de la fois où on a visité l’usine Peugeot dans le Doubs ? Dix ans, je ne connaissais pas Montbéliard non plus. Maintenant, je lis l’histoire de Harry Rée, qui a convaincu le directeur de le laisser saboter l’usine, et elle me parle encore plus.

Voilà une feuille de codes secrets utilisé par l’espion Yvonne Cormeau. On penserait avec un tel nom qu’elle était française, mais en fait, elle était britannique, la fille d’un père belge et une mère écossaise. Après le mort de son mari pendant le bombardement de Londres, elle est devenue espion en Gironde, puis partout au Sud de France.

En face, la plus grande héroïne de mon enfance, après Jeanne d’Arc, Marie-Madeleine Fourcade, avec ses nombreux déguisements et fausses identités :

J’avais bien oublié que ce livre a marqué la première fois où j’ai entendu les noms Vercors et Oradour-sur-Glane, mais les deux sont là :

Le livre finit avec la libération de la France. Des autres pays sont mentionnés, mais c’est la libération de Paris qui gagne la grande majorité de l’espace. (Toujours Paris avec ces gens !) On voit les Forces françaises de l’intérieur, l’arrivée du général de Gaulle, et de la propagande soviétique, qui ne donne pas de crédit aux FFI.

C’est un petit miracle. Je voulais tellement partager ce livre avec vous tous pendant les deux dernières années. Adulte, je vais finalement vivre le plus grand rêve que ce livre m’a donné. Je vous ai laissé un nouvel indice ailleurs sur le blog.

À table avec Louis de Funès

Au début de mes vacances, France Inter m’a envoyé l’ultime tentative à troller. Si on le lit rapidement dans un aéroport en attendant Godot un avion avec plusieurs heures de retard, on pourrait cliquer sans remarquer que c’était une rediffusion d’un émission en septembre 2020. Ce dernier lien promettait un entretien avec une autrice, Claire Dixsaut, décrite comme ça :

Claire Dixsaut est l’auteur de À table avec Louis de Funès, 60 recettes bien de chez nous.

N’ayant eu aucune idée de son identité, je pensais qu’elle était peut-être une relation de M. de Funès — « chez nous » m’a donné cette idée-là. Alors, je cherchais le livre, et voilà — c’était pas disponible chez FNAC, et chez Amazon.fr non plus. En fait, ce livre a sorti en 2011 ! Mais j’ai réussi à trouver la dernière copie d’occasion chez Amazon — d’ici. Je suis également surpris que vous.

Voici la couverture :

Malgré l’âge, la police de caractères a plutôt l’air des années 1960s ou 1970s, non ? C’est le bon choix vu ses films de l’époque qui parlent de la nourriture : Le Grand Restaurant, Les Grandes Vacances, L’Aile ou la cuisse, Le Tatoué.

Juste à l’intérieur, j’ai trouvé une dédicace. Ça me rend un peu triste, car je ne peux croire que personne vendrait un tel cadeau aussi vite (moins de 11 ans). Quelque chose d’horrible a dû arriver au premier propriétaire :

Au fait, puis-je vous dire que j’adore votre écriture à la main ? Il me semble que tous les Français, quoi qu’ils fassent, ont l’écriture parfaite. C’est dingue — saviez-vous que l’un de nos anciens ministres faisait passer quelques cercles pour sa signature ?

Alors, qu’est-ce que l’on trouve au-dedans ? Ce ne sont pas de recettes de la maison de Funès — ce sont en fait des recettes de films ! J’ai hâte d’ajouter qu’il n’y a pas de suggestion que ces recettes elles-mêmes étaient préparées pour le tournage de leurs films respectifs. Mais quand le titre parle de recettes « bien de chez nous », c’est-à-dire — largement — des recettes françaises authentiques. Dois-je vraiment vous dire que celle-ci vient du Gendarme à New York ? Et qu’est-ce qui s’est passé dans le film ?

Il y a la recette la plus importante de la filmographie de Louis de Funès. Les quantités ont bien changé, mais vous la connaissez par cœur : « 1 kilogramme kartoffeln, 1 litre milch, drei eier, neunzig gramm butter, salz, und…UND ! MUSKATNUSS ! MUSKATNUSS, HERR MULLER ! » (Attendez le balado, hihihi.) Si je rencontre un jour un allemand appelé Muller, vous savez ce qui arrivera. J’espère que la police sera gentille avec moi.

Certaines choses ne sont qu’inspirées par les films. Par exemple, dans « Ni vu ni connu », le personnage de Blaireau pêche les écrevisses, mais personne ne les prépare sur l’écran. Alors les écrevisses « bricoleuses » sont jolies, mais pas vraiment du film :

Dans L’Aile ou la cuisse, Gérard Duchemin remarque que le bœuf n’a que le goût de bœuf. Moi, je trouve ce plat plus marrant qu’intéressant — devrait-il avoir le goût de poisson ?

Je vous ai dit que les plats sont largement français. Quelques exceptions sont des plats japonais à cause de soit La Zizanie soit L’Aile ou la cuisse. Mais il faut que je mentionne celui-ci, des Grandes Vacances. Franchement, je ne sais pas qui veut ça :

Mais je dois ajouter que ce film vous trompe au sujet de viande « à la chantilly à la menthe ». Ce qu’on voit aux Grandes Vacances est dégoûtant — mais on ne mélange JAMAIS la chantilly avec la menthe. Ce que vous trouverez sûrement, jamais en même temps, c’est la chantilly au raifort, et la confiture de pommes à la menthe. Cette dernière est vraiment pour le mouton, et la chantilly au raifort, c’est pour le bœuf. Si vous allez chez Lawry’s à Beverly Hills, où ils ne servaient QUE du rosbif jusqu’environ 10 ans (depuis 1938), je vous promets que l’expérience ne serait pas du tout mauvaise. (Personne ne vous jettera le mauvais œil si vous sautez la chantilly, sérieusement.) Je vous aurais recommandé le restaurant St. James chez Fortnum & Mason, à Londres, mais il est devenu juste un salon de thé. (Allez là-bas quand même.)

Revenons à nos moutons, au moins ceux préparés à la française. L’autrice, Mme Dixsaut, est en même temps très bien qualifiée pour écrire ce livre et pas le meilleur choix. Elle est scénariste professionnelle, et sa connaissance des films est exceptionnelle. Elle a sorti plusieurs tels livres de recettes, comme un livre de James Bond, un sur les Tontons flingueurs, et un sur la mafia, version américaine. Il y en a d’autres, et pendant une période de 6 ans, autant de livres de recettes sont parus. C’est plutôt rapide pour développer autant de recettes. Vous ne trouveriez jamais sa recette de croissants signée par moi :

Je dois ajouter que les instructions pour la pâte levée feuilletée seraient trop longues vu que toutes les recettes tiennent sur une page pour chacune. Mais je sais que vous êtes d’accord, ce n’est pas la recette d’un Duchemin.

Je vous recommande ce livre en tant qu’œuvre d’histoire et pour susciter des remarques. Pour le cuisinier à la maison, il y en a de meilleurs. Mais pour le fan de Louis de Funès, c’est un excellent choix.

Ciel ! Blake !, Sky ! Mortimer !

J’ai fait une jolie boulette cette semaine.

Je me suis acheté le meilleur cadeau qu’un ami francophone aurait pu me donner. C’était pas mon intention. Dans un groupe Facebook bilingue, Everything French, j’ai vu la couverture de ce livre, « Ciel ! Blake !, Sky ! Mortimer ! » , et je me suis dit « Sky ! Mortimer ! n’a aucun sens en anglais — je dois en savoir plus ! Et franchement, ciel veut dire quoi ici ? » (J’ai ma réponse à cette dernière maintenant.) Je l’ai donc commandé de la FNAC (avec quelques films car il ne faut jamais rater l’opportunité).

Pour être clair, ce sont les deux couvertures d’un seul livre. Les deux moitiés du livre font la même chose, mais dans des sens opposés. Et c’est quoi qu’ils font ? Je laisserai l’auteur, M. Jean-Loup Chiflet, l’expliquer.

Même sa signature fait partie de la blague — « John Wolf Whistle » est une traduction littérale de « Jean-Loup Chiflet », et « wolf whistle » en particulier veut dire un genre de draguer plutôt agressif (voilà la version Looney Tunes).

« Sky ! Mortimer ! » est donc la partie du livre de laquelle même un francophone monolingue peut profiter. Chaque entrée commence avec une expression idiomatique en anglais, et est suivie par son équivalent en français. Les deux sont accompagnées par un dessin de Blake et Mortimer avec une traduction hyper-littérale de l’anglais utilisée comme dialogue. Voilà des exemples

En ce cas, il y a en fait une version exacte de l’expression française en anglais — « Strike while the iron is hot. »

Celui-ci est un exemple de comment la méthode du livre tourne plus vers l’humour que la vérité. L’expression anglaise est en fait plus proche à la française que l’exemple. « Chips » est certainement le mot en anglais britannique pour les frites, mais c’est aussi le mot — aux deux côtés de l’Atlantique — pour les jetons de poker.

Jetons de poker, ou « chips », Photo par Qz10, Domaine public

« Ciel ! Blake ! » fait la même chose, mais si vous ne comprenez pas l’anglais, les traductions dans les dessins n’auront aucun sens, humoristique ou autrement. Voici un exemple que je ne peux pas résister :

Un journal est apparemment un canard. On dirait en anglais que mon monde est bouleversé. Peut-être mon Le Monde en plus.

Je n’ai pas de plaintes, mais il y a certaines expressions où je dirais qu’il existe de meilleurs choix. Par exemple, « I’m on cloud nine » est donné l’expression équivalente « Je suis au septième ciel » et la traduction littérale « Je suis sur le neuvième nuage ». Ces choix sont tous les deux corrects, mais on dit aussi en anglais « seventh Heaven, » la traduction littérale du « septième ciel ». Au fait, les italiens parlent aussi du « settimo cielo ».

Un autre exemple : « We must give the devil his due » est rendu métaphoriquement comme « Il faut rendre à César ce qui est à César » et littéralement « Il faut donner au diable ce qu’on lui doit ». La traduction littérale est bonne, mais on dit aussi en anglais exactement la citation sur César, qui vient de Matthieu 22:21. J’ai aussi un doute sur l’expression anglaise « I cry monkey » pour laquelle il donne « Je suis cuit » et littéralement « Je pleure singe ». En anglais, on dirait « Mon oie est cuite » pour « Je suis cuit ». Je ne connais pas l’expression avec un singe, soit en anglais américain soit britannique, et mes recherches sur Google n’ont rien trouvé.

Mais laisse béton ! Tout ça cherche la petite bête. J’ai ri comme une baleine en lisant ce livre. Mais malheureusement pour mes amis, j’ai déjà lu le meilleur livre bilingue possible. Heureusement, il y en a un autre du même auteur sur ce sujet.