Archives pour la catégorie Le Dessin de la Semaine

Bonjour, Pegasus

Cette semaine, le numéro peut-être le plus intéressant depuis que je suis abonné au Canard est arrivé. La grande nouvelle est sur le logiciel espion Pegasus. Un petit mot sur les nouvelles — Pegasus en français est Pégase, comme on le trouve dans le catalogue de Louis Vuitton. (C’est mon rêve depuis longtemps, mais je préférerais voyager que d’avoir une jolie valise que je n’utilise pas.) Pourtant, je ne vois que le nom en anglais dans les nouvelles. C’est souvent le cas que tout ce qui peut être traduit, soit traduit. S’il y a un motif, je ne l’ai pas encore découvert.

En tout cas, il s’avère que Le Canard a une histoire d’être espionné. L’article qui accompagne cet article parle d’un scandale en 1973 :

J’ai l’impression que cette madame, Dominique Simonnot, n’a pas eu un bon départ quand elle est partie du Canard :

J’ai dû chercher dans 3 dictionnaires pour trouver « funer » — ni Google Traduction ni le dictionnaire bilingue Collins-Le Robert ne connaissent ce mot. Heureusement, il y a toujours le Trésor de la Langue Française.

J’ai beaucoup d’amis français qui ont des avis forts sur les passes sanitaires. Moi, qui fais la chose bizarre de ne pas exprimer des avis sur des choses qui ne m’affectent pas, reste amis avec tous. Mais je sais que j’ai des amis qui seront en colère contre ce dessin, et ceux qui le soutiendront fortement :

C’est rare de trouver un Français qui manque d’avis forts !

Finalement, celui-ci m’intéresse parce qu’il y a une grosse différence entre les articles de la presse américaine et la Française :

Il y a PLEIN d’articles en anglais qui traitent de ce sujet comme si M. Bezos était un criminel, et qu’il a beaucoup pollué l’environnement. Je ne vois aucune différence entre sa fusée et celle de M.Musk, qui a lancé une voiture dans l’espace. La presse française (au moins, ce que j’ai vue) n’est pas si en colère. Ce qui m’amuse — et me rend triste — chez mes amis anglophones est que personne ne voit que leurs avis sur le lancement viennent de leurs attitudes envers les deux hommes.

Je vais conclure avec une petite histoire, toute vraie. J’apprends des mots à ma fille, et nous avons eu cette conversation il y a quelques jours :

Rachel : Papa, il y a une blague coquine dans un épisode de DuckTales [en France, La Bande à Picsou ] !
Moi : Désolé, quoi ?
Rachel : C’est vrai ! Il y a une ville appelée Saint-Connard !
Moi : MONTRE-MOI ! ALLEZ HOP !
(J’écoute)
Moi : Rachel, c’est « canard », pas « connard ». Canard signifie « duck. » C’est une blague, mais pas celle-là.

Comme toujours, si vous avez aimé ces dessins, abonnez-vous !

Le Canard fête la Fête nationale

C’est le 14 juillet, le temps du défilé militaire et du feu d’artifice. Mais pendant ce temps de la variante Delta, on fait confiance au Canard Enchaîné pour se moquer de tout. Ils déçoivent rarement.

Le Tour de France continue, et les blagues sur les drogues aussi :

Les blagues sur les Russes et leur vin pétillant continuent aussi :

Je n’ai vraiment pas besoin de plus de papier, alors je ne m’attends pas à acheter une copie du Canard pendant que je suis en France. Mais je pense à acheter une copie de celui-ci, juste pour le mettre en cadre :

Honnêtement, j’adore ce dessin. Peu importe ce qu’ils ont écrit !

Comme toujours, si vous avez aimé ces dessins, abonnez-vous !

La réouverture continue

Il y a beaucoup de dates importantes ce mois-ci, sans lesquelles je ne voyagerais pas. Par exemple, la Tour Eiffel rouvre le 16 juillet. Mais ce qui compte pour les jeunes, c’est le 9 juillet. Je dois vous dire — Le Canard a enfin trouvé la PIRE excuse depuis le rejet que j’ai reçu à la fin du lycée. Elle est maintenant professeure de biologie à l’une de nos plus prestigieuses universités, mais à l’époque, elle m’avait dit qu’elle serait trop épuisée après son dernier examen de l’année, 4 jours avant la fête. Ce serait moins insultant de m’avoir dit que j’étais con.

Je suppose que celui-ci a lieu à Marseille, à cause des chichis :

Je me sens comme c’est une boîte à kebab depuis que je voulais aller en France :

Et enfin, j’adore toujours la lutte pour le droit au mot « champagne » :

Comme toujours, si vous avez aimé ces dessins, abonnez-vous !

Le Canard fait le Tour

Le Canard Enchaîné de cette semaine reste plein de nouvelles de la prochaine élection. C’est pas mon sujet préféré, parce que je ne connais la grande majorité des personnages régionaux. Mais celui-ci est quand même drôle :

Le titre m’intéresse parce que l’on dit en anglais « guess who’s coming to dinner » pour donner de mauvaises nouvelles, et il me semble que la traduction française est EXACTE.

Quand on veut voyager en France des États-Unis, les deux meilleurs choix sont Air France (bien sûr !) et Delta. Alors, les canards m’ont BIEN fait rigoler !

Et je vois que quelqu’un est d’accord avec moi sur les athlètes. Franchement, je ne regarde plus rien de sport à la télé — même les chevaux sont drogués !

Et finalement, on connaît tous quelqu’un comme ça :

Si vous avez profité de ces dessins, abonnez-vous !

Épater la jeuneoisie

Cette semaine, Le Canard Enchaîné a plein de matériel pour faire leur travail. Je comprends que les élections régionales sont partis en cacahuète, et que deux Français sur trois se sont abstenus. C’est presque comme les États-Unis quand il n’y a pas une présidentielle. Et le thème cette semaine est comment les jeunes se sont le plus abstenus.

Il s’avère que l’on n’attire pas les jeunes avec les « influenceurs » :

Mais l’abstention ne veut pas dire que les Français ne s’intéressent pas à l’élection.

Il y en a un de plus sur les jeunes — je ne m’ennuie jamais de me moquer d’eux !

Comme toujours, si vous avez aimé ces dessins, abonnez-vous !

Le scandale chez Ikea

J’avoue, à mon avis le vrai scandale depuis longtemps chez Ikea est leurs modes d’emploi. Mais il est aussi vrai qu’il ne faut pas espionner vos employés. Le Canard Enchaîné nous offre un dessin qui parle de tous les deux :

Celui-ci m’a rendu bien confus, et j’ai dû chercher une explication. Il s’avère que le problème avec la musique improvisée à la fête de la musique n’est pas l’improvisation elle-même, mais le choix d’endroits.

Et celui-ci m’a fait pleurer en tant que divorcé. Je dois vous dire, ce n’est pas vraiment drôle, juste vrai.

Je dois également vous dire qu’il n’y a pas trop de meilleurs plaisirs que de lire le gros titre. Il y a toujours un jeu de mots ! Il faut utiliser des lettres grecques au lieu de « variant (nationalité) » maintenant, mais Le Canard s’en fiche !

Comme toujours, si vous avez aimé ces dessins, abonnez-vous !

Je vous dois mes excuses

Je suis vraiment, complètement embarrassé. Pendant longtemps, je ne comprenais pas du tout pourquoi je voyais « l’on » par-ci et par-là. Je le remarquerais dans des parole comme celles-ci d’Indochine :

Mais qui nous a fait croire que l’on y arriverait pas 

Paroles de « Nos célébrations »

et je me demanderais « Quoi est l’objet auquel « l » fait référence ? » Mais aucune de mes leçons ne m’a rien dit. Puis, aujourd’hui, j’ai vu ce dessin dans Le Canard Enchaîné :

Je n’en pouvais plus, je l’ai donc recherché. Vous savez déjà ce que j’ai appris, mais je le mettrai quand même ici :

Capture d’écran de ce site

Je n’ai utilisé ce mot que quatre fois sur ce site (et une fois de plus en citation), alors pourquoi ai-je honte ? Parce que j’ai aussi recherché sur mon propre site :

Bravo, Justin. Vous êtes « qu’on ». Mes excuses, et j’essayerai de ne plus le faire.

En tout cas, Le Canard est absolument plein de dessins sur M. Melechon cette semaine, et je ne dis rien sur les élections françaises. Comme le philosophe Wittgenstein aurait dû le dire : « Ce dont on n’a aucune idée, il faut le passer sous silence. » Il y avait un épisode avec M. Macron à Tain-l’Hermitage mardi, et je soupçonne que les éditeurs souhaiteraient qu’il s’était passé un jour plus tôt, parce qu’il n’y avait qu’un titre dans ce numéro. Mais il y a aussi celui-ci :

J’ai une idée folle pour voyager. Je ne veux pas en dire plus, au cas où elle n’arriverait pas, mais je suis en train d’y penser.

Comme toujours, si vous avez aimé ces dessins, abonnez-vous !

Je vous écoute

Cette semaine, Le Canard Enchaîné est encore vraiment occupé par la prochaine élection présidentielle. Je trouve le titre « Peltier un câble » très drôle, mais j’avoue, je n’ai aucune idée de qui est Guillaume Peltier. Le seul Peltier de ma connaissance est un criminel américain qui a tué deux agents du FBI. C’est pas à moi de dire si Le Canard l’a justement traité. Mais il y a un scandale que je connais mieux, l’espionnage américain contre Mme. Merkel.

Mon premier boulot était pour une grande entreprise de la défense, appelée SAIC. Elle n’existe plus, au moins de la même façon (la partie où je travaillais est connue aujourd’hui sous le nom Leidos). Mais ce qui m’intéresse est que mes premiers contrats étaient avec notre CIA et DIA, deux agences d’espionnage. C’est pas un secret — j’avais une habilitation de sécurité, mais mes projets n’étaient pas des secrets. En tout cas, je ne fais plus partie de ce monde-là — par choix — mais l’espionnage m’intéresse quand même.

Je dois vous dire, ça reste le vrai état de beaucoup de projets d’espionnage. Quand on veut faire un bon effort, on peut, mais la grande majorité de personnes que je connaissais dans ce monde-là n’avaient pas la lumière à tous les étages.

Et voilà, la raison pourquoi il n’y a ni cookies de suivi ni de publicités ici. Franchement, il y a plus de surveillance de la part des compagnies Internet, mais je ne m’intéresse pas du tout à aider ni l’un ni l’autre.

Ça nous rappelle qu’elle a déjà vécu L’espion qui venait du froid, à mon avis, le meilleur roman sur ce sujet. Au fait, je vous recommande FORTEMENT les deux prochains romans « Smiley » de John Le Carré aussi, La Taupe et Comme un collégien, mais JAMAIS la finale, Les gens de Smiley, l’un des pires romans de tous les temps.

Et non, je ne peux veux pas m’empêcher d’ajouter celui-ci, sur le « concert test » d’Indochine. Un membre d’un de mes groupes de fans, qui a assisté au concert, a pris quelques vidéos. J’ai pleuré un peu en les regardant — c’est mon plus beau rêve !

Comme toujours, si vous avez aimé ces dessins, abonnez-vous !

Deux billets Ryanair, s’il vous plaît

Cette semaine, le Canard Enchaîné parle fortement de deux choses : 1) l’affaire Ryanair, où le président de Biélorussie a commandé qu’un avion atterrisse pour arrêter un dissident politique, et 2) l’affaire McFly et Carlitos, où M. le Président Macron est apparu sur une chaîne YouTube. Franchement, à moins qu’il n’apparaisse avec quelqu’un qui se baigne dans une baignoire remplie des céréales pendant l’interview, je m’en fiche. Il me semble que l’affaire Ryanair est plus intéressante pour les Français que je connais, c’est donc notre thème de la semaine.

Et les nouveaux protocoles de sécurité de Ryanair ne donneront confiance à personne :

Je crois qu’ils comprennent au moins la vérité :

L’un des mes parodistes préférés comprend aussi bien :

Comme je l’ai dit à des amis : je voudrais offrir deux billets Ryanair à mon ex et à son mari, qui sont des critiques si acerbes du président biélorusse.

Il faut que j’ajoute — les canards eux-mêmes sont drôles !

Comme toujours, si vous avez aimé ces dessins, abonnez-vous !

Revoilà les jours heureux !

On peut toujours compter sur Le Canard Enchaîné — les terrasses rouvrent aujourd’hui, et ils sont prêts ! La première page entière est un vrai régal, à commencer par le dessin drôle en haut !

Et ils ne s’attendent pas du tout à ce que n’importe quoi ait changé :

Et franchement, ils ont plus de dire sur ce qu’ils s’attendent aux restos :

Au-dedans, on trouve un titre qui fait référence à une chanson des Rita Mitsouko, Andy, mais je dois vous dire — n’importe quel éditeur qui laisserait apparaître un titre comme celui-ci aux États-Unis, il serait renvoyé en même jour :

Il y a plusieurs raisons pourquoi je dis ça, mais les deux les plus importantes sont : 1) il est interdit de faire des blagues avec le mot « handicapped » (handicapé), et 2) il faut dire « personnes aux capacités différentes » en anglais. J’essaie de ne jamais exprimer des avis politiques ici, pour ne pas offenser personne, mais j’envie votre liberté d’expression. Je ne plaisante pas — j’ai peur d’être « annulé » si je partage ce dessin avec n’importe quel américain. (Pour être clair, je ne crois pas que ce titre soit méchant ; sinon, j’aurais un avis différent.)

Je vous conseille fortement de lire ce numéro. Il y a un esprit de joie (ou quelque chose comme ça) partout dans le numéro entier. Et à la dernière page, il y a un dessin que je ne publierai pas parce qu’on dirait (en anglais) que c’est « un peu trop épicé », mais je vous préviens — « Pour Bayrou ! » est DRÔLE ! Avouez-le — vous n’imaginiez jamais que le jour arriverait où quelqu’un vous dirait que c’est une punchline, ou que cette personne-là serait américaine !

Comme toujours, si vous avez aimé ces dessins, abonnez-vous !