Archives pour la catégorie Le Dessin de la Semaine

Les preneurs

J’aurais aimé commencer cette édition de notre revue hebdomadaire du Canard enchaîné avec une photo de la version actuelle des Dossiers du Canard. Mais malheureusement, je n’ai pas arrivé à le trouver chez Relay à l’aéroport. Ouais, j’ai même pris le risque de perdre ma carte d’homme en leur demandant s’il y avait une copie en stock. Dommage, mais j’y ai quand même trouvé des trucs passionnants. (Dites-moi, existe-t-il aussi en France l’idée que les hommes ne sont jamais censés demander de l’aide ?) De toute façon…

Notre premier dessin parle du plus gros scandale de la semaine, ce qui concerne M. Damien Abad. Il est accusé d’avoir commis un viol, mais la plainte principale a été classée sans suite. Une autre plainte n’était jamais le sujet d’une enquête, il me semble. Je n’ai aucun avis sur les faits, car je ne peux pas mener une enquête, mais le gouvernement n’était pas suffisamment au courant.

En cherchant les nouvelles sur M. Abad, je me suis trompé en lisant ce gros titre :

Je croyais qu’il y avait une manif contre Messrs Abad et Springsteen en même temps. Il faut toujours tout lire attentivement !

L’autre grande nouvelle de la semaine, c’est qu’un footballeur aime apparemment l’argent. Désolé, j’ai vraiment pas envie de me moquer des fans de foot. Ça n’a rien à voir la polémique genre pain au chocolat ou chocolatine entre le football et le football américain. C’est juste qu’après avoir perdu mon équipe préféré il y a six ans, je ne m’intéresse vraiment plus aux sports. Le baseball, oui. Le hockey, parfois. Mais il était une fois, je regarderais tout et n’importe quoi à la télé tant que c’était un sport, et pas plus. Je ne m’intéresse pas non plus aux discours magistraux des athlètes qui prennent de l’argent à des monstres, puis me disent quel genre de sale type je suis. Ai-je dit LeBron James ? Oui.

Le festival de Cannes se déroule en ce moment. Tant que ni de Funès ni Bourvil ni Gensac sont là, peu importe. Mais c’est une jolie opportunité pour les soi-disant « influenceuses » de se faire connaître. En parlant de ceux qui prennent de l’argent de n’importe qui, c’est TikTok qui les paye pour être là, selon le lien ici.

Finalement, êtes-vous prêt pour une nouvelle pandémie ? Voilà la variole du singe.

Moi, j’ai déjà mon stock de masques français, car j’ai dû acheter une boîte l’année dernière en France, et je les utilise aussi lentement que mes films. (J’en avais déjà beaucoup trop AVANT ce voyage-là ; j’utilise juste d’autre stock.)

Comme toujours, si vous avez aimé ces dessins, abonnez-vous !

Bienvenue au Canard, Mme Borne

La nouvelle la plus importante de la semaine, c’est quelque chose qui ressemble un peu à la sélection d’un Pape. Le conclave — en ce cas, M. le Président tout seul — débat pendant quelques semaines, les médias font des spéculations à la télé, puis un peu de fumée sort de la chapelle Sixtine l’Élysée et hop ! Habemus première ministre ! Personne ne peut dire qu’Élisabeth Borne ait reçu autre chose que l’accueil chaleureux réservé à… (je vérifie mes notes)… exactement personne dans cette affaire.

Il y a un autre dessin qui l’appelle un robot dessiné selon « l’algorithme Macronien ». Franchement, j’admire ça. C’est de l’égalité. Mais je dois avouer que j’étais bien surpris par le choix. Elle n’a reçu aucune mention dans le Canard la semaine dernière, et seulement 3 dans les deux numéros précédents.

Mais Le Canard a un cadeau pour moi :

Voyez-vous ? Il n’y a absolument aucune différence entre les attitudes des deux dessins ! J’ai été bien surpris d’apprendre qu’il y avait un fait derrière celui-ci. Selon actu.fr :

Dans une interview accordée au Parisien, l’ex locataire de Matignon a déjà indiqué qu’il retournerait dans ses Pyrénées (il était maire de Prades, dans les Pyrénées orientales) et qu’il profiterait de vacances en famille. « Il faut que je repeigne mes volets et ma rambarde qui ont pris un coup pendant deux ans », a-t-il indiqué.

Actu.fr

Il y a deux autres nouvelles controversées cette semaine. D’abord, il y avait le concours Eurovision. Saviez-vous que même nos journaux le couvre en direct ? Voilà le site du New York Times. De toute façon, je dirais que beaucoup de mes amis ne sont pas d’accord avec les résultats, d’où vient ce dessin :

J’ai appris une nouvelle expression en lisant celui-ci. Il n’y a vraiment pas une telle chose comme un « trouillomètre ». Mais ça marche, apparement, de même façon que les mesures de bruit dans les équipements hi-fi — zéro est le maximum, et les autres nombres sont tous négatifs.

Finalement, j’ai un peu de peur de même poster celui-ci. La ville de Grenoble a décidé de ne plus interdire le « burkini ». Cette polémique est un peu difficile à comprendre aux États-Unis, car en général ici, il n’y a pas de lois contre porter des vêtements de ce genre (lien en anglais). Ce n’est pas du tout à dire que ce genre de polémique n’existe pas ici. Certains états interdisent les photos d’identité où les visages sont cachés (lien en anglais).

Je dirai simplement qu’il est impossible de dire quand c’est un choix libre.

Comme toujours, si vous avez aimé ces dessins, abonnez-vous !

Du vieux pinard dans des outres neuves

Je doute que quiconque le sache en France, mais aux États-Unis on a plus que deux partis politiques. Il y a les Libertaires, le deuxième parti préféré des Démocrates, car ils gagnent parfois assez de voix pour coûter une élection aux Républicains. Et il y a les Verts, le deuxième parti préféré des Républicains car ils font l’envers aux Démocrates. Mais leurs candidats sont en général des puristes (ou des cinglés ; souvent les deux) qui ne peuvent gagner que 1-2 % des votes, alors ils ne gagnent jamais du vrai pouvoir. Je pensais beaucoup à cette situation en lisant le nouveau numéro du Canard enchaîné.

Il y a deux « nouveaux » partis pour les législatives. La République En Marche est devenu Renaissance — je suis certainement pas le premier à remarquer qu’En Marche et Emmanuel Macron partagent les mêmes initiales. Je suppose que la marque n’est plus utile car il est fini avec ses propres élections.

En même temps, une belle collection de partis gauchistes est devenue la « Nupes ». Il n’y a pas de Nupes dans n’importe quel de mes dictionnaires — il me rend un peu surpris qu’ils n’ont pas choisi un nom qui veut dire quelque chose. D’autre part, peut-être que les nupistes veulent juste n’être pas copiés :

Mon titre fait référence au Nouveau Testament, en particulier à Matthieu 9:17. Il me semble que les Français connaissent trop bien ces types pour se faire tromper à cause de quelques noms neufs. Mais je ne suis pas assez mal malin pour travailler chez McKinsey, alors peut-être que je rate quelque chose.

Ce dessin, il s’agit de parler des Taliban, mais c’est vraiment à propos de M. le Président Macron. Je trouve ça plus qu’un peu coquin. Mais au sujet des Taliban, je trouve les prétentions d’être surpris trop naïves pour les croire. Qui pensaient vraiment que ces types changeraient ?

Finalement, celui-ci me rend bien perplexe. C’était pas difficile de trouver les nouvelles que Mme Pécresse a refusé le don de M. Sarkozy. Mais les oranges, je n’ai aucune idée de ce que ça veut dire. Quand j’ai recherché « Sarkozy oranges », Google a décidé que je voulais lire juste des articles d’orange.fr.

Je suis à ma limite, mais il y a quelque chose de drôle où Messrs Sarkozy et Fillon se passent le « bippe » au lieu du bonjour. En fait, j’avais 9 dessins desquels j’ai dû en choisir quatre. C’était difficile cette semaine ; c’est-à-dire que vous allez bien rigoler de ce numéro !

Comme toujours, si vous avez aimé ces dessins, abonnez-vous !

Quel ministre choisir ?

J’ai hâte de voir cette colonne hebdomadaire revient à quelque chose au-delà des élections. Je ne sais pas vous, chers lecteurs, mais à mon avis, la France est beaucoup plus intéressant qu’une poignée d’hommes politiques.

Mais il faut encore y commencer. Qu’est-ce qui arrive ? M. Castex est revenu pour quelques fous rires plus ? Je ne vais pas me plaindre, bien que je ne voie pas de véritables nouvelles sur le sujet. C’est vrai qu’hier, au moins une femme a refusé de devenir première ministre. Mais on est loin d’une crise. De toute façon, ce dessin évoque un sujet duquel j’ai des questions.

Je n’ai jamais vu L’amour est dans le pré, mais je le connais des courriels de M6. Aux États-Unis, une telle émission serait cruelle vers les fermiers. Elle serait produite par des californiens qui croient que la nourriture provient des services Click-and-Collect. Je suis donc horriblement curieux de ce que le Français moyen pense de ceux qui participent à cette émission, car il me semble que vous respectez vos fermiers.

On a un dessin de plus à propos des premiers ministres :

J’ai appris un nouveau mot ici ; du rab veut dire « ce qui est en trop » selon mon dictionnaire. Je sais rien de la relation entre lui et M. le Président Macron, mais la réplique du président me rappelle une chanson des années soixante aux États-Unis. On peut traduire le titre comme cela : comment peux-tu me manquer quand tu ne me quittes pas ?

Le groupe Orpea, duquel on a parlé plusieurs fois, aura bientôt un nouveau PDG :

Le Canard n’a rien de gentil à dire dans l’article qui accompagne ce dessin — j’imagine que ça fera longtemps avant que quiconque ne leur fasse confiance.

Finalement, un problème qu’on partage (voilà l’article dans Libération duquel ils parlent):

On ne manque pas des mêmes produits, peut-être — j’ai plus de problèmes avec les céréales que l’huile en ce moment — mais le problème commun, c’est la panique.

Je sais pas moi. Ce que j’adore le plus chez le Canard, c’est les histoires des crises à la française, comme les faux fruits confits ou le mois sans alcool. Ce numéro est juste un peu trop lourd, je suppose.

Comme toujours, si vous avez aimé ces dessins, abonnez-vous !

Les nouvelles tristes

Après le deuxième tour, j’ai le cafard. Ça n’a rien à voir avec le gagnant. C’est à cause de l’autre nouvelle qui l’accompagne :

Emmanuel Macron a été réélu ce dimanche 24 avril. Après près de deux ans à la tête du gouvernement, et comme le veut la tradition républicaine, le Pradois Jean Castex devrait remettre sa démission dans les prochains jours.

Franceinfo

J’avoue que je ne connais toujours personne qui partage cet avis. Mais comme je vous ai dit il y a deux semaines, les dessins avec lui en vedette me manqueront. Comme celui-ci :

Voyez-vous-en ? Il ne dit rien, le dessin est à propos de M. Mélenchon, mais c’est le Rodney Dangerfield français qui le rend drôle avec cette grimace-là.

En fait, parce que c’est impossible d’éviter la présidentielle cette semaine, je vais consacrer le reste de ce post à M. le Premier Ministre et son successeur, quel qu’il soit.

Aux États-Unis, ça fait longtemps que les candidats pour la présidence choisissent les vice-présidents. Mais en 1972, un monsieur appelé Endicott Peabody a décidé de lancer une campagne pour être élu vice-président quand-mème. Il y avait une TRÈS bonne blague sur M. Peabody, mais je ne veux pas que vous pensiez que je fais des commentaires partisans sur la politique française. Disons que je pensais à lui quand j’ai lu cette histoire et vu ce dessin :

J’ai envie d’entendre quelques Français essayer de prononcer le nom Endicott Peabody. C’est pas gentil, je sais.

Il y a deux autres nouvelles liées dans ce dessin. D’une part, peut-être que M. le Président choisira une femme pour remplacer M. Castex. D’autre part, l’ancien premier ministre, M. Valls, aimerait apparemment retrouver son ancien poste.

Moi, étant américain, je ne vois aucun conflit. Face à ce problème, on se débrouille tout le temps.

On finit avec la nouvelle parfaite.

Par-FAITE.

Adieu, M. le Premier Ministre.

Comme toujours, si vous avez aimé ces dessins, abonnez-vous !

4 raisons pour être heureux

On ira lire Le Canard, comme tous les mardis mercredis, mais d’abord, j’ai vu un peu de vocabulaire aujourd’hui qui m’a…surpris :

Capture d’écran de ce tweet

Nononon ! Une bombe artisanale, c’est ça :

Bombe glacée artisanale, Photo par WhatamIdoing, CC BY-SA 4.0

Cet autre truc, c’est un engin explosif improvisé ou EEI. C’est vrai que Wikipédia donne aussi « bombe artisanale » comme synonyme, et les deux sont certainement faits maison, mais artisanale, c’est un compliment !

De toute façon, Le Canard. J’écris, et ce numéro a été publié, avant le grand débat de l’entre-deux-tours. Mais je veux toujours vous remonter le moral, je commence donc avec la meilleure nouvelle de la semaine — l’inflation à 4,5 % !

« Avez-vous craqué, Justin ? Êtes-vous dingue ? » Pas du tout, les amis ! C’est juste que chez moi, ça vient d’attendre 8,5 % ! Voyez-vous ? 4 raisons d’être heureux ! C’est toujours du soleil et des sucets ici ! (C’est une expression idiomatique en anglais, mais je suis sûr que vous comprenez bien.)

Au fait, j’ai récemment changé du beurre. J’adore le beurre de Charentes-Poitou, mais la marque Sèvre et Belle, qui me coûtait 5,8 €/250 grammes, n’est plus disponible chez moi. L’autre marque comme ça, Échiré, coûte 8,3 €/250 grammes. Pour l’instant, j’utilise du beurre d’Isigny, qui me coûte 6,7 €. C’est ça, l’inflation.

Plus de belles nouvelles ? Les russes ont perdu un navire, mais gagné un sous-marin !

On finit avec deux histoires de l’élection. Il y a deux idées, le « vote utile » et « faire barrage », qu’on imaginerait peut-être n’existaient pas dans un système avec seulement deux partis, comme aux États-Unis. Mais en fait, on les trouve parfois ici. En Louisiane, par exemple, il y avait un gouverneur, Edwin Edwards, qui était un vrai escroc. Mais son adversaire, David Duke, faisait partie du KKK ! Le slogan était donc « Votez pour l’escroc — c’est important ! » Je comprends donc l’histoire derrière ce dessin :

C’est les cigognes, les amis. C’est les cigognes.

Finalement, juste à temps pour le débat :

Je n’ai trouvé aucune histoire liée à ce dessin ; j’imagine que c’est juste une blague sur l’attitude de Mme Le Pen vers l’UE.

Comme toujours, si vous avez aimé ces dessins, abonnez-vous au Canard enchaîné.

Et la vie continuera

Encore une fois, vous m’avez étonné. Moi et le reste du monde aussi, franchement. Le pays des plus grands mathématiciens du monde, le pays de Diderot, de de Staël, de Bocuse, des inventeurs du TGV, vous avez fait quelque chose de choquant. Lundi, le monde entier s’est réveillé à cette honte française :

Un train à petite vitesse ! Comme si on veut passer plus de temps enfermé dans une boîte pleine de n’importe qui ! C’est pas Amtrak ici ! Pensiez-vous que je parlais d’autre chose ?

Comme dit souvent l’un de mes blogueurs préférés, non, mais sérieusement.

En fait, j’étais bien surpris dimanche dernier, mais pas à cause des résultats du premier tour. C’était plus ou moins exactement ce qui disaient les derniers sondages. Non, ce qui m’a rendu surpris, c’était les réactions. C’est bien clair que beaucoup de monde ont le moral dans les chaussettes. Dans le pays du système D, le pays où les grèves sont si habituels qu’ils ont leur propre horaire pour que vous puissiez mieux planifier. C’est vrai que les français ont inventé le mot « râler », mais comme dit Al Capone dans Les Incorruptibles, et la vie continuera. Puis il tue quelqu’un avec une batte de baseball. (Attention, cette scène devient violente.) Tout ça, c’est-à-dire que je fais confiance à vous tous.

Il faut toujours chercher le bien. Et ce dont vous avez l’opportunité d’en profiter jusqu’au 25 avril, c’est les promesses, lesquelles sont appelées « le concours Lépine des promesses ruineuses » par le Canard. Je ne sais pas si vous avez les conseils d’étudiants dans les écoles primaires comme aux États-Unis, mais les petits qui voulaient devenir président de l’école, ils nous promettait des distributeurs automatiques pleins de bonbons. Mais ça n’est jamais arrivé !

On a parlé de nombreuses fois des aventures de M. Jean Castex (oui, ce sont quatre liens différents). Cette semaine, il s’est banané encore une fois en prenant un jet Falcon juste pour voter. J’essaie de ne pas exprimer aucun avis sur les politiciens français, mais je dirai ça : Le Canard deviendra moins drôle le jour où il quittera le gouvernement.

Et pour finir, le scandale Kinder et Buitoni continue. Puis-je être complètement sérieux ? Les histoires des enfants qui passeront le reste de leur vie avec des maladies rénales, c’est une tragédie.

Alors souriez, les amis. Il y a toujours de la lumière au bout du tunnel, comme on dit en anglais. C’est juste parfois, la lumière est Thomas qui s’approche !

Comme toujours, si vous avez aimé ces dessins, abonnez-vous !

Ça sent le Lapin !

C’est encore une fois le temps de lire Le Canard enchaîné. Mais d’abord, une mauvaise nouvelle personnelle — mercredi (on est déjà là en Europe, mais il est toujours mardi chez moi) mon père aura une opération à cœur ouvert. Je m’inquiète beaucoup.

Selon les derniers sondages, on a déjà une idée de qui passera au deuxième tour. Mais il y a quelques mois, un ami américain m’a dit, plein de confiance : « C’est carrément Mme Pécresse qui gagnera. » Quand je lui ai demandé comment il le savait, il m’a expliqué qu’il suivait un type pseudonyme sur Twitter qui l’a dit, et que ce type avait toujours raison. On sait jamais, mais moi, je n’irais pas à Monte Carlo avec mon ami.

Les prix agricoles continuent de hausser. Je vous rassure, c’est également le cas chez moi. Mais vu que je ne peux pas — encore — regarder L’Amour est dans le pré, cette option n’est pas disponible. Et oui, je connais Mme Le Marchand — elle est souvent à la radio avec Les Grosses Têtes. Quant à M6, disons que mon guide à éviter le blocage géographique est en cours de préparation.

Je ne connais Buitoni que pour les pâtes et les sauces italiennes. Aux États-Unis, ils ne vendent aucun produit surgelé. Cette histoire est donc choquante. Mais peut-être pas surprenante — chez moi, leur société mère, Nestlé, a une mauvaise réputation à cause de leurs activités autour de l’eau en bouteille (lien en anglais). Au moins, il n’y a pas de viande de cheval cette fois-ci. C’est…mieux ?

J’ai vérifié chez Carrefour. Il reste plein de pizzas Buitoni :

Juste avant la publication du Canard, il s’est avéré qu’il y avait un autre produit aux bactéries, les Kinder.

J’ai dû encore vérifier chez Carrefour. Il y a des produits Kinder qui restent disponible. Celui, pas autant :

Chocolat de…Pâques ? Mais le Père Noël, ça sent plutôt le sapin !

Vous ne connaissez pas trop d’étrangers comme moi, hein ? Deux ans d’études, je vous rappelle. (Pour mes lecteurs américains, n’oubliez pas de goûter le veau. J’y serai toute la semaine. Ils comprendront.)

Comme toujours, si vous avez aimé ces dessins, abonnez-vous !

Bientôt le premier tour

Cette semaine, je ne vais même pas essayer d’éviter la présidentielle en lisant Le Canard, mais je crois que peux le faire sans jouer le partisan. J’ai quelque chose pour mes amis de droite, et aussi pour mes amis de gauche.

Mais on commence avec un dessin un peu personnel pour moi. Je travaillais pendant huit ans pour SAIC, ce qu’on appelle un « Beltway Bandit » aux États-Unis (« Beltway » étant un surnom pour les alentours de Washington, D.C.). C’est une entreprise qui joue un rôle très similaire à McKinsey :

Pour être clair, je les virerais tous. Pendant mon dernier contrat, on a gaspillé 75 $ millions pendant 5 ans sans livrer rien qu’une page de connexion. Il y a de nombreuses raisons, mais aucune n’est bonne.

En tant que fan de Louis de Funès, celui est mon herbe à chat :

Ils plaisantent sûrement… oh. OH :

« L’assimilation, c’est de rire devant Louis de Funès, Jean Dujardin ou Depardieu. C’est pleurer en écoutant Jacques Brel », a affirmé le candidat à la présidentielle.« C’est s’émouvoir devant la beauté de Catherine Deneuve et Brigitte Bardot »

Public.fr

Euh…je n’ai jamais vu aucun film de Brigitte Bardot ni de Catherine Deneuve. Mais je me demande — est-il possible que j’aie déjà vu plus des films de de Funès que le Français moyen ?

Je me demande aussi où était Sandrine Rousseau quand j’avais besoin d’elle :

Pense-t-elle que ce serait une loi seulement contre les hommes ? Chez moi dans les années 2000s, c’était pas l’homme qui aurait été inculpé !

On finit avec les excuses du PDG d’Orpea :

Malheureusement, j’ai déjà perdu tous mes actions. Je n’aurais jamais dû écouter ce courriel-là ! (Je plaisante, peut-être.)

Ah bon, un truc de plus. La conversation des canards :

me rappelle un bon moment de La Cité de la Peur :

Comme toujours, si vous avez aimé ces dessins, abonnez-vous !

Excitant toutes les petites filles

C’est encore le temps pour lire Le Canard enchaîné, mais d’abord, une petite histoire personnelle drôle. Dès que l’on lance un nouveau effort, comme un blog ou un balado, on a envie des statistiques. Mais celles du nouveau balado ont une propriété très curieuse :

Évidemment, vous êtes toutes des jeunes filles. Je félicite vous qui étiez déjà des femmes pour avoir trouvé la fontaine de Jouvence. Désolé les gars, mais bienvenue aux États-Unis.

(Pour aider ceux qui ne sont pas si grands fans d’Indochine, mon titre est une référence à la chanson 3e sexe.)

Mes dessins préférés sont toujours ceux desquels j’apprends quelque chose de nouveaux. Je n’avais jamais entendu parler du « Livret A » jusqu’à maintenant :

En fait, avec un taux de rémunération de 1 %, le Livret A offre 100x le taux typique d’un compte d’épargne aux États-Unis ces dernières années ! (Pensez-vous que je plaisante ? Voilà Bank of America et Wells Fargo, deux de nos plus grandes banques.)

Voici une nouvelle découverte par Le Canard lui-même, qui a révélé l’extradition d’un galeriste du Louvre Abu Dhabi.

Aux États-Unis, on appelle Titi « Tweety Bird. »

M. le Président Macron a apparemment mis en colère les profs :

C’est Libération qui m’a vraiment fait rire avec leur analyse :

Mais qu’est-ce qu’ils lui ont fait, les profs, à Emmanuel Macron, pour se faire encore taper dessus ? Il n’a toujours pas digéré la punition que lui avait donnée en CM1 une institutrice un peu acariâtre parce qu’il avait copié (oh si peu, ça nous est tous arrivé, hein…) pendant le contrôle de géographie sur les affluents de la rive droite du Rhône, ou quoi ?

Libération

Finalement, QUI A ÉCRIT CETTE CALOMNIE ?

J’ai un peu taquiné des amis après avoir visité Versailles, que l’histoire des batailles de Napoléon s’arrête en 1811. Mais c’est pas du tout juste de l’appeler « une tradition militaire française » (pour être clair, il y a une vraie question en ce moment, mais la duration n’est certainement pas 4 jours). Il y a exactement une fois dans toute l’histoire où ça s’est passé, et dans ce cas-là, il faut avouer qu’il n’y a pas eu de manque de stock, seulement des erreurs de stratégie. Je suis franchement choqué que Le Canard adopte l’analyse des Simpson.

Une dernière chose. J’ai bien profité du calembour dans la dernière phrase ici :

Je sais que ça fait référence à cette émission bien que je ne l’aie jamais vu. C’est pour ces moments que je dois tout apprendre, même s’il n’y a pas assez de temps pour tout regarder.

Comme toujours, si vous avez aimé ces dessins, abonnez-vous !