Archives pour la catégorie Le Dessin de la Semaine

Le couvre-feu martien

C’est encore mercredi, alors le temps du dessin de la semaine. Et la grande question de la semaine : pourquoi est-ce que le robot n’a pas trouvé la vie sur Mars ? Le Canard Enchaîné sait la vraie raison !

Il n’y a personne nulle part à cause du couvre-feu !

Il y a aussi des nouvelles tristes de France cette semaine. Le groupe célèbre Daft Punk nous a quitté. Le Canard le remarque à sa manière habituelle :

Comme d’habitude, si vous avez profité de ces dessins, abonnez-vous !

J’essayerai !

Cette semaine, Le Canard Enchainé suggère que tout le monde doit essayer le double masque comme chez moi. Je ne crois pas qu’on éternue ici comme ils disent, mais ça veut peut-être que je dois essayer plus fort !

Ils suggèrent aussi qu’il y a de bonnes nouvelles pour ceux qui ignorent leur santé :

Et celui-ci me rappelle une blague russe des années 80s :

La blague : Une famille obtient l’autorisation de commander une voiture. Le père va chez le concessionnaire et le vendeur lui dit : «Votre voiture sera prête en dix ans.». Le père répond «La matinée ou l’après-midi ?» Le vendeur est choqué : « Ça ne fait rien ! C’est dix ans !» Et le père répond «Peut-être, mais le plombier arrivera dans la matinée !»

Comme toujours, si vous avez profité de ces dessins, abonnez-vous !

Le Canard fête l’amour

J’aurais dû savoir que Le Canard Enchaîné aurait des dessins pour la Saint-Valentin cette semaine. Bien sûr, pas de sentimentalité de guimauve pour eux !

Il y en a plus de la même origine :

Et aussi pour les jeunes, les pauvres :

Ils sont en pleine forme cette semaine. J’ai adoré leur titre — tellement français !

Je n’ai trouvé personne qui s’appelle «Jeanne» sous ce titre, mais ce n’est pas du tout le propos.

Comme toujours, si vous avez aimé ces dessins, abonnez-vous !

Lequel arrivera en premier ?

Nous attendons tous avec impatience un monde après le virus. Ce jour-là, il y aura quelque chose de différent à parler. Pendant ce temps, il y a au moins des blagues comme celle-ci, notre dessin de la semaine, où la fin n’arrive jamais.

Je connais cette pièce de théâtre sous son nom en anglais, «Waiting for Godot». Mais c’est plus précis de l’appeler «En attendant Godot» parce que le dramaturge, Samuel Beckett, écrivait toutes ses œuvres en français malgré être anglophone d’origine irlandaise.

Il y avait un autre que j’ai profité. Pendant les années 1920s aux États-Unis, l’alcool était interdit. Il y avait donc des bars illégaux, appelés «speakeasies», qu’on ne pouvait pas entrer sauf savoir un mot de passe. Je suppose qu’il était une fois en France, il y avait quelque chose de similaire sinon ce dessin n’a pas de sens pour les lecteurs.

Comme d’habitude, si vous avez profité de ces dessins, abonnez-vous !

L’humour se diffuse comme le virus

C’est encore le temps du dessin de la semaine, et cette fois, je souhaite que je pourrais coller le journal entier ! C’est absolument plein des titres amusants, pas juste les dessins.

On commence avec une blague sur le nom d’une société canadienne, Couche-Tard :

J’avoue que je n’avais aucune idée de qui était Couche-Tard jusqu’à la nouvelle qu’ils voulaient acheter Carrefour. Couche-Tard a deux chaînes de stations-service près de chez moi, «Circle K» et «On The Run», mais ils n’utilisent jamais le nom Couche-Tard aux États-Unis.

Celui-ci a une blague qui était populaire pendant la Guerre Froide, avec les lettres à l’envers pour dire «en Russe» :

Et celui-ci est une bonne blague sur qui obtient le vaccin :

Même le titre sur le page de garde ! Oui, tout le monde ici connaît «La vie en rose» :

Comme toujours, si vous avez aimé ces dessins, abonnez-vous !

Chez Tricatel au temps du virus

C’est encore le temps du dessin de la semaine. Je ne vais pas vous mentir. J’ai dit au début de ce blog qu’il n’y aura pas de la politique ici sauf les dessins, et je vais garder ma promesse. Cette semaine, la majorité des dessins dans Le Canard Enchaîné ont quelque chose à voir avec les États-Unis. J’en ai marre, mais je ne dirai plus sur ce sujet. Vous pouvez trouver des commentaires ailleurs. Ici, il n’y a que la culture française.

Mais vous avez de la chance ! Cette semaine, je vais vous donner un dessin avec un article entier. Pendant le confinement, les français sont devenus fous pour les gâteaux fait maison, et ils les montrent au monde sur Internet. J’appartiens à plusieurs groupes sur Facebook qui parlent des gâteaux tout le temps. (Et je crois que beaucoup de monde achètent leurs exemples chez le boulanger pour mentir sur leurs compétences.) Naturellement, Le Canard Enchaîné a quelque chose de dire sur ce sujet, et ça me rappelle «L’Aile ou la Cuisse», avec la cuisine industrielle. Voilà :

Je n’achète plus de la pâte feuilletée au supermarché, alors quand je la vois, je dis toujours «Ah, Pepperidge Farm — ça vient de chez Tricatel !»

Comme d’habitude, si vous avez profité de cet article — abonnez-vous !

Où est le fondant ?

C’est encore le joli temps du dessin de la semaine. Je ne vais pas changer le nom, mais franchement, ce n’est jamais «le dessin». Cette fois, plus de virus et plus de vaccin. Je n’ai pas pu résister. Où je n’ai pas voulu. Vous me connaissez trop bien pour que je mens !

C’est le mille-feuille, mais où est le fondant ?
Tout le monde connaît quelqu’un comme ça !
Aux États-Unis, on punira seulement les deux

Je dois vous dire, il y avait aussi un titre DRÔLE — «Sans humour British». J’ai bien compris le calembour : sans/sens ! Je ne suis pas encore grand styliste en français, mais je trouve qu’ils partagent mon sens d’humour. De toutes mes découvertes cette année, cet abonnement est parmi mes préférées. Je souhaite que pourrais dire au jeune moi «Un jour, tu pourras lire ce journal» — mais en français pour ne pas ruiner la surprise !

Comme d’habitude, si vous avez aimé ces dessins, abonnez-vous !

On s’amuse chez les Britanniques

C’est encore mon moment préféré de chaque semaine, quand le nouveau Canard est arrivé. Je vous ai déjà dit que c’était mon rêve de lire ce journal. Ce que je ne peux pas exprimer suffisamment est la joie de vivre ce rêve. Je me sens vraiment comme un garçon dans un magasin de friandises. Bien sûr, ce n’est pas juste Le Canard Enchaîné. C’est tout ce que j’écris ici.

Eh bien, cette semaine Le Canard est un peu obsédé avec deux choses : le vaccin et le Brexit. Je sais qu’on peut trouver des commentaires sur le vaccin partout. J’ai donc choisi le Brexit, sinon le virus fait partie de cette blague quand même.

Je dois ajouter que je comprends de plus en plus comment la langue française a changé l’anglais depuis 1066. Et bien sûr, plus récemment la langue anglaise a rempli le français d’anglicismes. C’est une relation compliquée. Mais je vous aime tous les deux, et j’espère vraiment qu’un jour plus tard, il y aura moins de colère.

Comme toujours, si vous avez aimé ces dessins, abonnez-vous !

La pauvre !

C’est encore le temps du dessin de la semaine. Cette semaine, Le Canard Enchaîné est encore occupé du virus, particulièrement avec la nouvelle souche et le confinement de M. le Président Macron. Ce dernier retient notre attention aujourd’hui, parce que j’ai trouvé une photo de M. Larcher. JE COMPRENDS.

En prime, je vous donne la conversation des canards. C’est un bon calembour !

Comme toujours, si vous aimez ces dessins, abonnez-vous !

Je comprends bien

Cette semaine Le Canard Enchaîné est presque tout consacré au virus. Au moins, j’ai appris les números d’urgence grâce à l’un de leurs dessins. Voilà :

Je ne savais pas les bons números; on peut lire la liste ici. Aux États-Unis, le 911 est appelé pour toutes les urgences, et l’opérateur décide qui doit répondre.

Je sais, je dis souvent que je ne vais pas vous donner plus qu’un dessin, et je suis menteur. Celui-ci m’a fait rire parce que je suis divorcé :

Je comprends. Je comprends bien.

Je vous rappelle : si vous aimez ces dessins, abonnez-vous au Canard !