Archives pour la catégorie Le Dessin de la Semaine

Un coup d’EDF

La grande nouvelle de cette dernière semaine reste les funérailles de la Reine Elizabeth II. On a déjà parlé de ça la dernière fois, alors on va tourner vers ce qui compte : le scandale des baskets ! Agathe demande la bonne question de cette affaire, « De quelle marque ? » Elle plaisante, mais je vous rassure, aux États-Unis, nos journaux diraient plutôt « Baskets de mode, notre Première Dame, icône du style ». J’apprécie — vraiment ! — que la presse française est plus sceptique de pouvoir, même si ce « scandale » est ridicule.

C’était faux aux funérailles elles-mêmes, de toute façon. Le jet-ski, c’est toute autre chose.

Le week-end dernier était les journées du patrimoine, un événement qui m’a donné envie de nougat, mais pas assez (les habitués comprennent). C’est la bonne liaison avec notre grand sujet de la semaine, la pénurie d’électricité à venir.

Peut-être que j’aurais pu faire un meilleur choix, mais je suis toujours bonne poire pour une blague sur les sites de rencontres. Celle-ci traite aussi de la pénurie, et c’est « près de la maison », comme on dit en anglais. Sans que personne ne m’ait jamais offert un rendez-vous en échange, disons qu’il y a pas mal de personnes qui m’ont dit « T’es informaticien ? Dis donc, règle mon ordi ! » (On reprend le vouvoiement immédiatement après, malgré parlant en anglais. C’est un truc de fou qu’il faut voir pour comprendre.)

En 2014, un joueur de football américain, Ray Rice, s’est discuté avec sa copine dans un ascenseur, puis l’a frappée avec un coup de poing. Son équipe l’a soutenu, jusqu’au moment où il s’est avéré qu’il y avait une vidéo grâce à une caméra de sécurité. Il a été licencié et n’a plus jamais joué dans la NFL — mais seulement à cause de la vidéo et tout le monde le sait. J’espère que l’affaire Quatennens ne se déroulera pas de cette façon, où un manque de vidéo suffit pour excuser le comportement.

Je n’aime jamais finir cette colonne sur une histoire triste, alors — ça n’a rien à voir avec Le Canard enchaîné, il m’a juste fait rire :

Comme toujours, si vous avez aimé ces dessins, abonnez-vous !

Adieu, sa majesté

Facebook m’a rappelé un anniversaire il y a des jours. Voici la première page de mon tout premier numéro du Canard en 2020, exactement comme je l’ai partagé — avec seulement mes amis anglophones. J’avais franchement aucune idée de quoi ils parlaient :

Vous devriez savoir, je ne suivais pas du tout l’actualité française à l’époque. Et j’avais PEUR de le mentionner à mes amis français. Je ne savais pas où tombait Le Canard dans l’éventail d’avis, et mentionner que l’on lit le mauvais journal peut coûter cher aux États-Unis. Alors j’ai dû découvrir tout seul qui était « Jean Castest ». Le fait qu’absolument rien ne m’est arrivé avec le premier post du Dessin de la Semaine reste le fait le plus incroyable de tout ce voyage. Peu importe combien de fois je vous dis de telles choses, c’est rien que la vérité.

La plus grande nouvelle cette semaine est sûrement la mort de la Reine Elizabeth II. Je ne suis pas toujours d’accord avec Le Canard, surtout quand ils parlent des États-Unis, mais la seule personne dont je me suis plaint de son traitement aux mains du Canard, c’est la Reine (voilà, voilà, et voilà). J’ai mon côté monarchiste, car je l’admire, et le Roi Juan Carlos de Borbon en Espagne aussi. Mais ce dernier a fini par abdiquer à cause de ses propres scandales. Personne ne peut vraiment imaginer une telle chose chez la Reine Elizabeth II.

Quant à son fils, le nouveau Charles III, je dis au Canard, « Laissez les bons temps rouler ! ». C’est pas juste son comportement vers la Princesse Diana. C’est aussi le fait qu’il est un « ennemi des lumières » autoproclamé. Sa mère a bien compris que son rôle hérité ne faisait pas d’elle experte en tout et n’importe quoi. Charles manque de tel filtre.

Revenons à l’actualité française. M. le Président Macron parle d’une réforme des retraites depuis le début de mon abonnement. Il faudra, selon ses souhaits, atteindre 65 ans pour une retraite à taux plein. Aux États-Unis, c’était 66 ans pour mes parents et ce serait 67 pour moi. (Disons que j’ai d’autres plans.) On parle parfois de hausser l’âge jusqu’à 70 ans. Comptez vos bénédictions.

Finalement, une pensée pour les propriétaires des jets privés. En principe, c’est pas mon affaire si le PSG vole en jet privé, également que les équipes de la NFL. Ils payent leurs factures, j’en suis sûr. Mais je me rends compte du fait qu’il y a des pénuries de tous genres de produits pétroliers, et je me demande quel genre de message ils veulent envoyer aux fans. C’est la même chose quant aux débat sur les émissions. D’autre côté, je ne regarde plus les sports car je suis devenu bien sourd aux messages des athlètes et des acteurs.

Comme toujours, si vous avez aimé ces dessins, abonnez-vous !

Dans le même bateau

Il y a un dicton en anglais pour exprimer que l’on partage les mêmes problèmes que les autres : « Nous sommes tous dans le même bateau ». Je pensais à cette expression quand ce message est arrivé en même temps que le nouveau numéro du Canard aujourd’hui :

Ça dit qu’il y aura des coupures électriques à moins que nous ne pratiquions tous la sobriété énergétique jusqu’à 21h. Exactement comme notre premier dessin :

En fait, la Californie est exactement comme l’Allemagne d’une façon. Nous allions retirer notre dernière centrale nucléaire en 2025, puis avons annulé ce plan avec la hausse du prix du gaz. Ne me laissez pas continuer sur ce sujet ; disons juste que j’admire même vos centrales nucléaires.

Au fait, j’entends « sobriété énergétique » dans la tête dans la voix du maire de La Soupe Aux Choux, en disant « l’expansion économique ». Un jour, j’aurai des problèmes parce que je dirai de telles choses selon les films et la musique et tout le monde me trouvera fou. ([Plus fou. Vous voulez dire « encore plus fou ». — Mon ex])

Quant aux arnaques de colis, nous sommes aussi dans le même bateau. Bon, pas moi, parce que je ne commande rien sur Internet sauf chez FNAC, et aucun arnaqueur anglophone ne pense à écrire de faux messages d’une entreprise française. Mais le reste de mes compatriotes, ben oui.

On est moins dans le même bateau quant aux demandes de la SNCF d’économiser. Il y a déjà presque aucun transport sur les rails ici, alors rien à économiser ! Mais ne vous inquiétez pas — en Californie, on n’a plus assez d’électricité, et on va aussi bannir les voitures à essence pour augmenter la demande d’électricité. Ça ira, j’en suis sûr.

Et si je vous disais que j’ai mis ce son sur mon portable pour les SMS ? (C’est absolument la vérité ; on peut le faire avec GarageBand pour iOS.)

Finalement — et cette nouvelle me rend également perplexe que triste — on n’a pas le même problème quant aux profs. Selon cet article dans La Croix, le manque de profs est un problème partout en Europe, et la baisse de métiers est connue depuis longtemps. Pourtant, je ne me souviens pas du tout d’avoir entendu parler du problème jusqu’à ces dernières semaines. Je doute que personne ne l’ait remarqué jusqu’à maintenant, d’où mon problème de compréhension.

Comme toujours, si vous avez aimé ces dessins, abonnez-vous !

Finalement, la suite

Cette semaine doit être la première fois où j’ai vu presque le Canard entier consacré à une seule phrase. C’est M. le Président Macron qui a déclaré « la fin de ce qui pouvait apparaître comme une abondance ». Il y a 43 ans, le président américain Jimmy Carter a donné ce que l’on appelle « le discours de malaise » en pleine crise économique, dont une hausse du prix d’essence et des pénuries partout. Les deux me semblent similaire, mais M. Macron a eu le bon sens de dire une telle chose après avoir gagné son deuxième mandat.

L’exemple de M. Carter devrait au moins servir pour vous rappeler qu’il y aura un meilleur avenir, et qu’un excès de pessimisme ne sert à rien. C’est peut-être difficile de voir d’ici, mais dites donc, c’est quoi le pire qui pourrait arriver ? Que les allemands choisiront un leader fort pour sortir de leur mauvaise économie, qu’il signera un traité avec les russes, disons pour du gaz, puis blâmera des autres pour leurs choix ? Bon, la dernière fois, les difficultés ont duré plus longtemps que prévu, mais maintenant, il y a les effects spéciaux numériques. Les films à suivre seront spectaculaires et j’ai hâte de regarder enfin La Grande Vadrouille 2 !

Quant à notre prochain dessin, il s’agit d’une plainte de la Fédération nationale des chasseurs contre Sandrine Rousseau, à propos de la question des armes de chasse et de leur utilisation dans des meurtres conjugaux. Alors, mon ex habite dans le village d’Anguille-sous-Roche, à côté de mon Elbe-en-Irvine. Il n’y a pas de sangliers là-bas, et malgré la réputation des États-Unis, je n’ai pas d’armes à feu. Je vous dis ça au cas où on porterait des accusations.

Notre troisième dessin est un cadeau pour mes huit abonnés dont leurs profils indiquent qu’ils sont voyants ou marabouts. Il s’avère qu’un footballeur, M. Paul Pogba, a peut-être consulté des marabouts pour lancer des sorts contre M. Kylian Mbappé. C’est quand même mieux que nos footballeurs, qui lancent plutôt des coups de feu. Moi, je ne sais rien de leur efficacité, mais ils ont clairement de bon goût, alors je les lui recommanderai s’il me demande des conseils.

Je m’intéresse toujours au fonctionnement interne du Canard. Qu’il s’agisse de l’affaire de l’espion tchèque ou de l’affaire des faux plombiers, Le Canard joue un rôle actif, et les hommes politiques le savent. En ce cas, l’État soupçonne Le Canard d’avoir payé la femme d’un ancien employé, André Escaro, sans qu’elle y ait travaillé. Selon un article dans Le Canard, c’est faux — elle a été embauchée en tant que son assistant afin qu’il continue à dessiner pour eux. Elle a fait ses recherches et en plus, tous les impôts étaient payés. Sinon, après les accusations, ils ont quitté leurs rôles avec le journal.

Comme toujours, si vous avez aimé ces dessins, abonnez-vous !

Mario Kart à Fresnes

Oh là là, je n’imaginais jamais que j’aurais l’occasion de revisiter ce vieux post sur la France dans les jeux vidéo, mais personne, absolument personne ne s’attendait à ce qui se soit passé à la prison à Fresnes. Dans ce temps de pénurie d’essence, il y en a assez afin que des prisonniers puissent faire du karting ? M. Dupond-Moretti prononce les images « choquantes » :

Moi, je préfère le voir comme opportunité. Les joueurs de Mario Kart Tour savent déjà qu’on fait du karting en France :

©️Nintendo

Mais j’ai des suggestions pour de nouveaux équipements pour les prisonniers :

Désolé les prisonniers, mais il vous faut absolument porter les vêtements de Mario pour le karting à la française. Et hop ! Plus de demande pour le karting en prison !

Je dois ajouter que vous avez les meilleurs scandales de prison. En avril, j’ai vu ce gros-titre, mais il n’y avait pas de raison pour écrire un post entier à l’époque :

Capture d’écran personnelle, article ©️Sud-Ouest

On s’attend à faire passer en douce des couteaux, de l’alcool, des drogues — mais en France, c’est plutôt des gourmandises. J’adore ! (Ne vous inquiétez pas, le même gars essayait aussi de faire passer en douce les autres choses.)

Vous savez déjà à quel point j’adore les brouteurs — en fait, les deux derniers abonnés au blog sont des marabouts ! (Voyons s’ils resteront après avoir lu ça.) Le Canard a un article sur les escrocs en ligne, à suivre ce rapport de la Banque de France. La bonne nouvelle : la fraude a baissé en 2021 par comparaison avec 2020. La mauvaise nouvelle : les arnaqueurs ont quand même volé 1,2 milliards d’euros aux Français. La partie qui m’intéresse commence ainsi :

Et voilà le petit dessin :

Je remercie le Bon Dieu que je ne me suis pas fait avoir.

Connaissez-vous la théorie économique des choix publics ? Bref, ça dit que les fonctionnaires ont des motivations en plus de servir le public, comme élever leurs revenus et leurs pouvoirs, alors ils feront des choix qui maximisent ces trucs au lieu de servir les intérêts du public. C’est difficile de voir comment cette nouvelle sert les intérêts des jeunes japonais :

Finalement, je ne connais vraiment pas la Mayotte, mais je comprends trop bien le problème de l’attractivité. Selon l’article des Échos, « Près de la moitié de la population de Mayotte ne possède pas la nationalité française alors même qu’un tiers des étrangers, essentiellement Comoriens, qui l’habitent sont nés sur son sol. » On a un tel problème aux États-Unis, où des touristes asiatiques et moyen-orientaux (liens en anglais) viennent pour accoucher, afin de gagner des passeports américains pour leurs enfants. Depuis 2020, on a changé notre politique afin que les agents consulaires puissent nier les visas (lien en anglais) aux touristes soupçonnés de faire exactement ça. Mais le même problème arrive aussi avec les immigrants illégaux qui sautent les frontières.

Comme toujours, si vous avez aimé ces dessins, abonnez-vous ! (Moi, je viens de renouveler aujourd’hui.)

Sûrement, il l’a demandé

Il y a des semaines où écrire sur Le Canard enchaîné n’est que du bonheur. Puis il y a celles où quelque chose de grave s’est passé. Cette semaine est malheureusement de la dernière variété alors commençons directement avec la chose grave.

Si vous étiez lié avec moi sur Facebook, vous pourriez rechercher toutes les 12 années de mon fil d’actualité sans trouver un seul avis politique. Dès le départ, c’était un choix — ne pas parler de la politique ni de la religion parce que ces arguments ne servent à rien. Puis tout le monde ici est devenu des ayatollahs — je choisis ce mot exprès — et disent que si vous n’êtes pas d’accord avec eux sur même un seul sujet, on ne peut plus être amis, ou pire. (Cette semaine on m’a prévenu que je n’avais pas le droit de partager un article satirique car l’auteur était à sa droite. L’article traitait des relations entre les parents et les ados, rien de partisan.) N’imaginez pas que je parle seulement d’un parti politique ou une région — c’est le pays entier. Disons qu’il y a beaucoup de choses dont vous n’entendez jamais parler dans la presse française.

Alors il y a un certain genre de personne ici qui entend parler de ce qui est arrivé à Salman Rushdie cette semaine et dit « Je n’aime pas la violence, mais s’il ne voulait pas que ça lui arrive, il n’aurait jamais dû écrire son livre. » Ça a commencé dès qu’il a publié ce livre, avec notre ancien président, Jimmy Carter. En 2015, 242 de nos écrivains les plus honteux ont défendu l’attaque contre Charlie Hebdo — ils diraient qu’ils ont condamné la violence, mais qu’ils l’ont comprise. (Deux derniers liens en anglais.)

Moi, je ne « comprendrai » jamais.

On revient au sujet des incendies. C’est vrai qu’il y a de nouveaux pompiers venus d’Allemagne, d’Autriche, de Roumanie et de Pologne pour lutter contre les incendies en Gironde. Je ne comprendrai jamais les pyromanes non plus.

Je ne me souviens pas si je l’ai déjà dit, mais j’admire tellement les centrales nucléaires françaises. On l’interdit en Californie et on demande en même temps pourquoi il y a des pénuries d’énergie. En Ukraine, il y a un risque en ce moment que les russes feront sauter une centrale. Mais comme Le Canard nous dit, il y a malheureusement des problèmes avec celles en France, à cause de problèmes avec les tuyaux, pas de bombardements. Il y en a d’autres avec des risques à cause de la sécheresse.

Ça nous amène à notre dernier dessin. Notre tour n’est toujours pas arrivé dans les Hautes-Pyrénées. Mais c’est apparemment le temps de parler de Lourdes !

Moi, j’ai deux problèmes avec ce corps maudit où une visite à Lourdes ne pourrait pas faire pire que mes cachets inutiles.

Comme toujours, si vous avez aimé ces dessins, abonnez-vous !

Un troupeau de bêtes noires

Cette semaine, Le Canard a sorti un joli troupeau de mes bêtes noires, même si l’expression que je cherche vraiment est l’anglais « pet peeves ». (C’est-à-dire, des trucs desquels on adore se plaindre.)

On commence avec la sécheresse. (Pas celle du Mékong.) En Californie, on appelle ça « la quotidienne ». Quand j’étais ado, il y avait un resto dans le Vieux Quartier (Old Town) de San Diego avec des panneaux sur les tables : « On est dans la deuxième année d’une sécheresse de deux ans. » Ces panneaux restaient jusqu’à leur onzième anniversaire. Je ne me moque pas du tout de cette question de lait — je la comprends trop bien.

Mais savez-vous où les pelouses ne deviennent jamais marrons ici ? Les terrains de golf, les hôtels Ritz-Carlton, les maisons de Beverly Hills. En même temps, le gouvernement nous fait honte si on ne remplace pas nos pelouses par des cactus. Je comprends trop bien celui-ci aussi :

Tout ce que je pourrais ajouter serait de la polémique, alors je me tais maintenant.

L’une de mes bêtes noires préférées est l’art public. J’ai déjà méprisé le monument à Johnny Hallyday, mais même s’il n’a vraiment rien à voir avec les rodéos urbains, il ne me dérange pas quand Le Canard fait la comparaison.

Finalement, je ne pouvais pas trouver un article pour expliquer celui-ci, juste les trucs habituels pour se faire vomir. Mais j’ai déjà RÂLÉ du lien entre Paris et les conneries romantiques, alors qui s’en fiche ? Mais honnêtement, même si je n’ai jamais fait cette connerie, euh…laissez tomber.

Bon, j’ajouterai que ça sent la danse de Sadie Hawkins, une tradition américaine aux collèges. Mais ce n’arriverait jamais ici après l’université, les rôles inversés.

Comme toujours, si vous avez aimé ces dessins, abonnez-vous !

Darmanin à la rescousse !

J’essaye toujours de ne pas faire les polémiques en lisant Le Canard enchaîné, et surtout de ne pas critiquer les hommes politiques de peur d’apparaître partisan. Mais mon amour des blagues du Canard sur M. le Prenier Ministre Castex n’était pas un secret, et je vais avouer quelque chose : Il me semblait quand M. le Président Macron était en train de choisir un nouveau premier ministre que s’il avait choisi M. Darmanin, on aurait appelé son terme les « neuf mois glorieux du Canard ». Mais il me semble aussi que c’est mieux pour la France que ce n’est pas arrivé. Dans ce numéro, il est la vedette pour beaucoup de raisons — les incendies, la Corse, le Stade de France… j’ai eu trop de bons choix !

Presque toutes les années, un pyromane ou autre met la feu à la Californie (2022, 2021, 2020, 2019…). Alors je comprends trop bien cette histoire et j’espère que vous n’êtes pas gentils avec le(s) con(s) quand vous le(s) trouvez.

M. Darmanin va désormais visiter la Corse toutes les six semaines. Le FLNC a récemment revendiqué seize actions après une longue période sans beaucoup d’activité.

Peut-être que vous avez suivi les matchs de foot de l’Euro féminin, où les anglaises ont gagné. Les britanniques sont partis, mais pas assez pour les allemands.

Finalement, j’ai l’impression que pour beaucoup de monde, n’importe quel serpent est un boa constrictor :

Comme toujours, si vous avez aimé ces dessins, abonnez-vous !

Faut pas étouffer ses collègues

Aujourd’hui est l’anniversaire de Bourvil. Pour autant que je sache, il n’avait rien à voir avec Le Canard enchaîné — son sens de l’humour est très loin du leur — mais il n’y a pas d’autre occasion pour le mentionner dans ce post.

En tant que vieille baderne, j’ai rien contre les codes vestimentaires. Chez les cravates, une invention maudite des croates, d’où le nom, c’est toute autre chose. Elles existent pour étouffer leurs victimes et rien d’autre. En lisant de la prise de bec sur les cravates à l’Assemblée Nationale, je me suis rappelé le film des Frères Marx, Plumes de cheval. Dans le film, il y avait une chanson intitulée « Whatever it is, I’m against it » (Quoi que ce soit, je suis contre). C’est l’attitude typique des hommes politiques partout dans le monde, tant qu’une idée vient de leurs adversaires. Alors la députée LFI Clémentine Autain a probablement raison quand elle a dit :

Je parie que si je venais en cravate à l’Assemblée, il demanderait à ce que la retire.

Clémentine Autain sur Twitter

Il y a toujours des incendies en France, notamment dans l’Hérault. En Californie aussi — ça se passe tous les étés et doit autant à nos politiques bêtes sur la gestion forestière qu’à toute autre chose. Mais nos incendies se produisent des trucs beaucoup plus stupides que les vôtres. Par exemple, il y a deux ans, nous avons eu un gros incendie à cause d’une fête « gender reveal » (révélation de genre). Je n’arrive toujours pas à croire que ça s’est passé.

Il reste deux ans avant les Jeux Olympiques, mais apparemment vous êtes toujours en train de découvrir une leçon que nous avions déjà dû apprendre en 1996 à Atlanta et 2002 à Salt Lake City — les JO ne sont pas rentables. Un profit de 10 $ millions après 1,7 $ milliards dépensés en 1996 et 56 $ millions après avoir gagné 1,2 $ milliards en 2002 — mais ce dernier ne comprend pas 700 $ millions d’impôts ! M. le Président Macron dit qu’il n’y aura pas d’impôts pour payer Paris 2024. Ce serait… exceptionnel. (Au fait, les grecs vous remercient toujours.) Quant aux JO, j’avoue que je ne suis pas fan.

En ce moment, le premier Tour de France pour les femmes est arrivé. Le Canard imagine que ça veut dire que les rôles domestiques stéréotypés sont inversés. Mon avocate m’interdit de dire plus.

Comme toujours, si vous avez aimé ces dessins, abonnez-vous !

Cet été, c’est l’enfer

Il y a quelques semaines, avant la canicule, un ami m’a partagé un dessin sur Facebook. Ça vient d’un dessinateur, Prims, qui publie ses travaux sur Twitter.

Source

J’ai dû y penser pendant une semaine pour comprendre le calembour, car ma prononciation d’extrêmement avait apparemment une syllable de trop. J’avais beaucoup moins du mal à comprendre nos dessins de cette semaine car la canicule, elle est partout. Au fait, le dessin en haut apparaît aussi dans son livre, disponible ici.

On ne commence pas avec le temps, mais plutôt avec quelque chose à la première page qui m’a tellement fait rire que je me suis dit « Faudra le mettre en premier ! ». Il s’avère que M. le Président Macron a volé dans un jet militaire :

Je dirais juste qu’il faut faire attention aux souhaits. Il était une fois, Michael Dukakis, l’ancien candidat à la présidentielle des Démocrates, pensait que rouler dans un char lui donnerait l’air d’un dur à cuire. Puis les photos sont apparues. Il avait l’air ridicule, et l’évènement est connu jusqu’à nos jours comme l’un des plus grandes erreurs politiques (lien en anglais).

Vous souvenez-vous de la fois où j’ai appris du Livret A ? Voilà le retour :

Je ne veux pas vous décevoir, alors : QU’EST-CE QU’IL Y A AVEC LA PORSCHE ? Faudrait être une Peugeot Hypercar ! Même une Jannarelly ! (Je remets mon chapeau OSS 117.) Peut-être que les espions étrangers ont repris le Canard.

Vous n’avez aucun besoin de liens pour vous rappeler la canicule, alors on passe directement à notre prochain dessin :

Je ne connaissais pas les mégalithes de Carnac, et il s’avère qu’ils sont dans le Morbihan, le seul département breton qui nous reste.

Finalement, un bref souvenir personnel. Il y a deux ans, il y avait des incendies chez moi comme celles en France en ce moment. Je n’ai pas été évacué mais je vivais à quelques kilomètres des flammes. Les seules personnes parmi mes amis qui m’ont contacté étaient des français, bien que tous mes amis américains aient su où j’étais. On n’oublie pas les deux comportements.

Comme toujours, si vous avez aimé ces dessins, abonnez-vous !