Archives pour la catégorie La première fois

Le con stéréophonique

J’imagine souvent une conversation entre quelqu’un comme moi et un Français :

Français : Tu vas où en vacances ?

Américain : Je visiterai Colères.

Français : Tu n’es pas sérieux ! Où est-ce ?

Américain : T’es con, toi ? C’est la préfecture du 49 !

Français : C’est toi le con ! C’est Angers !

Américain : Ouais, et ma carte est en anglais, et « anger » est « colère » en français. C’est quoi le problème ?

J’ai de plus en plus la même pensée sur des mots en anglais. Pour une conférence, on dit « conference, » sans l’accent, et « convention » est le même mot dans tous les deux, mais on dirait aussi pour les deux « con. » C’est encore plus drôle pour « téléconférence », parce que l’on dit « telecon, » et c’est habituellement un coup de fil avec plusieurs cons en même temps. Je vous dis tout ça parce que jusqu’à il y a 2 semaines, j’allais assister à un événement aujourd’hui appelé « Audio Con LA. »

En fait, cet événement pour des mélomanes est géré par deux québécois, qui gèrent aussi le Salon de l’Audio de Montréal, et personne ne peut me convaincre qu’ils n’ont déjà eu cette pensée. De toute façon, Audio Con est annulé à cause d’Omicron. Et je suis tellement triste parce qu’il y aurait été beaucoup de liens entre l’événement et ce blog. Oubliez les déchets comme Sony ou Samsung ; certains des meilleurs équipements au monde viennent de France. Je parle de marques comme Focal, Micromega, et Jadis. Mais il s’avère que j’ai quand même une histoire de son et d’un produit français.

Depuis mes jours au lycée, je suis toujours fier du fait que tout mon équipement est fabriqué aux États-Unis. Beaucoup de monde croient que tout ce genre de truc vient du Japon ou de la Chine, mais c’est pas vrai. Quand je dis tout mon équipement, c’est la vérité — l’amplificateur, les haut-parleurs, même deux des trois lecteurs de disques (pour mes films français, j’ai dû acheter un produit de Sony). J’ai le même casque depuis 1996, qui vient d’une entreprise à New York City :

Le casque marche parfaitement toujours, et d’habitude, je ne fais pas de changements juste pour l’avoir fait. Mais c’est mon loisir le plus important, et j’espérais qu’en assistant à Audio Con, j’aurais eu l’opportunité d’écouter certains produits français. Je veux que ça fasse partie de toute ma vie.

Par hasard, en même temps que l’évènement a été annulé, j’ai eu une très rare opportunité, d’acheter un casque audio de Focal — d’un revendeur autorisé, mais arrêté par le fabricant — pour un tiers de son prix d’origine. J’ai pris le risque. Voilà :

Et croyez-moi, je l’ai enregistré avec Focal dans la bonne langue :

Comment est-ce ? Si vous connaissez bien les casques, il y a deux sortes, ouverts et fermés. Mon ancien, c’est ouvert. Le nouveau, c’est fermé. Je dirais que le nouveau est plus différent que meilleur, mais c’est également le cas que mes jeans du Temps des Cerises ne sont vraiment pas meilleurs que les jeans Polo. Ce sont plutôt une expression d’identité, et pour la deuxième fois cette semaine, je ne regrette rien.

Je suis sauvé !

Ma fille a goûté la galette des rois d’hier. Je suis sûr que vous êtes surpris qu’elle a trouvé le fève.

« Justin, » vous dîtes « vous avez triché, bien sûr. » Oui et non, je peux répondre, en toute confiance. D’une part, je n’ai fait aucune marque. D’autre part — je n’ai pas eu besoin. Regardez encore une fois la photo de la galette après la cuisson :

J’ai déjà su parce que cette partie a été au-dessus les mots « made in France » sur mon tapis. Et à cause du fait que les marques n’étaient pas du tout régulières, c’était très simple de se souvenir d’où couper.

En tout cas, bien qu’elle n’aime toujours pas la frangipane, elle m’a dit qu’elle a aimé la galette, et qu’elle serait heureuse d’en avoir une autre l’année prochaine. Je suis bien satisfait de ce résultat.

La galette de Miraculous

Oui, c’est un jour en retard pour publier quelque chose à propos des galettes des rois, mais j’en ai fait un ce soir pour vendredi. Pourquoi ? C’est pour ma fille, qui est un grand fan de la meilleure émission pour les enfants, Miraculous. Je vous ai dit qu’il y a un épisode qui traite des galettes, et elle m’a demandé de lui faire une galette. Avec plaisir. (La decoration aurait pu mieux se passer.)

C’est la première fois où j’ai mis un fève dans une galette (il dit ça comme s’il a fait plus de 4 galettes des rois dans sa vie entière — M. Descarottes). Et je suis sûr que vous me comprenez quand je vous dis que l’on n’a pas de fèves dans nos magasins. Alors je suis allé dans plusieurs bijouteries à la recherche de quelque chose de la bonne taille et pas trop cher. 30 $ plus tard, voilà :

Mais on va parler un peu plus de Miraculous, surtout sur l’épisode « Chère famille », et pourquoi ça a capturé l’imagination de ma fille.

Peut-être que vous saviez déjà que le père de l’héroïne est boulanger, et que la famille a leur propre boulangerie. Mais au moins en traduction, c’est rarement le cas que les épisodes parlent fortement de la culture française. Tout se déroule à Paris, souvent en haut de la Tour Eiffel, mais la grande majorité de l’émission pourrait avoir lieu dans n’importe quelle grande ville. C’est donc un événement très inhabituel quand une fête ou des traditions uniquement françaises prennent la parole. (En traduction, l’Épiphanie n’est pas mentionnée en tant que telle ; les personnages parlent plutôt du « Jour des galettes ».)

Ça se passe de manière plutôt spectaculaire ! Il y a de petites créatures magiques, appelées Kwamis, d’où viennent les pouvoirs des héros. Si un Kwami utilise ses pouvoirs tout seul, sans un être humain, il y aura une catastrophe. Et cette fois, quand un Kwami veut manger une galette des rois, son vœu crée une galette géante qui remplit le ciel entier au-dessus de Paris !

Capture d’écran du trailer officiel de Chère Famille, ©️ ZAG-Method

À chaque fois où le méchant, Papillon, veut attaquer les héros, il jette un sort à quelqu’un pour en faire un nouveau méchant. Cette fois, il choisit 4 membres de la famille de Ladybug (l’héroïne, mais il ne le sait pas), dont son père, qui devient « Boulangerix ». Il ressemble fortement à Obelix, non ?

Capture d’écran du trailer officiel de Chère Famille, ©️ ZAG-Method

Alors, elle est curieuse parce que cette épisode est plutôt plus française que d’habitude, et moi, je veux l’encourager, bien sûr.

J’ai suivi la même recette de Cook&Record que l’année dernière, mais j’ai essayé quelque chose de stupide pour la décorer. J’avais eu l’idée que je pouvais utiliser l’emporte-pièce papillon d’hier pour couper des lignes au-dessus, au lieu d’un couteau. Voilà, des photos :

J’aime bien l’idée, mais je crois que ça a fait des trous qui n’étaient pas égales partout. À cause de ça, une partie de la galette est devenue plus gonflée que le reste. Oups.

Je vous dirai ce qu’elle pense de la galette. Franchement, je suis stressé. Je veux tellement qu’elle l’aime.

Le second degré n’est qu’une température

Je vous rappelle que j’ai acheté ce petit livre dans ma dernière commande chez FNAC :

J’ai lu tout de ce livre pendant environ une heure — c’est court. Mais j’ai beaucoup appris, parce qu’il y a de beaux jeux de mots avec des proverbes. Ici, je partagerai quelques de mes préférés et ce que j’ai pu apprendre. Puisque la plupart des blagues du livre étaient d’abord des Tweets, j’ajouterai des liens.

La lurette est-elle vraiment belle ? En avez-vous des photos ?

Source

Selon cette explication de l’Alliance Française de Raleigh-Durham, l’expression « il y a belle lurette » veut dire « depuis longtemps », et « lurette » vient du mot « heurette », ou « petite heure ».

Non, une souris verte ne peut pas devenir un escargot tout chaud.

Source

Je ne connaissais pas cette chanson pour les enfants. Selon Femme Actuelle, les paroles parlent de la guerre de Vendée de 1793 à 1796 — on a parlé de cette guerre au lycée aux États-Unis ! C’est pas qu’une souris se transforme, mais plutôt qu’un soldat républicain qui a torturé un soldat vendéen (la souris verte) aurait reçu une récompense (l’escargot chaud).

Quand on me dit que c’est la fin des haricots, je suis content parce que je n’aime pas les haricots.

Source

On dirait en anglais que c’est le bout de la rue. Selon le blog du Projet Voltaire, il y a plusieurs théories sur les haricots — peut-être que c’était la dernière chose à manger sur les navires au XVIIIe siècle, ou peut-être que les haricots étaient les monnaies d’un jeu de société.

Vous ne pouvez pas dire à quelqu’un qu’il est né de la dernière pluie parce qu’en fait, il est né de sa maman.

Source (pas exact)

Selon le site All About French, c’est-à-dire que quelqu’un n’est pas naïf. Bien que je n’aie jamais entendu celle-ci, j’ai tout de suite compris, parce qu’on a un dicton similaire en anglais — je ne suis pas né hier soir. On dit aussi « Je ne viens pas de tomber du camion de navets. »

Savez-vous combien de temps met un maçon portugais pour construire un mur ? En fait ça dépend de la taille du mur et de plein d’autres paramètres.

Source

Je ne comprends exactement ce que ça veut dire, mais j’ai trouvé plein de blagues à propos des maçons portugais, comme celle-ci (un peu sale) et cette page avec de nombreuses blagues. Il y a des trucs à propos de leur accent (que je ne reconnaîtrais pas) et le fait d’être des maçons, mais ça n’en explique pas beaucoup.

Il y en a un que je ne comprends pas du tout. Ça dit « Expression : PANTOMBERNEAU ». Bien que je l’aie trouvé sur Twitter, il me semble que c’est du n’importe quoi, parce que les réponses sont toutes bizarres. Mais je suis sûr qu’il y a un genre de calembour ici, parce que c’est le style de l’auteur.

De toute façon, j’espère que vous comprenez maintenant pourquoi j’adore tellement ce monsieur — quand j’ai le cafard, je compte sur lui de me rappeler de trouver une tapette à mouche !

Le bilan de la première moitié du jeu

Il y a quelques semaines, je vous ai dit que j’allais jouer Final Fantasy V en français. J’ai récemment fini la première moitié du jeu, et j’ai gardé un journal de ce que j’ai appris pendant ce temps.

La liste de vocabulaire est plus petite que je m’attendais :

On peut voir que mon correcteur connaît tous ces mots, sauf « fichtre ». Mais ça nous montre que le correcteur n’est pas trop intelligent, parce le mot « défigeur » n’existe pas, ni dans Google Traduction, ni dans le dictionnaire Collins-Robert, ni dans le Trésor de la Langue Française (voilà, les trois sources que j’utilise toujours, dans cette ordre-là).

Exactement comme les films, je prends des photos ! Je vais vous montrer seulement celles où j’ai appris quelque chose de plus qu’un sens.

Cette expression, « jeter l’éponge », était claire dès que je l’ai vu. En anglais, on dirait plutôt « jeter la serviette », mais tous les deux veulent dire exactement la même chose. Bon à savoir.

Je connaissais déjà « malchance », mais « guigne » veut dire que ça se répète. C’est donc un mot plus idiomatique que dire « J’ai de la malchance encore et encore. » On dirait plutôt « J’ai la guigne. »

Voilà, un mot inventé. J’ai demandé au groupe de fans de Laurence Manning, et un québécois bilingue me l’a expliqué. Ça guérit un état appelé « Fossile ». En anglais, les « défigeurs » sont des potions appelées « Soft » (doux), et l’état est appelé « Stone » (pierre). C’est difficile à deviner quand on vient de l’anglais.

« Matelots » m’a confondu, bien que j’aie su que le personnage qui a dit ça était un pirate. Je connaissais déjà « saccager » parce que « #SaccageParis » est un « hashtag » populaire sur Twitter parmi ceux qui n’aiment pas les changements du maire. Et « piller » est presque le même mot que son sens en anglais, « pillage ». En fait, « saccage » n’est pas non plus loin de son sens en anglais, « sack ».

Il n’y a pas de vocabulaire ici. C’est juste notre première rencontre avec le méchant, Exdeath. On parlera encore de lui pendant la suite.

L’expression la plus intéressante jusqu’à maintenant : « en deux temps, trois mouvements ». J’ai trouvé le sens sur le site d’un prof de français, Laura Lawless. En tant que musicien, j’adore cette expression ! Je ne savais pas que « temps » voulait dire aussi le mot italien « tempo ». On le trouve tout le temps dans les partitions.

Fichtre n’est pas connu chez Apple, évidemment, mais Google Traduction m’a donné deux sens liés, « whew » et « darn ». « Darn » est un mot habituellement traduit par « punaise » ou « purée ». J’ai un peu de peur que ce soit peut-être un plus gros mot, et que je ne devrais pas faire confiance à Google. Vous pouvez me l’expliquer.

Finalement pour ce post :

Je connaissais déjà « Du gâteau » (l’expression exact en anglais serait « C’est un bout de gâteau »), mais ce qui arrive en ce moment, c’est drôle. Votre groupe vient de tuer un gros monstre. Dès qu’ils fêtent leur victoire en disant « du gâteau », la tour commence à s’effondrer. OUPS !

L’atelier de Noël

Aujourd’hui, j’ai suivi un cours sur Noël en France avec l’Alliance Française. Je partagerai quelques choses que j’ai appris ; peut-être que plusieurs apparaîtront ici.

On a parlé du Père Fouettard, qui était tout inconnu chez moi ; cependant, je connaissais le Zwarte Piet des Pays-Bas, un personnage très similaire. Il donne du charbon et des coups aux enfants. En France, il serait déjà trop tard pour lui à nous rendre visite, parce que vous recevrez vos cadeaux le 6 décembre. Ici, c’est le 25, et croyez-moi — j’aime ma fille, mais elle mérite bien que je lui fasse un peu peur. (Elle est presque ado, d’ici deux ans…)

On a aussi parlé de la cuisine. Vous ne seriez surpris si je vous disais que je suis déjà en train de planifier une bûche de Noël. Mais on n’a pas encore visité l’Alsace dans le Tour, je ne connaissais donc pas la tradition des bredeles. Il y en a des centaines à faire ! Je vais tuer tous mes amis diabétiques avec les photos, dont moi, mais il faut à tout prix que je suive les traditions.

Nous avons appris deux chansons pour Noël. L’une des deux, Mon beau sapin, n’est que la version française d’une chanson allemande, « O Tannenbaum », connu en anglais sous le nom « Oh Christmas Tree. » Peut-être que vous avez déjà deviné l’autre, mais je ne dirai rien au cas où je l’enregistrerais.

On a fini par parler des marchés de Noël. Mais la prof n’arrivait pas à me torturer aussi qu’un courriel récent de la SNCF. Voilà leurs suggestions pour visiter les marchés à Lille et en Alsace. Voici une capture d’écran :

Je pourrais vous montrer une photo de ce qui existe chez moi en ce moment, mais je ne publie que de belles photos ici.

Je donne des photos à Wikimedia

Aujourd’hui, j’ai reçu un courriel très intéressant. Un internaute a découvert mon post à propos de l’exposition à la Cinémathèque Française et voulait utiliser des photos pour un article sur Wikipédia :

Franchement, j’aurais déjà offert quelques photos à Wikimedia (ce qui héberge les fichiers média pour Wikipédia), mais après avoir vu toutes les belles photos que j’utilise dans les posts « Je découvre », je n’imaginais pas que les miennes seraient intéressées à quelqu’un.

Alors je viens de tout télécharger (au fait, j’adore ce mot-là ; c’est beaucoup plus beau que le nôtre, « download »). Vous pouvez voir mon histoire sur Wikimedia ici, et sachez que j’ajouterai bientôt plus de photos, dont quelques inédites. Voilà la première que vous n’avez jamais vu, des plumes de L’Avare :

Des plumes d’Harpagom, Photo par MOI, j’ai donc le droit !

Mon t-shirt Chef Dumas

Il y a des années, avant cette aventure, une amie m’a dit quelque chose de très perspicace. « Tu es la personne la plus américaine que je connais. À chaque fois où tu t’intéresses à quelque chose, tu n’es pas content juste de faire la chose. Il faut toujours que tu achètes le t-shirt et les souvenirs. » (Bien sûr, elle m’a dit tout ça en anglais. Mais elle avait raison !)

Alors, ce qui est arrivé par courrier cet après-midi, c’était inévitable.

D’habitude, je ne porte pas une casquette de baseball. Mais avec mes cheveux, ou peut-être le manque de ça, quand je prends un égoportrait (le meilleur mot créé par les québécois !), je ressemble aux Coneheads. C’est insupportable. (Pas besoin de me contredire. Je ne vous croirai pas.)

En tout cas, vous ne croiriez jamais d’où venait ce t-shirt, vendu par un chef français qui habite parfois au Québec :

La Caroline du Nord ?!? Je doute fortement que tous ses colis vient d’ici, surtout pour les européens. En fait, il s’avère qu’il y a une entreprise d’impression à la demande à cette adresse. Je sais que Cook&Record utilise cette entreprise française pour ça (et si vous voudriez lire de mauvais franglais, cliquez ici avec enthousiasme !). Je me demande — s’il peut faire ça avec un public complètement francophone et dont peu de gens habitent aux États-Unis, pourquoi est-ce qu’Indochine ne peut pas faire la même chose ?

Jouons à Final Fantasy V

Quand j’étais ado, les premiers jeux vidéos de la série Final Fantasy ont sortis. Mais seulement la moitié des jeux en dehors du Japon. Ceux qui on appelaient 1,2, et 3 aux États-Unis et en Europe étaient en fait 1,4, et 6 au Japon. Il y avait de nombreuses raisons pour ça, mais beaucoup d’ans plus tard, on a enfin tous les jeux dans l’Occident. Et cette année, on a enfin des versions définitives, dont celui que j’ai acheté cette semaine, Final Fantasy V. Mais pourquoi parle-je d’un jeu japonais ici ?

Parce que j’ai décidé de le jouer dans le français original ! (OK, c’est une blague que j’ai volé du sixième film de Star Trek, où un personnage dit que Shakespeare est mieux dans le Klingon original.) Non, mais sérieusement — je fais cette expérience parce que ces jeux sont pleins de dialogues, et je serai tout perdu si je ne comprends pas.

Et il y a des choix intéressants pour un linguiste ou un fan à découvrir ! Par exemple, au début du jeu, le personnage principal, Bartz, rencontre un vieux homme, Galuf, et il lui tutoie :

Il est impossible que ce soit le cas dans le japonais original. Personne n’oserait jamais écrire un dialogue en japonais où un jeune n’est pas poli avec un vieux qu’il vient juste de rencontrer. C’est une langue avec 17 niveaux de politesse pour les excuses ! Moi, j’ai suivi deux ans de cours de japonais, mais je n’ai jamais maîtrisé leur politesse. Comme vous savez, la politesse française me convient parfaitement.

Certaines expressions sont difficiles à traduire, et les écrivains ont choisi des mots très différents pour la version française. En anglais, on dit « thunder » pour « tonnerre », mais aussi « thundering » pour utiliser tonnerre comme adjectif. Ça ne marche pas en français. J’étais vraiment surpris à voir « Tonnerre de Mysidia ! » comme expression — Mysidia étant un endroit dans des jeux précédents — et il s’avère que la version anglaise était « Thundering tempests » (tempest = tempête). Parce que la grammaire ne marchait pas, ils ont inventé une nouvelle expression plus authentique à l’histoire de la série !

En général, la langue de ce jeu est très formelle. Les personnages demandent « Qu’est-ce que c’est ? » au lieu de « C’est quoi ? » (il y a certains qui disent « Qu’y a-t-il ? ») et presque tout le monde se vouvoie. Je trouve ça absolument charmant, et si le trop petit texte ne me rend pas aveugle, je crois que ce sera l’une des expériences les plus intéressantes de ma vie !

Sa vie à Los Angeles

Ce soir, j’étais à LA pour un événement de l’Alliance Française de Los Angeles. C’était un spectacle appelé « Ma vie à Los Angeles », par une actrice expatriée, Sarah Trem. Tout en français, et la première fois pour moi d’assister à quelque chose en personne en français.

Je veux vous donner une idée du théâtre. C’était un petit espace dans un bâtiment à Santa Monica, une ville à côté de Los Angeles. Voilà :

Avant la performance, quelque chose s’est passé qui m’a rendu honteux à cause de mes compatriotes. Il y avait une annonce qu’elle allumerait une cigarette pendant le spectacle ! Sont-ils de si gros bébés qu’ils ne peuvent même pas voir une cigarette sans pleurer ou se mettre en colère ? On va parler un peu de plus sur ce sujet en bas. Je suppose que je devrais également vous prévenir : il y aura des opinions beaucoup plus fortes que d’habitude ici.

J’aimerais vous dire que j’ai tout compris sans l’aide des titres qui ont été projetés au-dessus de la scène. Mais ce serait un gros mensonge. Elle a utilisé beaucoup de mots que je ne connaissais pas. Peut-être que j’ai compris la moitié sans aide.

Son sujet était ses expériences en tant qu’expatriée, et j’étais un peu déçu. J’ai dit une fois à un ami qui étudiait aux États-Unis, « Il me semble que les français ont souvent la bonne attitude vers chez moi, mais pour les mauvaises raisons. » C’était fortement le cas ici. Ça fait 5 ans qu’elle habite à Los Angeles, mais la plupart de ses commentaires étaient les mêmes genres de stéréotypes que j’entends souvent de mes amis européens qui ne connaissent pas les États-Unis sauf par la télévision.

Elle a donc parlé de toute la chirurgie esthétique que l’on trouve à Hollywood, de la fausse convivialité des américains, de notre tendance de parler très fort. Et d’accord, c’est tout vrai, dans la mesure du possible. Elle a aussi parlé du fait que tout le monde à LA prétend d’être acteur ou mannequin à la recherche de leur opportunité. Aussi vrai, mais bien que je déteste cette ville-là après y avoir vécu pendant trois ans, je connais une ville différente que celle qu’elle a décrite. On ne trouve pas de faux acteurs dans les quartiers mexicains, par exemple, comme celui où j’habitais.

Il y avait deux choses dont je veux dire un peu de plus. Souvenez-vous de la cigarette ? Eh bien, elle l’a allumée pendant peut-être 30 secondes. Puis elle a parlé de la GRANDE hypocrisie que nous avons vers les cigarettes, tandis que nous fêtons la marihuana. C’est pas mon hypocrisie. Je n’ai jamais fumé. Mais je déteste la marihuana, et à mon avis, nous nous comportons comme de petits bébés dès que nous entendons parler du tabac. Ça reste légal. Si nous étions sincères, nous ne nous permettions pas d’imposer de lourds impôts aux membres les plus pauvres de notre société. Je l’applaudis.

La deuxième et dernière chose — elle a bien appris notre mauvaise attitude vers nos citoyens asiatiques. Il n’y a que deux groupes auxquels on peut se moquer sans peur ici, les asiatiques et les juifs (et elle a raconté une blague à propos des juifs aussi, mais beaucoup plus sur les asiatiques). Il était une fois, les comédiens pouvaient raconter des blagues sur n’importe quel groupe ici, et je dirais que c’était mieux pour la liberté d’expression. Mais si c’est maintenant un faux pas à faire des blagues ethniques, je le trouve…intéressant…que ce ne soit pas un problème envers nos plus petites minorités. C’est pas une critique de Mme. Trem — elle a bien absorbé exactement l’attitude de nos bien-pensants.

Reviendrais-je pour la revoir ? Dans un autre spectacle, bien sûr. Mme. Trem est carrément une actrice talentueuse, et franchement, j’étais heureux de passer deux heures complètement en français.