Archives pour la catégorie La première fois

Mon livre de Jeanne d’Arc

Quand j’étais à l’école maternelle, c’était une école Montessori. Si vous ne connaissez pas la professeure italienne Maria Montessori, elle avait une théorie selon laquelle les enfants apprendraient très vite si on les laissait faire les activités que les intéressaient. Je vous dis ça pour expliquer qu’à l’époque, je voulais lire. Il y avait une petite bibliothèque avec environ 100 « Ladybird Books » — et je les ai tous lus ! Parce que je ferai le « Tour de Jeanne d’Arc » à Rouen et Orléans, j’ai trouvé une copie de mon livre deuxième préféré (désolé, la famille royale d’Angleterre m’intéressait encore plus). Je parle de « Joan of Arc », comme on l’appelle en anglais.

Pour un livre d’une édition britannique, c’est très juste vers la cause française, et surtout vers Jeanne elle-même. Il se vante un peu au début sur Henry V et Agincourt, mais franchement, il faut laisser les élèves britanniques se sentir bien, parce que ça devient vite une histoire de victoires françaises. Voici l’introduction :

Ma traduction :

Jeanne d’Arc était une paysanne profondément religieuse, avec le bon sens de quelqu’un qui a grandi en travaillant dans une ferme. Les soldats anglais croyaient qu’elle était une sorcière et avaient peur d’elle ; les soldats français croyaient qu’elle était une sainte et la suivaient ; les courtisans et les évêques français étaient jaloux d’elle et l’ont trahi. Qui peut dire qui avait raison ; tout ce que l’on dire est qu’elle a sauvé la France.

À mon avis, c’est juste. L’auteur, L. Du Garde Peach, a eu un doctorat en belles-lettres. Il n’était pas historien, mais son histoire appelle le Duc de Bourgogne « despicable » (méprisable) pour avoir vendu Jeanne d’Arc aux anglais.

Je ne traduirai pas plus du livre, parce que c’est long, mais je vous dirai deux choses : 1) on ne trouve plus ce genre d’histoire en anglais — ses visions sont traitées avec respect, pas comme les illusions d’une folle, et 2) ce livre ne prend pas ses lecteurs pour des cons — il dit franchement à la fin qu’elle a été brûlée pour la sorcellerie.

Je conclus en partageant avec vous quelques photos du livre. J’espère qu’elles vous donneront une idée de ce qui m’inspire.

Une lettre à Indochine

Il y a quelques semaines, quelqu’un a posté l’adresse pour les demandes d’autographe dans un de mes groupes de fans d’Indochine. Il faut que vous leur envoyiez une enveloppe timbrée, et pour moi, c’est un problème. Mais plus maintenant ! Quand je serai en France, j’achèterai des timbres, et je leur enverrai ma lettre. C’est la première fois dans ma vie entière — je n’ai jamais écrit à Rush ou Queensrÿche. (Oui, ce dernier nom n’est pas une blague.) Voici la lettre que j’ai écrit :

J’ai inclus une photo qui signifie quelque chose de spécial pour moi. Si quelqu’un du groupe la signe et que je la reçois, je la posterai ici. Certains fans m’ont suggéré de dire de quel membre du groupe j’aimerais un autographe. On penserait que je dirais Nico. Mais honnêtement, je m’en fiche — je les adore tous, et si je reçois une réponse, ça suffira. Je ne veux pas dire « n’importe qui » dans ma lettre pour ne pas les insulter.

J’entends parler qu’il faut parfois un an pour recevoir une réponse. Je ne serai pas déçu si je ne reçois rien. Je suis sûr qu’ils reçoivent déjà trop de courriers. Hmm… peut-être que je devrais aussi envoyer une lettre à Catherine Ringer ?

Quel Internet en France ?

J’avoue, je suis en train de paniquer un peu avant le voyage. Je ne m’attends pas que tout ira parfaitement, parce qu’il y a toujours des retards. Mais quand je voyage aux États-Unis, j’ai toujours une sauvegarde — mon portable.

Je viens d’en acheter un nouveau aujourd’hui. Par hasard, la garantie de mon ancien portable aurait expiré trois jours avant mon vol. Alors, c’était une bonne idée de ne pas patienter. Je ne sais pas encore si je ferai confiance à des inconnus pour prendre des photos pour moi — je serais tellement déçu de perdre un nouveau portable à cause d’un voleur. Voilà, un iPhone 12 mini :

J’essaye de décider entre trois choix. La première idée est d’acheter une carte SIM quand j’arrive. Orange vend la bonne chose pour 40 €. Mais je doute que je puisse utiliser cette option parce que je viens d’acheter le portable, alors je ne peux pas changer l’opérateur.

Le deuxième choix est un produit d’Air France. Ils m’ont envoyé un e-mail sur ce sujet. On peut acheter un « Bitebird » pour utiliser du wifi avec votre portable. Je ne peux pas faire des appels téléphoniques, mais ça coûterait moins cher si je prends deux voyages pendant un an. C’est 69 €, mais on peut l’acheter pour 29 € si on achète assez de crédits. Si je savais que je pouvais voyager pour Indochine en 2022, ce serait le bon choix sans question.

Le troisième choix, et ce que je ferai probablement, est de payer 10 $ par jour aux Voleurs AT&T, mon opérateur déjà aux États-Unis. Ils ont des contrats en France, et on peut utiliser des réseaux locaux sans nouvelle carte SIM. Ça coûte 3x par jour ce que je paye déjà pour mon service ! Mais c’est probablement la choix qui me fera le moins mal à la tête.

C’est tout nouveau pour moi. La dernière fois où je suis parti des États-Unis, c’était en 2008. Le monde a bien changé. Mais quel aventurier, qui ne veut aller nulle parte sans Google Maps !

Je rencontre les xénophobes

J’ai quelque chose à dire à cause de ce qui m’est arrivé aujourd’hui. J’ai pensé à l’ignorer, mais il faut parfois prendre position.

Il y avait des mois, un français m’a écrit (EN ANGLAIS) pour me dire que ce blog est à la fois « plus royaliste que le roi » et « la chose la plus française » qu’il a jamais lu. C’était une note gentille et je lui ai remercié et dit aussi que je devrais partager ses commentaires avec une amie qui parle encore de « la calomnie de la brioche ». Ces commentaires restent entre mes trésors les mieux gardés. Je dis tout ça pour que vous ne l’oubliez pas trois paragraphes plus tard.

je ne m’attends pas à ce que tout le monde me connaisse ou me comprenne. Surtout des inconnus sur les réseaux sociaux. Je ne m’attends donc pas à ce que quiconque sur Facebook sache ce que j’écris ici. Mais je ne serai JAMAIS d’accord avec des diffamations de sang. Voici une vidéo du comédien américain expatrié, Sebastian Marx. C’est tout en anglais (avec des sous-titres en français), et il se moque du rôle des États-Unis pendant la Seconde Guerre Mondiale. (C’est seulement sur Facebook, désolé.) Sa vidéo n’est pas de la diffamation. Mais voilà des commentaires que j’ai reçus :

Ces commentaires en anglais disent que les russes étaient dans le Front de l’Est et c’était plus important alors ne dites pas de mensonges, s’il vous plaît, que les américains n’ont entré la guerre qu’à cause d’avoir été payé (répété deux fois), et que les américains n’ont l’air bon qu’aux autres américains. Et en français, bien sûr : « j’espère que tu resteras aux États-Unis ». « Yankee, go home, » comme on disait.

LE PETIT DIEU A FAIT QUOI ? Voilà :

J’ai écrit « Combien de divisions russes étaient en Normandie ? Ou aux Ardennes ? (Zéro pour tous les deux.) Je vous aime beaucoup mais bien que les Alliés ne gagne sans que les Soviétiques changent des côtés, je crois que nous avons l’air bon ici. Et ça vient d’un américain qui a envie de vous suivre. » M. Marx a répondu « Vous avez raison, bien sûr. Je ne voulais pas minimiser la valeur de l’huile d’olive. » (C’est une référence à sa vidéo.)

À mon avis, il était injuste vers le rôle américain. Et il a le droit ! Je ne discute rien à propos de ça. Mais c’est quoi la preuve de la femme qui a dit que les américains étaient payés ?

Elle dit que les britanniques « viennent de finir de vous payer ». Elle fait référence à un prêt de 1946 du gouvernement américain au gouvernement britannique. On peut discuter si c’était juste, ou même si c’était une bonne idée. Mais c’est pas une mauvaise attitude de dire que les canadiens ont fait un accord similaire avec les britanniques, et elle ne les blâme pas. C’est pas une mauvaise attitude de dire que les États-Unis ont donné de l’argent pour le Plan Marshall. Il ne faut pas dire que les États-Unis sont entrés en guerre en 1941 à cause d’une traité en 1946. Mentir sur ce sujet juste pour appeler mon grand-père et ses camarades des mercenaires, ÇA c’est la diffamation de sang.

Je ne parle jamais de politique ici ou sur Facebook, par choix. On a une diction chez nous, « Les avis sont égales aux trous de cul – tout le monde en a un ». Vous n’avez pas besoin de l’un ou l’autre des miens. Mais si le prix de mon projet est de croire à des mensonges juste pour ne pas offenser les cons, je ne le continuerai plus.

L’itinéraire prend forme

Dès que l’on commence à planifier un itinéraire, il faut faire un tri. J’avais une idée pour faire beaucoup lundi, mais les billetteries ont leurs propres idées. D’abord, je pensais à ce calendrier :

Si j’avais pu visiter la Tour Eiffel assez tôt, ça aurait été possible. Mais je n’ai pas pu acheter de billet pour la Tour Eiffel avant 14h. J’avoue, ça ne permettrait qu’une heure à chaque monument, et peut-être 3 au Louvre. En tout cas, je retirerai le Louvre de cet horaire, et je le visiterai un autre jour.

Mais je ferai quelque chose de spécial pour le déjeuner ce jour-là. Connaissez-vous Les Deux Magots ? Peut-être que cette photo vous rappelle quelque chose ?

©️Les Deux Magots

En bas à droite, c’est Claude Giraud dans le rôle de Slimane, dans « Les Aventures de Rabbi Jacob ». Il FAUT que je le visite ! En fait, il y aura beaucoup de sites que je veux voir parce qu’ils sont la France de mes films. L’hôtel des Invalides (la fin de Rabbi Jacob), les Galeries Lafayette (Peur sur la ville, Le Père Noël est une ordure), et pour mon ancienne vie, le Centre Pompidou, qui est apparu dans le film de James Bond, Moonraker.

Quant aux Deux Magots comme restaurant, je sais que ce n’est pas le meilleur. Il n’apparaît pas dans le Guide Michelin, même pas comme Assiette Michelin. J’irai parce que la nuit où je l’ai vu, je suis tombé amoureux de Louis de Funés. C’est le Coup de Foudre !

J’ARRIVE !

Il y a des fois dans la vie où il faut prendre des risques. Je n’ai plus 30 ans. Il y a des gens qui me disent que je suis encore jeune, mais je vis avec une douleur incroyable, grâce à ma colonne vertébrale. Je suis parti en « vacances » la semaine dernière pour rendre visite à mon frère, mais franchement, personne ne dit jamais « Je suis allé en vacances chez le dentiste». Je vous rassure, je préfère le dentiste. Et vous pouviez voir à quoi je pensais pendant ces vacances-là.

Je ne peux pas passer qu’une semaine par an en vacances avec ma fille, et mes parents veulent toujours que l’on fasse quelque chose ensemble, parce qu’ils n’ont qu’un seul petit-enfant. Puisque l’on n’a pas vu non plus mon frère depuis plus d’un an à cause du virus… vous comprenez. Mais comme Calimero, je me sens que c’est trop injuste, que je ne visite jamais la France à cause des choix des autres. Alors…

Je sais déjà beaucoup de ce que je veux faire. Je rêve de ce voyage depuis des années. Il y aura des escales ridicules — j’ai TELLEMENT envie de visiter un Carrefour, une FNAC — et des pièges à touristes comme Les Deux Magots. Sans le concert d’Indochine, je pense faire le « Tour de Rabbi Jacob », et voir les plus grands sites du film. Ce touriste bête, il va danser !

Ça passera vers la fin juillet, du 24 au 30. Mon ex partira en vacances le même jour avec ma fille — c’est la seule raison pourquoi je peux faire ça, et je rentrerai avant elle.

Pensez-vous qu’il serait trop ridicule si j’arrivais à l’aéroport en portant mon t-shirt Nos Célébrations ?

Quand on veut, on peut

Aujourd’hui est un jour heureux. Souvenez-vous que j’ai écrit début du blog des entreprises françaises qui ne vendent pas à l’étranger ? RECONNAISSEZ-VOUS ÇA ?

Hélas, c’est pas l’histoire d’un changement d’avis — il reste le cas que Le Temps des Cerises préfère vendre chez les pingouins qu’aux États-Unis. Mais c’est une histoire de l’amitié et de besoin mutuel.

Un de mes amis a une voiture américaine, et il avait besoin de quelque chose qu’on ne trouve pas en France. J’ai écrit une lettre au fabricant, et il s’avère que la pièce dont il a besoin n’est plus disponible — sauf chez un petit fournisseur. Et ce fournisseur ne livre qu’à l’intérieur des États-Unis.

C’est pas difficile d’imaginer ce qui s’est passé ensuite. Mais, hélas, je dois vous dire que j’ai tellement honte de notre Poste — et que vous devriez être fiers de la vôtre. Pourquoi ? Parce que j’ai reçu mon colis aujourd’hui, 8 jours après que mon ami me l’a envoyé. Et le sien ? Je l’ai envoyé il y a 10 jours, et aux dernières nouvelles, il est arrivé à Los Angeles il y a 8 jours. Je les ai appelés hier, et ils n’ont rien pu me dire. La Poste est beaucoup plus responsable que l’USPS.

Ah bon, les vêtements eux-mêmes ? Puis-je vous dire — ce que vous appelez un jean « regular » ? C’est ce qu’on appelle un jean « skinny » ! J’ai aussi besoin d’un tailleur, parce que les jeans sont un peu trop longs. Mais peu importe — je suis si heureux d’avoir enfin réussi !

Le vin de l’espace

Tous les jours, certains de mes amis postent des photos de Thomas Pesquet, comme s’il était le Français le plus célèbre de l’histoire de l’exploration spatiale. Mais s’il avait resté pilote de ligne, personne n’aurait jamais connu son nom. En revanche, tout le monde connait le nom du vin le plus célèbre au monde, Pétrus. Et contrairement à un seul homme, il y avait douze bouteilles de Pétrus sur l’ISS !

Comment est-ce que cette situation est arrivée ? Il y a une compagnie européenne appelée Space Cargo Unlimited qui a le droit de faire des expériences agricoles sur l’ISS. Selon leur site, les bouteilles ont voyagé 300 000 000 km sur l’SS, une distance d’une année-lumière. 11 des 12 bouteilles sont restées avec les scientifiques pour analyser quand elles sont retournées sur Terre. Mais l’autre bouteille sera vendue par Christie’s, et ils s’attendent à ce que le prix soit plus qu’un million de dollars. Voici le cabinet de stockage fait par Les Ateliers Victor pour la promotion :

©️Les Ateliers Victor

Le cabinet a un compartiment secret pour garder deux bouteilles de vin — l’une venue de l’espace et l’autre qui n’a jamais quitté la Terre. Parce qu’on doit faire une comparaison, bien sûr.

©️Christie’s

Si vous n’avez 1 000 000$, on peut acheter une bouteille de Pétrus 2000 pour juste 4 078.80€. Quelle bonne affaire — je devrais l’acheter pour mon dîner girondin !

(Je plaisante — en tant que suivant de l’Équipe 1er Degré, je ne sais jamais si c’est clair.)

La meilleure boulangerie de France

Une amie m’a parlé de l’émission « La meilleure boulangerie de France ». Quand elle m’a dit que cette émission était sur M6, j’étais déçu, parce que je peux voir des programmes en live de cette chaîne, mais en général, j’ai du mal à regarder quoi que ce soit en replay. Mais s’il y a quelque chose de vrai chez moi, c’est que j’essaye de faire n’importe quoi tant qu’on me le demande en français. (Je suis SI heureux que mon ex ne le parle pas !)

Puisque j’écris sur cette émission, vous savez déjà que j’ai réussi. Je crois maintenant que c’est peut-être un problème de droits — toutes les émissions que j’ai jamais vues sur M6 sont musicales. Même quand j’utilise un VPN, ils me disent que ces programmes ne sont pas disponibles dans ma région. En tout cas, j’ai pu regarder celui-ci et je ne vais pas me plaindre !

Les boulangers sont tous vraiment impressionnants. Voici certaines de leurs créations avant de cette émission :

J’étais heureux d’apprendre que ces grands boulangers utilisent les mêmes outils que moi ! Voici un Silpat et un Microplane — mais bien sûr, ils ont beaucoup plus d’expérience et de ce qu’on appelle en anglais « savoir-faire » (je plaisante, mais juste un peu — nous avons emprunté cette expression).

J’ai mes doutes que ces boulangers aient fini leurs pièces à temps. Quand Bruno et Norbert les ont dit qu’il ne restait qu’une heure le deuxième jour, tout le monde avait encore quelque chose dans les fours. C’est impossible qu’ils soient tous finis en une heure. Mais c’était quand même impressionnant de regarder leurs techniques :

J’avais tort sur l’un des deux gagnants. Voici les pièces des perdants :

Je pensais que l’une à gauche gagnerait. Je crois que l’un des boulangers a dit qu’il a complètement oublié le sucre dans ses sables bretons. Oups ! Je suppose que c’est une trop grosse erreur. Mais je l’ai trouvé la plus belle des quatre. Et les gagnants :

Je pensais que l’une à gauche manquait une création originale aussi incroyable que les autres — mais il n’y a aucune doute : je serais heureux de visiter n’importe quelle de ces boulangeries !

Un jour dans notre vie

C’est enfin mon «anniversaire français». Partout dans le monde, les gens chantent «Joyeux anniversaire», une chanson écrite par deux Américaines. J’entends parler qu’en France, on chante la même chose quand quelque chose ne va pas. Alors, j’ai une idée différente. Rejoignez-moi !

Oui, vous connaissez les mots

Je vous ai promis à la fin de l’année dernière qu’il y aura des nouveautés ici, alors voilà — une nouvelle chaîne YouTube ! Je partagerai là-bas des chansons, des clips des films quand je ne peux pas en trouver le bon, et peut-être des autres choses aussi.

Il y a un an je n’aurais jamais osé imaginer que ce moment arriverait. C’était quelque chose pour passer le temps pendant le confinement. J’avais des rêves, bien sûr, mais beaucoup de monde commencent des projets tous les jours qui se terminent par un échec. Il n’y avait rien qui m’a dit «ce jour sera spécial» — comme Jean Gabin nous a dit, tout ce qu’on sait, c’est qu’on ne sait jamais. On dirait que les histoires d’amour finissent mal, en général, mais celle-ci est une histoire qui n’en finira pas.

Vous voyez ce qui m’est arrivé ? Je suis comme ça tout le temps — et je le préfère !