Archives pour la catégorie La première fois

Le vin de l’espace

Tous les jours, certains de mes amis postent des photos de Thomas Pesquet, comme s’il était le Français le plus célèbre de l’histoire de l’exploration spatiale. Mais s’il avait resté pilote de ligne, personne n’aurait jamais connu son nom. En revanche, tout le monde connait le nom du vin le plus célèbre au monde, Pétrus. Et contrairement à un seul homme, il y avait douze bouteilles de Pétrus sur l’ISS !

Comment est-ce que cette situation est arrivée ? Il y a une compagnie européenne appelée Space Cargo Unlimited qui a le droit de faire des expériences agricoles sur l’ISS. Selon leur site, les bouteilles ont voyagé 300 000 000 km sur l’SS, une distance d’une année-lumière. 11 des 12 bouteilles sont restées avec les scientifiques pour analyser quand elles sont retournées sur Terre. Mais l’autre bouteille sera vendue par Christie’s, et ils s’attendent à ce que le prix soit plus qu’un million de dollars. Voici le cabinet de stockage fait par Les Ateliers Victor pour la promotion :

©️Les Ateliers Victor

Le cabinet a un compartiment secret pour garder deux bouteilles de vin — l’une venue de l’espace et l’autre qui n’a jamais quitté la Terre. Parce qu’on doit faire une comparaison, bien sûr.

©️Christie’s

Si vous n’avez 1 000 000$, on peut acheter une bouteille de Pétrus 2000 pour juste 4 078.80€. Quelle bonne affaire — je devrais l’acheter pour mon dîner girondin !

(Je plaisante — en tant que suivant de l’Équipe 1er Degré, je ne sais jamais si c’est clair.)

La meilleure boulangerie de France

Une amie m’a parlé de l’émission « La meilleure boulangerie de France ». Quand elle m’a dit que cette émission était sur M6, j’étais déçu, parce que je peux voir des programmes en live de cette chaîne, mais en général, j’ai du mal à regarder quoi que ce soit en replay. Mais s’il y a quelque chose de vrai chez moi, c’est que j’essaye de faire n’importe quoi tant qu’on me le demande en français. (Je suis SI heureux que mon ex ne le parle pas !)

Puisque j’écris sur cette émission, vous savez déjà que j’ai réussi. Je crois maintenant que c’est peut-être un problème de droits — toutes les émissions que j’ai jamais vues sur M6 sont musicales. Même quand j’utilise un VPN, ils me disent que ces programmes ne sont pas disponibles dans ma région. En tout cas, j’ai pu regarder celui-ci et je ne vais pas me plaindre !

Les boulangers sont tous vraiment impressionnants. Voici certaines de leurs créations avant de cette émission :

J’étais heureux d’apprendre que ces grands boulangers utilisent les mêmes outils que moi ! Voici un Silpat et un Microplane — mais bien sûr, ils ont beaucoup plus d’expérience et de ce qu’on appelle en anglais « savoir-faire » (je plaisante, mais juste un peu — nous avons emprunté cette expression).

J’ai mes doutes que ces boulangers aient fini leurs pièces à temps. Quand Bruno et Norbert les ont dit qu’il ne restait qu’une heure le deuxième jour, tout le monde avait encore quelque chose dans les fours. C’est impossible qu’ils soient tous finis en une heure. Mais c’était quand même impressionnant de regarder leurs techniques :

J’avais tort sur l’un des deux gagnants. Voici les pièces des perdants :

Je pensais que l’une à gauche gagnerait. Je crois que l’un des boulangers a dit qu’il a complètement oublié le sucre dans ses sables bretons. Oups ! Je suppose que c’est une trop grosse erreur. Mais je l’ai trouvé la plus belle des quatre. Et les gagnants :

Je pensais que l’une à gauche manquait une création originale aussi incroyable que les autres — mais il n’y a aucune doute : je serais heureux de visiter n’importe quelle de ces boulangeries !

Un jour dans notre vie

C’est enfin mon «anniversaire français». Partout dans le monde, les gens chantent «Joyeux anniversaire», une chanson écrite par deux Américaines. J’entends parler qu’en France, on chante la même chose quand quelque chose ne va pas. Alors, j’ai une idée différente. Rejoignez-moi !

Oui, vous connaissez les mots

Je vous ai promis à la fin de l’année dernière qu’il y aura des nouveautés ici, alors voilà — une nouvelle chaîne YouTube ! Je partagerai là-bas des chansons, des clips des films quand je ne peux pas en trouver le bon, et peut-être des autres choses aussi.

Il y a un an je n’aurais jamais osé imaginer que ce moment arriverait. C’était quelque chose pour passer le temps pendant le confinement. J’avais des rêves, bien sûr, mais beaucoup de monde commencent des projets tous les jours qui se terminent par un échec. Il n’y avait rien qui m’a dit «ce jour sera spécial» — comme Jean Gabin nous a dit, tout ce qu’on sait, c’est qu’on ne sait jamais. On dirait que les histoires d’amour finissent mal, en général, mais celle-ci est une histoire qui n’en finira pas.

Vous voyez ce qui m’est arrivé ? Je suis comme ça tout le temps — et je le préfère !

Mes aventures sur les réseaux sociaux

Je vous ai déjà raconté l’histoire de mon début avec Duolingo. Mais après trois semaines avec Duolingo, j’avais faim — je voulais UTILISER ce que j’ai appris. Alors j’ai demandé dans le groupe de fans de Laurence Manning — où on se trouve beaucoup de Québécois — que je pourrais faire pour pratiquer. Quelqu’un m’a donné le meilleur conseil de ma vie — chercher un groupe chez Facebook qui parle de quelque chose que j’aime déjà. Par hasard, quelques jours plus tard, j’ai trouvé cette photo dans un groupe de joueurs de jeux vidéo :

Je me suis dit « That’s it! » (parce que je ne savais pas «Ça y est» à l’époque), puis j’ai rejoint le groupe. Le 26 mai, après seulement deux mois de leçons, j’ai tenté ma chance, et je me suis présenté au groupe :

PERSONNE ne reçoit jamais un accueil comme celui-ci dans les groupes sur Facebook. En ce moment-là, j’ai su que j’étais enfin rentré chez moi. Beaucoup de monde voulaient parler avec moi soit dans les commentaires soit sur Messenger. J’avais beaucoup de questions, et personne ne savait pas que à l’époque «quelque mois» (JE SAIS) ne voulait dire que deux mois !

Un peu plus tard, je demanderais une question vraiment stupide :

On ne peut pas parler de Johnny Hallyday sans causer des problèmes ! Je me demandais pourquoi le premier commentaire était «Gars, vous n’avez aucune idée de ce que vous avez fait» et le deuxième était «J’ai le popcorn !». Heureusement, les modérateurs n’étaient pas en colère contre moi.

C’était grâce au groupe que j’ai découvert tous les sujets de ce blog — cuisiner, les films français, et la musique française. Ici, je vais partager mes questions sur les films et la musique ; la cuisine mérite sa propre histoire.

On peut voir que pendant deux jours — du 21 au 22 juin, j’ai découvert Louis de Funès et Indochine tous les deux. Je pourrais vivre jusqu’à 150 ans mais je n’aurai plus jamais deux jours de magique comme ceux-là. Le groupe m’a conseillé de regarder «Les aventures de Rabbi Jacob», et ils ont eu raison ! Depuis ce moment-là, j’ai regardé 26 films de Louis de Funès, plus que quiconque dans toute ma vie, et je ne suis pas du tout fini avec lui. Quant à Indochine, il n’y a que deux autres musiciens qui m’ont marqué comme eux. Je garderai pour toujours le moment pendant Nos Célébrations où j’ai su :

J’ai aussi maintenant beaucoup de nouveaux amis que j’ai rencontrés grâce à Facebook, à Twitter, et à ce blog. Je vous remercie tous pour m’accompagner dans ce voyage.

Des souvenirs du début

On commence une semaine de souvenirs de ma première année en tant que francophone à la place la plus logique, le début.

Je n’ai rien dit à personne au début, parce que je n’avais aucune idée si je pourrais encore le faire. Mes premières leçons étaient tout comme celles-ci :

C’est tout traduire un mot ici, faire correspondre une photo et un mot là-bas. Ce n’est pas du tout difficile, et j’ai fini toutes les leçons de la première partie en deux semaines. Puis, j’ai dû passer mon premier examen de compréhension, et j’ai failli abandonné mes études ! Pourquoi ? C’est parce que ces leçons faciles ne sert à rien pour préparer un étudiant pour des questions comme celle-ci :

Je n’ai jamais vu la moitié de ces mots à l’époque. Et je ne savais même pas qu’on pourrait dire juste « la » pour signifier une personne ! Heureusement, j’ai réussi, et je voulais vraiment mieux comprendre Laurence Manning, alors, j’ai décidé de continuer. Et je n’ai plus jamais pensé à m’arrêter

J’avoue, il y a eu une leçon juste après ça qui m’intéressait un peu. Oui, Duolingo a une leçon sur le sujet de draguer. Après avoir pris cette leçon, j’ai décidé que c’était une arnaque ! Je doute que QUICONQUE parle comme ça !

Je crois toujours que j’ai raison, que personne ne dit jamais ça. Duolingo fait peut-être cette connerie pour protéger les vrais francophones de leurs élèves ? (Si j’ai tort, dites-moi !) Mais je ferais quand même une grosse erreur. C’est une autre histoire, mais oui, je vous la raconterai !

Une carte postale pour des élèves

Il y a dix jours, une chère amie m’a demandé d’aider à une de ses amies. Son amie travaille pour l’école qui a fait la demande sur cette photo :

Alors, il y a une semaine, je les ai envoyé une surprise !

Je ne pouvais pas éviter faire une référence à La Cité de la Peur, même si c’était seulement pour leur dire que Dingo s’appelle Goofy aux États-Unis. Ici, tout le monde aurait mentionné Donald avant Dingo.

En tout cas, si vous vous intéressez à faire la même chose, je suis sûr qu’ils aimeront recevoir des cartes postales d’autres lieux en France. Dans quelques jours je épinglerai ce post au cas où les profs visiteraient mon blog (Je leur ai donné mon adresse web sous l’adresse sur la carte postale). Je sais déjà — parce que j’ai échangé des cartes postales avec un autre ami — qu’il faut 2 semaines pour livrer une carte postale d’ici en France. Personne n’est obligé — c’est juste que je voulais vous dire ça parce que demain sera mon dîner cantalien, ensuite je compterai les jours jusqu’au 29 mars avec des souvenirs de mon première année comme francophone. Et le 29 — j’aurai quelque chose de SPÉCIAL.

La cuisine au beurre

Ce soir, j’ai regardé mon premier film avec Fernandel, La cuisine au beurre. Malgré le manque de sous-titres, je pouvais comprendre la moitié du film, parce que Fernandel lui-même ne parle pas trop vite. C’était un film drôle, mais je n’ai pas trouvé que le problème du titre — que Fernandel n’aimait pas le beurre mais Bourvil l’aimait — faisait une grande partie de l’histoire. Le combat entre les deux à cause de leur femme était beaucoup plus important.

Par hasard, ce film a lieu dans la ville de Martigues, dans notre prochain département, Bouches-du-Rhône. Je n’avais aucune idée de ce fait — ce film a fait partie de ma dernière grande commande chez la FNAC. En tout cas, il y a maintenant une statue des deux hommes à Martigues :

(Source)

Je rêve d’un été français

Anne-Marie, qui écrit Carry the Beautiful, un blog sur le voyage, a invité ses amis blogueurs d’écrire des histoires sur le voyage. Ça fait longtemps depuis mon dernier, alors je vais vous raconter l’histoire d’un voyage où j’ai peur qu’il n’arrivera plus.

Je suis sûr que vous n’aurez aucun problème de reconnaître ce que c’est :

Oui, c’est un billet pour le concert d’Indochine le 19 juin au Stade de France. Depuis septembre dernier, c’est mon rêve d’être là, parmi les fans, capable enfin de chanter avec la foule. La seule fois où j’étais en France dans toute ma vie m’est arrivée quand j’avais 16 ans. J’étais à l’aéroport de Gaulle, pendant une escale avant de voler à Madrid. À l’époque, je ne pensais jamais que la prochaine fois n’arriverait que peut-être 28 ans plus tard.

Je ne sais pas si le concert se passera. Je crois que c’est encore possible que la moitié des adultes aux États-Unis seront vaccinés par le juin. Est-ce que ça suffira assez pour voyager ? Je n’ai aucune idée. Est-ce que la France permettra à nouveau des touristes en juin ? Aucune idée. Il se passe que je ne pourrais pas passer plus de 7 jours pour ce voyage, et je pense beaucoup à l’itinéraire. Voilà, mon itinéraire imaginaire :

15 juin :

Je pars en avion.

16 juin :

J’arrive. Je visite des lieux qui n’existaient que dans mes films :

Et des autres qui n’existaient que dans mes rêves :

17 juin :

Versailles, j’arrive enfin !

18 juin :

Une décision très difficile. Vais-je à Rouen, avec une très belle gare, la cathédrale, et le plus vieux restaurant en France ?

Mon amie Céline m’a partagé cette vidéo — c’est incroyable !

Où vais-je à Orléans, chez Jeanne d’Arc ?

Où vais-je à Amiens, site de la maison de Jules Verne ?

19 juin :

Le jour Indochine ! Ce matin, je visite La Défense, pour voir La Grande Arche, laquelle fait partie de la vidéo pour Un été français. Puis, je vais à Saint-Denis et le Stade de France. Suis-je trop tôt ? Bien sûr, mais je ne veux rien rater !

20 juin :

Finalement, le musée du Louvre et l’Arc de Triomphe !

21 juin :

L’un des pires jours de ma vie. Je sors aux États-Unis.

Il y a beaucoup de choses qui peuvent arrêter ce voyage. Trop bientôt, il faudra que je fasse une décision. Mais il reste le voyage de mes rëves.

J’achète mon premier livre numérique dans l’UE

Une amie qui me connaît dans un groupe de fans de Laurence Manning, où on parle souvent des jeux vidéo, m’a parlé d’un éditeur de livres sur ce sujet en français : Third Editions. Elle pensait que je m’intéresse peut-être à leur livre sur le jeu Final Fantasy IV, parce que c’est mon jeu vidéo préféré.

Je dois vous dire, c’est un peu un autre exemple de mon post «Quand on veut...». Le livre en papier coûte 12,45 € — et 33,40 € en frais de livraison aux États-Unis. Merci, mais non.

Mais mon amie a aussi trouvé une version numérique. Chaque fois où j’essaie d’acheter un livre numérique, j’ai un problème avec les droits régionaux. Ni la FNAC ni Amazon ne me vendront aucun livre numérique. Mais il ne coûte rien d’essayer et…

Ça marche !

J’ai enfin appris à cause de ce livre pourquoi mes groupes de nostalgiques ne parlent jamais des jeux «Final Fantasy». C’est pourquoi ce jeu japonais est un souvenir de mon enfance, et de mes amis francophones québécois, mais pas de personne en Europe. Le premier jeu de la série en Europe était «Final Fantasy VII» en 1997. J’avoue — j’étais plus qu’un peu choqué par cette nouvelle. Je trouve souvent qu’ils connaissent beaucoup d’émissions américaines que je ne me souviens pas du tout, comme «Tonnerre mécanique» ou «Manimal». Et moi, qui a vu plus de films de Michel Galabru que Robert de Niro, je suis toujours surpris que les français savent plus de mon enfance que moi !

En fait, j’ai déjà acheté un livre numérique en français. Mais c’était chez Amazon aux États-Unis. Ma grand-mère était grand fan de Maigret (en anglais). J’ai donc acheté un livre d’histoires de Maigret il y a plusieurs mois, celui-ci :

C’est encore trop difficile pour moi. J’ai souvent plus d’enthousiasme que de sens. Mais avec le nouveau livre, j’aurais pu l’écrire moi-même ! Je suis donc sûr que je n’aurai aucun problème à le lire !

Shakespeare à Agincourt

Je vous ai promis que je vous donnerai la meilleure blague de Shakespeare. Ça vient de sa pièce de théâtre Henri V, qui traite de la bataille d’Agincourt. Les personnages sont le roi Henri V et Pistol, un soldat anglais. Ce que vous devez comprendre — Pistol ne comprend rien du tout en français, mais il a fait semblant de comprendre plus tôt dans la pièce de théâtre. Quand il rencontre le roi Henri V déguisé, il lui demande «Qui va là ?» parce qu’il sait qu’un soldat français répondra en français — mais il ne connaît pas la langue. J’ai ajouté des traductions en français derrière les symboles «//».

PISTOL

Qui va là ?

KING HENRY V

A friend // Un ami

PISTOL

Discuss unto me; art thou officer?

Or art thou base, common and popular?

//

Dites-moi; êtes-vous officier ?

Ou êtes-vous une personne ordinaire?

KING HENRY V

I am a gentleman of a company.

//

Je suis gentilhomme d’une compagnie.

PISTOL

Trail’st thou the puissant pike?

//

Suivez-vous la puissante pique ?

KING HENRY V

Even so. What are you?

//

Bien sûr. Qu’êtes-vous ?

PISTOL

As good a gentleman as the emperor.

//

Aussi gentilhomme que l’empereur.

KING HENRY V

Then you are a better than the king.

//

Puis vous êtes mieux que le roi.

PISTOL

The king’s a bawcock, and a heart of gold,

A lad of life, an imp of fame;

Of parents good, of fist most valiant.

I kiss his dirty shoe, and from heart-string

I love the lovely bully. What is thy name?

//

Le roi est con mais avec un cœur en or.

Un gars de la vie, un lutin célèbre;

De bons parents, de poing vaillant.

J’embrasse sa chaussure sale, et du fond de mon cœur, je l’aime. Quel est votre nom?

KING HENRY V

Harry Le Roy.

PISTOL

Le Roy! a Cornish name: art thou of Cornish crew?

//

Le Roy ! Un nom cornouaillais; êtes-vous d’origine cornouaillaise ?

KING HENRY V

No, I am a Welshman.

//

Non, je suis gallois.

J’ai vu cette pièce de théâtre quand j’étais au lycée, avec des copains de classe. Au moment où j’ai entendu « Le Roy » pour la première fois, je me suis perdu de rire ! Personne parmi mes amis n’a ri. Même à l’époque, j’ai connu au moins ce mot en français.

Je remercie notre université MIT pour le texte original. Toutes les fautes de traduction sont à moi.