Archives pour la catégorie Je chante

Le Temps des Cerises

Pendant le troisième épisode des Combattantes, Léon Duvernet chante une chanson avec sa guitare juste avant l’attaque des Allemands. C’était en fait Le Temps des Cerises, qui aurait déjà eu 45 ans le temps que la série commence. Ça fait plutôt trop longtemps depuis la dernière chanson qui est apparue ici, alors j’ai décidé de l’enregistrer dès que j’ai retrouvé ma voix. Alors, sans plus d’attente :

Dans ce cas, je l’ai appris en écoutant la version d’Yves Montand de façon obsessionnelle :

Je n’ai aucune intention de suggérer que je suis à son niveau, bien sûr, juste qu’il était mon prof à cette occasion. Les fautes restent les miennes.

Petit Papa Noël

Je vous ai parlé de deux chansons de mon dernier cours avec l’Alliance Français. Vous deviez tous savoir que j’allais en enregistrer une. Mon amie F, à qui j’ai du mal à cacher quoi que ce soit, a déjà deviné laquelle je chanterai. Voilà, Petit Papa Noël :

Vous êtes tous les bienvenus à commenter ma prononciation partout, sauf pour la phrase « Viens d’abord sur notre maison » — il a absolument fallu que je prononce « notre » comme ça pour des raisons musicales.

En tout cas, j’ai suivi la version originale de Tino Rossi, qui est apparue dans le film Destins par Richard Pottier, ce dernier connu chez moi pour avoir réalisé Sérénade au Texas. Voilà :

Et si vous découvrez tout à coup que vous avez envie d’écouter plus d’anglophones, mais surtout ceux qui ne parlent pas français, voilà une version du chanteur américain Josh Groban :

Galette saucisse, je t’aime

On continue notre séjour dans l’Ille-et-Vilaine avec une chanson que j’ai découverte avant de commencer ce blog. C’est « Galette saucisse, je t’aime », la chanson des supporters du club de foot Stade Rennais En fait, mon idée originale pour une chaîne YouTube était de chanter des chansons des clubs partout en France. Après quelques recherches, j’ai décidé que c’était une mauvaise idée. (J’ai hâte d’ajouter que je n’ai trouvé aucune chanson française aussi haineuse que « The Billy Boys » de Rangers FC — voici une explication détaillée en français.) Mais celle-ci, elle est quelque chose de spécial. D’abord, ma version.

Et voilà, la version de laquelle je suis tombé amoureux. Le chanteur ici est Jacky Sourget, pendant 28 ans le speaker à Roazhon Park. Vous n’avez jamais vu une telle joie comme ce clip :

De quoi parle cette chanson ? Les tripes de Caen et les rillettes du Mans sont des plats locaux très connus. Mais la chanson parle aussi des « Lavallois, grillés au feu de bois » et des « Canaris ». Les rennais ont plusieurs rivaux régionaux, dont Stade Lavallois (une équipe qui n’est pas au même rang) et FC Nantes, surnommé « Les Canaris ». Et la posson, à laquelle les canaris sont « bien mieux » pour « nourrir les cochons » ? C’est un produit des moulins, l’aliment du bétail !

Le chant des partisans

Pour finir notre séjour dans le Gers, j’ai une chanson pour vous. J’ai lu au blog du Chat Voyageur que Le chant des partisans a été imprimé à Auch en septembre 1943. La musique a été écrite à Londres, originalement par une immigrante russe, Anna Marly. Les paroles françaises sont venus de deux autres hommes, Joseph Kessel et Maurice Druon, aussi pendant qu’ils restaient à Londres. Mais c’était à Auch où la chanson a été publiée pour la première fois en France. Après avoir écouté de nombreuses versions, voici la mienne :

La version d’Anna Marly, qui est l’experte, bien sûr, marche plutôt vite. Moi, je préfère la version d’Yves Montand, plus lugubre et plus émotive. J’admire surtout son phrasé avec la ligne « Ici, nous, vois-tu, nous on marche et nous on tue, nous on crève ». Mais après plusieurs répétitions, je ne pouvais pas faire la même chose sans pleurer. C’est une chanson en même temps puissante et tragique, et il faut la connaître pour comprendre vraiment la France.

Une chanson charentaise

Pour continuer avec la chaîne YouTube, l’un de mes buts est de partager aussi des chansons traditionnelles. On trouve souvent du vocabulaire régional, c’est donc une opportunité pour parler des différentes langues qui existent en France. Par exemple, cette chanson — «La Pibole» — est de 1730 en français (et plus vieux en poitevin — rappelez qu’à l’époque, la région était Poitou-Charentes), et il y a des mots du patois poitevin dans les paroles.

Selon la Bibliothèque Nationale de France :

‘La Pibole’ : chanson régionale, d’origine poitevine, remontant à l’époque des guerres de religion et créée par les protestants de la Charente lors du passage de Catherine de Médicis et de ses enfants (la mère Ajhane représentant Catherine de Médicis et le petit Ajhanon, le duc d’Anjou) ; l’ « ageasse » signifie la pie en patois poitevin, ses petits sont des « ageassons » ; les paroles françaises ont été créées vers 1730 ; la pibole serait également un instrument à vent qui ressemble à la cornemuse et dont on se servait pour accompagner les danses paysannes au XVIème et XVIIème siècles.

Je n’ai aucune intention de recommencer les guerres de religion ici ! (Il est possible si je chante des chansons de supporters de football !) En tout cas, si vous voulez écouter des autres versions, il y a celle-ci, celle-là, et celle-ci pour les enfants.