Les aventures du Capitaine Flam

Pendant que j’étais en France, j’ai acheté l’intégrale d’une série des années 70s, Capitaine Flam. Ce week-end, au lieu de mon film habituel, j’ai décidé de regarder les deux premiers épisodes.

Il y a 3 boîtes au-dedans de la grande boîte. On peut voir au dos des petites boîtes plus d’infos sur la série, dont son titre original en anglais, Captain Future :

Ça vient d’un magazine américain des années 40s, mais j’avoue que je le connaissais pas :

Couverture d’un numéro du magazine, Dessiné par Earle K. Bergey, CC BY-SA 4.0

J’ai dû regarder cette série parce que BEAUCOUP de mes amis l’adorent. Et pour ma part, je me suis lancé un défi — je vais tout regarder sans sous-titres. Si un enfant de dix ans peut tout comprendre, moi, je devrais faire la même chose. Après tout, c’est pas Les Tontons Flingueurs — il y a des noms inconnus, mais pas d’argot.

Il y a plus de 1400 minutes de vidéo dans la boîte, alors je ne parlerai de tout — ce sera ennuyeux, bien que je parle encore plus tard de la série. En ce moment, je partagerai juste quelques renseignements.

On commence avec le titre. Je parle japonais, et je peux vous dire que ça dit « Kyaputein Fyutchaa, » la romanisation des mots japonais ici. C’est écrit dans l’alphabet « katakana », que les japonais utilisent pour les mots étrangers.

Voici les crédits, écrit dans leurs deux autres alphabets, le « hiragana » et le « kanji ». Le katakana et le hiragana servent le même but — écrire les mots d’une façon phonétique. Le kanji est le système de dessins compliqués qui sert à représenter des mots entiers. Il faut apprendre environ 2 000 kanji pour lire un journal, alors la plupart de japonais n’arrivent pas à faire ça jusqu’à ce qu’ils deviennent lycéens. Pour cette raison, c’est commun de donner les hiraganas sur les lettres kanji — regardez ce que j’ai encerclé en rouge :

Je peux comprendre tout ce qu’ils disent, sauf les deux robots, qui parlent avec des voix métalliques :

Voyez-vous le jeune enfant ? Au début, Capitaine Flam refuse de lui permettre de rejoindre son équipe. C’est donc bien évident qu’il il se faufilera à bord de la fusée.

Tout ça se déroule dans un environnement bien familier.

En tout cas, je m’intéresse suffisamment à cette série que je sais que je la finirai !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s