Une traduction qui confonde

L’un de mes loisirs préférés, c’est troller ma fille en citant ses dessins animés préférés, mais en français. C’est trop facile avec Miraculous, où tous les prénoms sont trop évidents, mais je fais ce que je peux.

Peut-être que vous connaissez l’un des derniers bons efforts de Disney, Souvenirs de Gravity Falls. C’est une série très difficile à traduire parce qu’il y a plein de jeux de mots qui marchent seulement en anglais. On commence avec le nom — « Gravity Falls » est le nom d’un village, mais ça dit littéralement en anglais « La gravité tombe ». Ça ne marche pas du tout en français, mais vu le nombre de villages et de villes qui terminent par « Falls » en anglais (pensez aux cascades) — Niagara Falls, Seneca Falls, Sioux Falls — c’est une bonne blague en anglais.

Dans le dernier épisode de la série, Bill Cipher, dit Bill Crypto en français, chante quelques paroles d’une chanson qu’aucun enfant de nos jours connaîtrait C’est « We’ll Meet Again » par Vera Lynn, une chanteuse britannique de la SGM. Cette chanson a sorti en 1939. Wikipédia donne la traduction « Nous nous retrouverons ». De toute façon, voilà d’abord la version originale de la série :

Je traduirais ce qu’il chante comme ça, sans me soucier des rimes : « On se reverra, j’sais pas où, j’sais pas quand, mais je sais qu’on se reverra une journée ensoleillée ». Mais Disney a dû faire une version française qui marche avec la musique. Voici leur version :

Ici, Bill chante « On se reverra, dans un jour, dans un mois. Le soleil brillera, on se reverra. » D’accord, je préfère « on se reverra » pour le titre, mais cette traduction ne capture vraiment pas le sens de la chanson originale.

Vu que la chanson a une longue histoire, j’étais pas surpris de trouver un autre effort en français. Hugues Aufray a fait de meilleur travail que Disney :

Il chante : « On s’reverra, Dieu sait quand, Dieu sait où. Mais je sais qu’un jour viendra
On s’reverra ». Je trouve cette version encore plus fidèle aux paroles originales, mais ça ne rime pas de la façon qu’exige Disney.

Je n’ai pas de grande conclusion avec ce post. C’est juste un rappel qu’il y a certaines choses qui ne marchent que dans leurs langues originales. L’un de mes répliques préfères de La Cité de la Peur n’a absolument aucun sens en anglais :

Le commissaire demande « Je me trompe ? » Odile Deray lui répond : « Sur « qu’il y a ». C’est « qu’il y ait » ». J’adore ce moment, mais il n’y a aucun risque que je puisse expliquer ce moment à un anglophone, car le subjonctif n’a pas de sa propre conjugaison en anglais. C’est un peu la même chose avec Gravity Falls en français — je peux vous donner une bonne traduction, mais sans le jeu de mots, l’humour est malheureusement perdu.

4 réflexions au sujet de « Une traduction qui confonde »

  1. Ping : Épisode 24 | Un Coup de Foudre

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s