Le Garden District et le musée de Mardi Gras

Aujourd’hui, on est allé dans le Garden District de la Nouvelle-Orléans. On pourrait traduire le nom comme Quartier des Jardins, mais il me semble que sur les sites francophones qui parlent de la Nouvelle-Orléans, ils utilisent tous le nom en anglais, alors je suivrai cette pratique. Et on verra que ce nom est plutôt historique, pas descriptif. Mais il reste l’autre partie de la ville la plus importante en dehors du Quartier français à cause de son architecture.

On a commencé en dehors d’un petit centre commercial, The Rink, avec une librairie charmante. Je sais que certains d’entre vous y auraient été rester scotchés. C’était plein de livres sur la ville, en plus des choix plus quotidiens.

Notre guide, un M. Robichaux, nous a mené autour du Garden District, et notre premier arrêt était la maison du Colonel Short, construit en 1859. M. le Colonel n’a jamais servi dans l’armée. Vous connaissez sûrement KFC, ce qui veut dire « Kentucky Fried Chicken. » Le fondateur, le Colonel Harland Sanders, n’a jamais servi non plus. L’état de Kentucky décerne le titre de « Kentucky Colonel » pour des citoyens exceptionnels. C’est un honneur, mais pas de genre militaire. De toute façon, cette maison est remarquable pour sa clôture de maïs et de blé (en fer), qui était très chère à l’époque. Remarquez surtout le panier de fruits sur le coin — il y a plusieurs exemples de cette clôture à la Nouvelle-Orléans, mais cette copie est la seule avec le panier.

Je pense toujours à vous tous n’importe où je vais, alors j’ai dû prendre des photos de cette maison. Le drapeau est un indice à l’identité du propriétaire.

L’UE, sérieusement ? Non, c’est la maison du consul de France. Ouais, j’étais à la frontière française aujourd’hui (car légalement, ces maisons font partie de leurs pays) ! Disons que j’ai battu mon propre record de cette année pour la visite la plus courte au pays. (Je plaisante, mais ça fait mal au cœur.) Voilà quelques panneaux affichés sur leur clôture — bilingues, bien sûr. La résolution est plus haute que d’habitude au cas où vous aimeriez les lire.

Connaissez-vous la série American Horror Story ? On l’a tous regardée sur Ciné+ Frisson, n’est-ce pas ? (Il le dit comme s’il ne vient pas de le vérifier sur Wikipédia.) La saison 3 a été tournée dans le Garden District ; voici « Miss Robichaux’s Academy » :

Finalement, je sais que certains d’entre vous sont de grands fans des contes de vampires, alors vous connaissez certainement l’autrice Howard Allen O’Brien, dite Anne Rice. Non, je ne vous déconne pas avec notre perplexité typique sur les genres — ses parents lui ont vraiment donné des prénoms masculins. Peut-être que vous avez entendu parler qu’elle vivait dans une maison avec des crânes sur la clôture. Voilà :

Mais en fait, ce ne sont pas de crânes — ce sont des rosiers ! Au moins c’est ce qui dit le guide. Moi, je dirais plutôt que ce sont des crânes.

Peut-être que vous êtes-vous dit « Mais où étaient les jardins ? ». En fait, les jardins n’existent plus car ils étaient là juste pour masquer l’odeur d’un abattoir. Après la fermeture de l’abattoir, plus de maisons ont été construites sur les vieilles places des jardins. Tout ce qui reste de l’époque est un nom pittoresque.

Dans l’après-midi, on a visité « Mardi Gras World, » l’usine et entrepôt d’où vient les chars des parades de Mardi Gras.

C’est une famille et ses employés qui fabriquent plus de 500 chars toutes les années. Le processus est tellement impressionnant. D’abord, un artiste dessin une esquisse. Puis elle est projeté sur un gros morceau de polystyrène. Ils coupent plusieurs copies de l’esquisse en polystyrène puis les collent ensemble pour faire un modèle.

Le modèle est sculpté avec des couteaux, puis il est balayé par des lasers. Ça permet de créer un modèle tridimensionnel dans un logiciel qui contrôle une fraiseuse CMC pour produire des versions beaucoup plus grosses en polystyrène ou en fibre de verre.

Après avoir été recouverts de papier mâché, les modèles sont peints. Au lieu de vous montrer toutes ces étapes — car on n’a pas pu toutes les voir — je vais vous montrer des exemples de produits finis.

On peut voir que certains modèles sont planifiés pour des chars beaucoup plus compliqués.

Encore une fois, pas de repas Cajun ce soir. Mais il nous reste deux jours d’aventures ici, alors qui sait ce qui nous arrivera ?

4 réflexions au sujet de « Le Garden District et le musée de Mardi Gras »

  1. Ping : Les fantômes de la Nouvelle-Orléans | Un Coup de Foudre

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s