Langue de Molière

C’est mercredi, et je sais à quoi vous attendiez. Moi aussi. Mais la vie continuera, et on a de nouvelles choses à faire. Aujourd’hui, d’après une suggestion de Light & Smell, on commence une nouvelle colonne hebdomadaire, Langue de Molière. Vous connaissez tous l’expression ; ici, on parlera des faits et des expressions qui m’étonnent ou qui me rendent perplexes, et où possible, de leurs équivalents en anglais. Et peut-être parfois dans d’autres langues. S’il vous semble que j’ai déjà une belle source pour des jeux de mots, et que ce sera l’héritier de notre ancienne colonne de plus d’une façon, ayez un Bon Point !

Je pause pour vous rappeler que si vous aimez ce genre de parler, il vous faudra visiter Les Dédexpressions.

On commence cette fois avec des faits divers autour de l’accent circonflexe. Mais d’abord, une blague trouvée sur Facebook :

J’ai lu il y a longtemps que le circonflexe a bien remplacé la lettre « s ». On le voit dans des mots comme « hôpital » — « hospital » en anglais — et « interêt », « interest » en anglais. Même « côte » est plus ou moins reconnaissable comme « coast », alors que « coûter » est « cost ».

D’autres fois, il me rend bien perplexe. Pour revenir à la blague en haut, « sûr » est arrivé en anglais sous la forme féminine — c’est « sure ». Mais je n’arrive pas à imaginer une prononciation comme « susr ». Ou bien « rôle », qui est « role » en anglais, le même mot sans l’accent. C’est pas « rosle » ! « Âge » est devenu « age » en anglais, pas « asge, » qui serait absolument impossible à prononcer. Et en fait, selon le Merriam-Webster, c’était anciennement « aage » ou bien « edage » en français, jamais avec un « s ». Selon le Trésor de la Langue Française, edage date de la Chanson de Roland, où en tant qu’ancêtre d’âge, il voulait dire « vie humaine considérée dans sa durée ». « Age » a aussi ce sens en anglais jusqu’à nos jours ; on dit « the Shakespearean age » pour parler de l’époque où vivait Shakespeare, par exemple. Mais c’était aussi l’ancêtre d’ « étage », et voulait dire « demeure » dans le même œuvre.

Mais le circonflexe est aussi un pont vers d’autres langues latines. Pour moi, c’est l’espagnol. « Même » en espagnol, c’est « mismo ». L’espagnol a aussi deux verbes pour « être », « ser » et « estar ». On peut facilement voir le lien entre être et estar. Ai-je mentionné que le meilleur moment de tout mon apprentissage a été le jour où j’ai découvert qu’il n’y avait qu’un verbe pour ça en français ? Rien que la vérité, je vous rassure.

On relie (presque) toutes mes langues avec la « fête », étant « fiesta » en espagnol et « feast » en anglais. Ce dernier a un sens religieux ; on dirait plutôt « party » pour samedi soir chez vous. Chez moi, c’est toute autre chose.

3 réflexions au sujet de « Langue de Molière »

  1. Maman lyonnaise

    L’accent circonflexe résulte bien souvent de la disparition d’une lettre (souvent un S comme vous le dites justement) mais il peut être également utilisé comme « discriminant orthographique ».
    La blague (excellente, au passage) que vous avez joint à votre article en est un très bon exemple, l’accent circonflexe permet de déterminer le sens correct du mot dans la phrase.

    Reste qu’à l’oral, on peut ne pas le distinguer (ici, la blague est également un bon exemple). Il en est de même pour l’accent circonflexe sur les autres voyelles, sauf qu’à Lyon nous avons à coeur de bien les prononcer, en particulier les « â » ! Cela nous vaut d’ailleurs quelques moqueries.

    Aimé par 1 personne

    Répondre
  2. Ping : Épisode 31, les hauts et les bas | Un Coup de Foudre

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s