Mon dîner dromois

Cette fois, j’ai quelque chose de vraiment spécial pour vous. À mon avis, c’est la meilleure soupe du blog. (C’est pas difficile — je ne suis pas content de toutes mes soupes.) Mais celle-ci ? Un vrai régal. Je vous présente la soupe de petit épeautre au crumble à l’ail et copeaux de picodon. (Faut patienter jusqu’à demain pour le dessert.)

Pour le vin ce soir, un Crozes-hermitage. Pas cher, et très bon. Ça vient de la Maison Denuzière et m’a coûté environ 25 $. Pas mal ! Vous verrez que j’ai aussi utilisé un vin blanc appelé « Clos du Bois » pour la soupe. C’est un vin californien, et je l’ai utilisé seulement pour cuisiner, pas pour boire. (Le nom est une blague — la maison a été fondée par un homme avec le nom « Woods, » c’est-à-dire « Bois ».)

Je remercie La Drôme Tourisme pour la recette de la soupe. J’ai fait deux changements ; la prochaine fois, je ferais un autre. C’est impossible de trouver le fromage picodon près de chez moi, alors j’ai utilisé du « Cana de Cabra », un fromage espagnol que je crois est similaire. Pour le « crumble », j’ai ajouté deux fois la quantité de beurre qu’ils ont suggéré — la recette originale ne faisait que des miettes, et j’ai voulu plus de structure. La prochaine fois, j’ajouterais 1.5 L de bouillon au lieu de 1 L. Ce ne sont pas de grands changements — je suis hyper-content de cette soupe ! (Mais non, je n’ai pas le problème de ce monsieur.)

Les ingrédients pour la soupe de petit épeautre :

  • 150 grammes de petit épeautre
  • 1 tomate moyenne
  • 1 petit blanc de poireau
  • ½ branche de céleri
  • 5 cl d’huile d’olive
  • 5 cl de vin blanc sec
  • 1 gousse d’ail
  • 1 petite carotte
  • ½ oignon jaune moyen
  • bouquet garni
  • 1 litre de bouillon de volaille

Les ingrédients pour le crumble à l’ail :

  • 250 grammes de farine
  • 60-120 grammes de beurre
  • 100 g de sucre semoule
  • 1 gousse d’ail
  • 1 picodon sec
  • sel, poivre

Les instructions pour la soupe :

  1. La veille, faire tremper le petit épeautre dans de l’eau froide pendant 3 heures. Égoutter et laisser sécher.
  1. Laver, éplucher et émincer tous les légumes. (J’utilise des carottes déjà coupés au supermarché, alors ils n’apparaissent pas ici.) J’ai utilisé peut-être trop de céleris. C’était pas clair pour moi si « une branche » voulait dire tout le céleri que l’on achèterait au supermarché. J’ai utilisé la moitié de ça.
  1. Les faire suer à l’huile d’olive pendant 10 minutes. Si vous avez besoin de bouillon, faites-le maintenant.
  1. Ajouter la tomate pelée en morceaux, le vin blanc, le bouillon de volaille froid, le bouquet garni et le petit épeautre égoutté.
  1. Porter à ébullition cette préparation, cuire ensuite à feu doux pendant 1 h à 1 h 30. Mixer la soupe et rectifier l’assaisonnement.

Les instructions pour le crumble :

  1. Mélanger la farine et le beurre coupé en petits dés avec le sucre, le sel et l’ail haché. Après 60 grammes de beurre, je ne pouvais pas faire que des miettes. Peut-être que c’est la bonne chose, mais pour faire un biscuit plus fort, j’ai doublé le beurre.
  1. Étaler sur une plaque à pâtisserie. (J’ai fait ça à la main.) Puis le faire colorer au four à 190 °C quelques minutes. (12 minutes était suffisant.) Laisser refroidir la préparation.

Montage :

Mets la soupe dans le bol, et garnir avec le crumble et des copeaux de picodon.

Une réflexion au sujet de « Mon dîner dromois »

  1. Ping : Le bilan du premier quart | Un Coup de Foudre

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s