À la boulangerie

À moins que vous habitiez sous un rocher, vous avez sûrement entendu parler que la baguette française a été reconnue comme partie du patrimoine mondial par l’Unesco. Je n’aime pas l’avouer, mais j’ai pas toujours eu l’expérience d’entrer dans une boulangerie en France (à ne pas confondre avec une boulangerie à la française, comme Moulin) pour commander une baguette. Il y a eu une fois à Orléans avec mon ami là-bas, mais comme toutes vos activités quotidiennes, j’ai envie de l’expérimenter tout seul (afin de faire la même que Paul Taylor, bien sûr). Tout ça, c’est-à-dire que c’est le bon moment pour une visite à la boulangerie.

Vous comprenez donc pourquoi j’ai du mal avec « long comme un jour sans pain ». Au début, elle voulait dire une distance difficile à imaginer. C’est seulement pendant le XVIIIe siècle qu’elle a acquis son sens d’une durée interminable. C’est peut-être pas une coïncidence que ce changement est arrivé avec le décret suivant de la Convention :

La richesse et la pauvreté devant également disparaître du régime de l’égalité, il ne sera plus composé un pain de fleur de farine pour le riche et un pain de son pour le pauvre. Tous les boulangers seront tenus, sous peine d’incarcération, de faire une seule sorte de pain : Le Pain Égalité.

Herodote.net

Les pauvres ! J’ai dû attendre 44 ans pour goûter une baguette française pour la première fois ! Le Comte de Monte-Cristo n’a passé que 14 ans au Château d’If, plus ou moins la même chose. Et mon ex, une fois en 2013, elle a dû patienter 3 minutes parce que j’étais en retard pour aller chercher ma fille chez elle. Si vous aviez lu le courriel que j’ai reçu après cet événement, vous sauriez que ce sont les 3 minutes les plus longues de l’histoire de l’univers. Elle s’est même plainte à nouveau de cet incident cette année !

La pire chose, c’est que vous pensez que je plaisante sur ce courriel-là. C’est rien que la vérité. Et vous vous demandez pourquoi j’appelle ma ville Elbe-en-Irvine. Mais revenons à nos fourneaux moutons.

Pouvez-vous garder un secret ? Les canards sur la dernière page du Canard enchaîné aujourd’hui ont remarqué la nouvelle sur l’Unesco et les baguettes. Je partagerai ce qu’ils ont dit, mais veuillez ne pas cafarder sur moi. Merci et voilà :

« Ça ne mange pas de pain » veut dire que c’est pas grand-chose, que les conséquences ne sont pas très sérieux. Au fait, si vous avez aimé ce dessin, abonnez-vous ! (Ça vous rappelle les bons vieux temps, hein ?)

On dit parfois que l’on a « du pain sur la planche », ce qui veut dire qu’il y a beaucoup de choses à faire. Selon Les Dédexpressions, c’était pas toujours le cas. Cette expression voulait anciennement dire « que l’on avait assez de réserves pour affronter l’avenir ». En anglais, on dit quelque chose de similaire, mais sans le pain — « j’en ai beaucoup sur l’assiette » (« I have a lot on my plate ») veut dire que j’ai pas mal de tâches divers en attente.

On dit « c’est du gâteau » quand quelque chose est facile. Il est même arrivé dans Final Fantasy V juste avant un désastre, après avoir battu un méchant. (Comme beaucoup de jeux vidéo, la tour du méchant s’effondre dès que son chef est décédé. C’est quoi le problème chez leurs architectes ?)

On dit la même chose en anglais, mais étant moins gourmands, nous disons plutôt « une part de gâteau » (« a piece of cake »).

Peut-être l’expression la plus effrayante de ma collection parle aussi du pain. « Faire passer le goût du pain » veut dire tuer quelqu’un ! Bon, si le pain est le pain infâme « Wonder Bread » des États-Unis, le produit industriel par excellence, je pourrais comprendre. Mais ce produit est tout inconnu en France, et en plus, je ne suis plus sûr d’avoir compris l’action. Avant de rechercher ce post, je croyais que ça voulait dire que la personne tué a expérimenté la sensation de goûter du pain. Mais selon Wiktionary, il y a une expression antonyme, « rendre le goût du pain », et ils citent Zola pour un exemple, qui veut dire « redonner envie de vivre ». Est-ce que ces choses arrivent à la personne, ou au pain ?

Après une telle question, il me semble que ce post risque de partir en brioche. Et maintenant, j’ai encore plus d’envie pour une véritable baguette, une chose qui doit attendre au moins 6 mois de plus. Les miennes ne sont pas la même chose. Bon, je n’en peux plus — Langue de Molière vous reverra en cuisine.

8 réflexions au sujet de « À la boulangerie »

  1. Angelique Kearsley

    Bonjour à toi et merci pour l’info. J’habite sur un rocher bien loin de la baguette.
    Voilà, maintenant je sais que la baguette est un patrimoine.
    Pourtant de nos jours, elle est bien souvent industrielle et au mieux artisanale avec des farines industrielles surchargées en gluten.
    Je prends mon pain chez un paysan boulanger qui cultive ses céréales et fait son levain.
    C’est lui le véritable patrimoine 😉. Je te souhaite une excellente journée. A bientôt

    Aimé par 3 personnes

    Répondre
  2. les2olibrius

    « Eh 🛁 dis-donc » , 🎩! cet article nous mène à la 🥖!Et pourtant ce n’était pas de la 🥧 car il y avait de quoi en faire tout un 🍮! ( Transcription: Eh ben ( jeu de mot avec son homonyme) dis-donc, chapeau ! Cet article nous mène à la baguette ( jeu de mot avec 🥢) et pourtant ce n’était pas de la tarte car il y avait de quoi en faire tout un flan!) . Bon mercredi !

    Aimé par 2 personnes

    Répondre
  3. Bernard Bel

    Je suis dans la même situation qu’Angélique : la boulangerie traditionnelle qui nous livre du pain complet, bis ou blanc, chacun d’eux se conservant plusieurs jours, ne fabrique pas de baguette. Car, aujourd’hui, la majorité des clients qui veulent une baguette à la sortie de cuisson, le matin, vont la consommer au petit-déjeuner et se moquent bien de l’allure qu’elle pourra avoir quelques heures plus tard. Donc on trouve beaucoup de restes de baguette dans les poubelles…

    Ceux-là sont tout à fait contents d’acheter une baguette industrielle gavée de gluten (jusqu’à 30 ou 40 fois la dose naturelle) pourvu qu’elle sorte croustillante du grille-pain. De fait, c’est agréable, il m’arrive d’en consommer quand je suis invité, bien que je préfère les viennoiseries. Pour ce qui est de la santé, je n’insisterai pas !

    Je n’ai jamais entendu les expressions « faire passer le goût du pain » ni « rendre le goût du pain ». Elles sont probablement démodées, comme la consommation du bon pain ! 😉

    Aimé par 1 personne

    Répondre
    1. Justin Busch Auteur de l’article

      J’ai trouvé plusieurs plaintes sur la décision de l’Unesco à cause de cette idée que la baguette traditionnelle est devenue rare de nos jours. Mais moi, je regarde la situation d’un pays où le Wonder Bread existe tout court. Cette nouvelle a été mentionnée dans nos journaux. Si elle nous inspire à hausser le niveau de notre pain, serait-ce un si mauvais résultat ? J’espère que non !

      Aimé par 1 personne

      Répondre
  4. Ping : Épisode 39, des codex et des baguettes | Un Coup de Foudre

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s