Archives de l’auteur : jeliotb

A propos jeliotb

Les aventures d'un américain qui est tombé complètement amoureux de la France

Le Magnifique

J’ai recommencé mes films dans le nouvel an avec l’un des meilleurs que j’ai vus — Le Magnifique, avec Jean-Paul Belmondo et Jacqueline Bisset. J’ai passé 4 heures pour regarder ce film, parce que j’ai fini par l’étudier comme presque rien d’autre. En tant que fan de James Bond, ce film mérité encore plus d’attention qu’Austin Powers ! (Le premier, pas les suites.) Je suis complètement sérieux.

Si on est un fan de James Bond — pas les parodies avec Daniel Craig, mais les vrais de Sean Connery à Pierce Brosnan — Austin Powers est un hommage de première qualité. Le film ne se prend pas du tout sérieusement, mais c’est carrément l’œuvre des élèves qui ont étudié de près tous les films Bond jusqu’en 1997. C’est une farce, mais aussi une lettre d’amour. Le Magnifique vient du même esprit. Si vous pouvez lire anglais et vous aimez ce qui suit, je recommande fortement la nouvelle « The Secret Life of Walter Mitty, » par James Thurber. (C’est apparemment disponible en traduction, mais un si haut prix pour une si courte œuvre !)

On commence au Mexique, dans un endroit qui pourrait être n’importe quelle « Vieille Ville » (on dirait « Old Town) du sud-ouest des États-Unis, celles qui ont un patrimoine mexicain du XVIIIe siècle. Vous devez comprendre que cette scène m’a fortement rappelé mon enfance, surtout à cause des musiciens, appelés « mariachis » :

L’intrigue commence avec un agent secret, Rodriguez, quand il entre dans une cabine téléphonique. Un hélicoptère enlevé la cabine. Ça m’arrivait aussi de temps en temps, et c’est pourquoi j’ai enfin acheté un portable.

Rodriguez meurt d’une façon ridicule — la cabine est tombé dans l’océan. On se serait attendu qu’il se noierait, mais des plongeurs l’attrapent, et le mettent dans une cage avec un requin, qui le mange. Ça rappelle fortement une scène du film « Opération Tonnerre », où des plongeurs récupèrent une bombe atomique sous l’océan.

Prochainement, on trouve Bob Saint-Clare (je suis les sous-titres pour son nom), l’héros, en train de se battre contre des méchants inconnus. Il reçoit des ordres pour aller au Mexique.

Au Mexique, il rencontre Tatiana, la « femme fatale » (une expression en anglais qui veut dire femme fatale) et ils partent en voiture. Ce qui se passe maintenant est un hommage à deux films de James Bond en même temps, « Goldfinger » et « Bons baisers de Russie » — c’est donc l’un des meilleurs moments dans n’importe quel film pour moi. Saint-Clare et Tatiana conduisent jusqu’en haut d’une colline pour tirer contre un ennemi, exactement comme Tilly Masterson dans Goldfinger. Et Saint-Clare utilise une valise qui déguise son fusil, avec les mêmes couleurs que la valise qui sert à la même chose dans Bons baisers de Russie. Voilà :

Au fait, on peut toujours acheter une copie exacte de la valise de James Bond chez Swaine Adeney Brigg, le fournisseur original du film. Ça coûte cher. (Swaine Adeney Brigg a également fabriqué le célèbre chapeau d’Indiana Jones, et les meilleurs parapluies de la planète.)

Comprenez-vous à quel point ce film est un trésor pour moi ?

Bob et Tatiana arrivent dans un hôtel à Acapulco, où son dent creuse avec une pilule de cyanure tue accidentellement des nageurs dans la piscine. Cette scène me rappelle l’hôtel Fontainebleau à Miami, dans Goldfinger.

Mais après une lutte sur une plage où on voit une femme de ménage qui passe l’aspirateur entre des guerriers, il s’avère que Bob Saint-Clare est un personnage fictif même dans le film :

Et que son auteur, un François Merlin, met des personnes qu’il rencontre dans la vraie vie dans ses contes. Comme j’aimerais faire ça avec certains !

L’histoire de Bob continue dans un pyramide qui ressemble fortement (à l’intérieur) le repaire du Docteur No dans « James Bond 007 contre Dr. No », où il rencontre Karpov, son ennemi.

Le fils de François interrompt l’histoire et finit par lui suggérer plus de sang, un conseil pris au pied de la lettre.

Un rencontre malchanceux avec un plombier par François devient la prochaine évasion pour Bob :

Sa voisine Christine, qui est son inspiration pour Tatiana, rencontre enfin François et lui emprunte des romans. François a des idées bizarres sur l’Alaska, mais peu importe.

Ensuite, cet agent américain est écrasé dans sa voiture, façon Goldfinger :

Mais la situation devient plutôt John le Carré, qui a fini par détester ses personnages et les détruire dans « Les Gens de Smiley », quand François et Christine se disputent. François décidé de rendre Bob malade et ridicule, puis le tuer.

Ils se réconcilient, et François pardonne Christine de l’avoir insulté. (François a apparemment oublié qu’il l’avait draguée. J’entends parler que les hommes ont de mauvaises mémoires.) Mais après il voit par la fenêtre une fête avec son éditeur. Charron, dans l’appartement de Christine, François décide encore une fois de se venger, cette fois-ci avec un combat où Tatiana tombe amoureuse de Karpov, puis Karpov et Bob se tombent amoureux ! Tatiana ne peut que regarder, choquée !

Mais à la fin, François découvre que Christine est en fait amoureux de lui, et les deux disent adieu à Charron. C’est peut-être la fin de Bob, mais pour le couple, on verra.

Comme je vous ai dit, j’ai étudié ce film ! J’ai lu sur Wikipédia qu’il y a d’autres sources, surtout OSS 117. Je peux louer les films OSS 117 chez iTunes (seulement ceux avec Jean Dujardin, donc sortis après Le Magnifique), alors ce sera notre prochaine série.

Je suis sauvé !

Ma fille a goûté la galette des rois d’hier. Je suis sûr que vous êtes surpris qu’elle a trouvé le fève.

« Justin, » vous dîtes « vous avez triché, bien sûr. » Oui et non, je peux répondre, en toute confiance. D’une part, je n’ai fait aucune marque. D’autre part — je n’ai pas eu besoin. Regardez encore une fois la photo de la galette après la cuisson :

J’ai déjà su parce que cette partie a été au-dessus les mots « made in France » sur mon tapis. Et à cause du fait que les marques n’étaient pas du tout régulières, c’était très simple de se souvenir d’où couper.

En tout cas, bien qu’elle n’aime toujours pas la frangipane, elle m’a dit qu’elle a aimé la galette, et qu’elle serait heureuse d’en avoir une autre l’année prochaine. Je suis bien satisfait de ce résultat.

La galette de Miraculous

Oui, c’est un jour en retard pour publier quelque chose à propos des galettes des rois, mais j’en ai fait un ce soir pour vendredi. Pourquoi ? C’est pour ma fille, qui est un grand fan de la meilleure émission pour les enfants, Miraculous. Je vous ai dit qu’il y a un épisode qui traite des galettes, et elle m’a demandé de lui faire une galette. Avec plaisir. (La decoration aurait pu mieux se passer.)

C’est la première fois où j’ai mis un fève dans une galette (il dit ça comme s’il a fait plus de 4 galettes des rois dans sa vie entière — M. Descarottes). Et je suis sûr que vous me comprenez quand je vous dis que l’on n’a pas de fèves dans nos magasins. Alors je suis allé dans plusieurs bijouteries à la recherche de quelque chose de la bonne taille et pas trop cher. 30 $ plus tard, voilà :

Mais on va parler un peu plus de Miraculous, surtout sur l’épisode « Chère famille », et pourquoi ça a capturé l’imagination de ma fille.

Peut-être que vous saviez déjà que le père de l’héroïne est boulanger, et que la famille a leur propre boulangerie. Mais au moins en traduction, c’est rarement le cas que les épisodes parlent fortement de la culture française. Tout se déroule à Paris, souvent en haut de la Tour Eiffel, mais la grande majorité de l’émission pourrait avoir lieu dans n’importe quelle grande ville. C’est donc un événement très inhabituel quand une fête ou des traditions uniquement françaises prennent la parole. (En traduction, l’Épiphanie n’est pas mentionnée en tant que telle ; les personnages parlent plutôt du « Jour des galettes ».)

Ça se passe de manière plutôt spectaculaire ! Il y a de petites créatures magiques, appelées Kwamis, d’où viennent les pouvoirs des héros. Si un Kwami utilise ses pouvoirs tout seul, sans un être humain, il y aura une catastrophe. Et cette fois, quand un Kwami veut manger une galette des rois, son vœu crée une galette géante qui remplit le ciel entier au-dessus de Paris !

Capture d’écran du trailer officiel de Chère Famille, ©️ ZAG-Method

À chaque fois où le méchant, Papillon, veut attaquer les héros, il jette un sort à quelqu’un pour en faire un nouveau méchant. Cette fois, il choisit 4 membres de la famille de Ladybug (l’héroïne, mais il ne le sait pas), dont son père, qui devient « Boulangerix ». Il ressemble fortement à Obelix, non ?

Capture d’écran du trailer officiel de Chère Famille, ©️ ZAG-Method

Alors, elle est curieuse parce que cette épisode est plutôt plus française que d’habitude, et moi, je veux l’encourager, bien sûr.

J’ai suivi la même recette de Cook&Record que l’année dernière, mais j’ai essayé quelque chose de stupide pour la décorer. J’avais eu l’idée que je pouvais utiliser l’emporte-pièce papillon d’hier pour couper des lignes au-dessus, au lieu d’un couteau. Voilà, des photos :

J’aime bien l’idée, mais je crois que ça a fait des trous qui n’étaient pas égales partout. À cause de ça, une partie de la galette est devenue plus gonflée que le reste. Oups.

Je vous dirai ce qu’elle pense de la galette. Franchement, je suis stressé. Je veux tellement qu’elle l’aime.

Les haguignettes

On verra enfin pourquoi j’ai dû faire de la pâte feuilletée. Les haguignettes sont une tradition normande pour l’Épiphanie, surtout liée à Rouen. Vous savez exactement qui m’a donné cette idée.

En fait, l’idée est plutôt similaire à la galette des rois, parce qu’elle vient de la tradition. Anciennement, les boulangers faisaient les haguignettes avec les restes de la pâte pour les galettes. Ce sont en forme d’animaux, qu’on fait maintenant avec l’aide d’une emporte-pièce. Les boulangers chantaient une chanson pour les vendre :

Moi, j’ai choisi une emporte-pièce en forme de papillon, parce que les papillons sont le symbole du méchant de Miraculous. Ah bon, je plaisante, mais en fait je ferai une galette pour le retour de ma fille vendredi, parce qu’une galette des rois fait partie de son épisode préféré de Miraculous. Elle est donc devenue très curieuse à propos des galettes, et je veux l’encourager.

Je ne trouve pas que cette recette donne beaucoup de haguignettes. Peut-être que mon emporte-pièce est trop grande, mais je n’ai pu en faire que trois. J’ai coupé les ingrédients pour les deux garnitures par deux, et c’était une bonne idée. Je crois que l’auteur ne s’attend pas à ce que nous ne fassions que l’une des deux. De toute façon, voilà la recette originale au site Culture Crunch.

Le plan des ingrédients :

  • 1 pâte feuilletée
  • De la compote aux pommes
  • De la crème aux amandes

On peut trouver la recette de la pâte feuilletée ici. On continue avec la compote aux pommes.

Les ingrédients pour la compote aux pommes :

  • 2 ou 3 pommes (en préférence, des reinettes ; j’ai utilisé des Fuji)
  • 1 à 2 cuillères à soupe de cassonade
  • 1 pincée de cannelle en poudre ou filet de jus de citron
  • 1 noix de beurre

Les instructions pour la compote aux pommes :

  1. Laver, éplucher, évider puis couper les pommes en morceaux.
  1. Faire fondre une noix de beurre dans une casserole et mettre les morceaux de pommes à cuire.
  1. Ajouter la cassonade, la cannelle ou ou un léger filet de jus de citron. — Je ne vais pas mentir : j’ai renversé la cannelle !
  1. Bien mélanger le tout.
  1. Laisser compoter à feu doux. — J’ai essayé d’utiliser une presse-pomme de terre, et ça n’a pas trop aidé. Alors j’ai utilisé une « machine miracle » (mixeur plongeant) après avoir coupé le feu.
  1. Mettre hors du feu et laisser refroidir.

Les ingrédients pour la crème aux amandes :

  • 50 grammes de poudre d’amandes
  • 37 grammes de sucre en poudre
  • 25 grammes de beurre
  • 1/2 oeuf (veuillez lire les instructions)

Les instructions pour la crème aux amandes :

  1. Faire ramollir le beurre au bain-marie. Ou faire comme moi et laisser le beurre à température ambiante pour qu’il devienne ramolli.
  2. Verser la poudre d’amandes et le sucre en poudre dans un bol.
  1. Ajouter un œuf, le beurre et l’extrait d’amandes amères. — Pour utiliser un 1/2 œuf, je l’ai mis tout seul dans un bol, puis je l’ai battu avec une fourchette. Après, j’ai mis la moitié de la liquide dans la crème. Voilà, 1/2 œuf.
  1. Mélanger au fouet jusqu’à l’obtention d’une crème lisse et homogène.

Les ingrédients pour le montage :

  • 1 jaune d’oeuf
  • 1 œuf entier
  • 1 cuillère à soupe de lait

Les instructions pour le montage et cuisson :

  1. Etaler la pâte feuilletée sur un plan de travail fariné et abaisser sur 3 mm.
  1. Découper en double les formes de 10 à 18 cm à l’emporte-pièce. — C’est inhabituel de couper la pâte feuilletée de cette façon. FAITES ATTENTION !
  1. Disposer les faces inférieures sur une plaque de cuisson munie de papier sulfurisé (ou un tapis en silicone).
  1. Etaler la garniture de son choix sur la pâte en laissant une bande libre sur le pourtour d’environ 5 mm. — Moi, j’ai utilisé moins. Il s’est avéré que c’était difficile de fermer les haguignettes quand même.
  1. Humidifier les bords au pinceau avec un mélange de jaune d’œuf et de lait.
  1. Poser la face supérieure et sceller les bords.
  1. Pratiquer trois ou quatre petits trous avec un cure-dent pour que la pâte ne gonfle pas trop lors de la cuisson. — Oui, les trous sont là. Faut loucher.
  1. Faire quelques dessins sur la face supérieure à l’aide d’un couteau. — J’ai essayé, mais j’ai trop peur pour faire de beaux dessins.
  1. Laisser reposer 30 min au réfrigérateur.
  2. Dorer le dessus avec un mélange d’oeuf et de sucre glace. — Moi, je n’utilisais qu’un œuf entier.
  1. Fixer les yeux en raisins secs ou chocolat. — Oups, je l’ai oublié !
  2. Préchauffer le four à 180° C et enfourner durant 30 min jusqu’à ce que ce la pâte soit gonflée et bien dorée.

Mes papillons ne ressemblent pas trop à l’animal. C’est difficile de garder la forme de la pâte. Mais ça vaut la peine et vous aurez quelque chose de différent à table !

La pâte feuilletée

Souvent dans les recettes françaises, comme pour la galette des rois ou la croustade de Couserans, on trouve l’instruction « n grammes de pâte feuilletée », ou pire « 1 pâte feuilletée », comme c’est un genre de truc bien standardisé que l’on peut juste trouver au supermarché et… c’est quoi ? Qu’il y a en fait 24 sortes de cette pâte chez Carrefour, de 6 marques différentes ? Ralphs de supermarché, c’est nul ici ! (Si vous étiez un client de Ralphs, vous le considériez aussi comme un gros mot. Carrefour me MANQUE.)

DE TOUTE FAÇON…cette recette est pour ceux qui aiment mentir qu’ils n’accepteraient jamais une pâte industrielle mais en réalité, doivent faire tout maison parce qu’il n’y a aucune pâte disponible. En fait, la pâte feuilletée est vraiment l’une des bases les plus importantes de la pâtisserie. On en aura besoin demain, mais vous ne devinerez jamais pourquoi. Sérieusement. J’ai déjà fait une galette des rois. On ne répète rien chez Coup de Foudre — il reste trop de France pour explorer !

Je dois ma recette habituelle pour la pâte feuilletée à Cook & Record. Le texte, sinon, c’est le mien. Ces quantités suffiront pour produire environ 570 grammes de pâte.

Les ingrédients pour la pâte feuilletée :

  • 250 grammes de farine
  • 125 grammes d’eau
  • 10 grammes de beurre fondu
  • 5 grammes de sel
  • 165 grammes de beurre, en préférence AOP de Charentes-Poitou

Les instructions pour la pâte feuilletée :

  1. Dans un grand saladier — ou sur un plan de travail bien plat et propre — faire un puits avec la farine. Mettre au milieu l’eau, le beurre fondu, et le sel.
  1. Mélanger tout avec soit les mains soit une cuillère en bois. Même si vous commencez avec la cuillère, vous finirez avec les mains, mais c’est plus facile pour commencer dans le saladier.
  1. Formez une jolie boule. La pâte ne devrait pas être collante. Si la farine n’est pas toute incorporée, ajouter quelques grammes d’eau et travailler plus. Si votre pâte est maintenant un peu collante, saupoudrer ave juste un peu de farine et rouler sur votre plan de travail jusqu’à ce que la pâte devienne sèche. Couper une croix au dessus de la pâte. Réservez au frigo pendant 30 minutes.
  1. Faites un carré de beurre : Mets votre beurre dans un rectangle de papier sulfurisé. Si vous avez besoin de plusieurs morceaux, on peut les battre avec un rouleau. Étaler un carré aussi régulier que possible dans le papier. Réservez au frigo jusqu’à ce que votre pâte ait reposé.
  1. Fariner votre plan de travail. Étaler la pâte, en commençant avec la croix. Former un grand carré, puis mettre le beurre au-dedans pour faire un portefeuille — plier les bords de la pâte, puis tourner au dos, et étaler. Votre pâte devrait être environ deux fois plus longue que large.
  1. Faire un tour double : plier environ un quart de la pâte vers le centre, puis plier l’autre bout au-dessus. Puis plier par deux. Frapper les bords avec votre rouleau pour faire un plus beau rectangle. Laisser reposer encore une fois au frigo, pendant 30 minutes de plus.
  1. Répéter #6 deux fois de plus. N’oubliez pas de fariner votre plan de travail encore une fois avant de chaque répétition. À la fin de la troisième fois, votre pâte est prête pour n’importe quelle recette. Vous pouvez la garder au frigo pendant 1-2 jours, couvert au film à contact, si vous n’êtes pas encore prêt à l’utiliser, ou la mettre dans le congélateur.

La vie compliquée des Français

Si vous n’êtes pas abonné au Canard enchaîné, je dois vous conseiller — fortement — de lire le numéro d’aujourd’hui. Je vais enfreindre mes règles habituelles parce que je ne peux même pas en choisir seulement quatre.

Cette semaine, également qu’en France, on a rentrée aux écoles cette semaine (pour la plupart des élèves, mardi pas lundi). Et les règles pour assister sont devenues compliquées.

Ça me rappelle une blague que j’ai trouvé sur Facebook :

(Non, je ne connais pas toutes les références. Mais j’ai fait mes achats chez Le Temps des Cerises près de l’arrêt Châtelet-L’es Halles à Paris.)

Pour continuer avec la rentrée, ce dessin m’a fait beaucoup rire, peut-être à cause de mauvaises raisons. Aux États-Unis, les notes à l’école ne sont pas 1-20, mais A-F (A est la meilleure). Mon ex se plaint que notre fille est en train d’échouer à l’école car toutes ses notes sont soit A ou A-, sauf un B.

C’est pas seulement la rentrée qui est compliquée. Sur la première page, il y a des nouvelles sur « Dry January » (janvier sec), une campagne britannique contre l’alcool arrivée en France il y a 3 ans.

Et la vie dans les trains de la SNCF aussi :

J’ai pas envie de faire des commentaires sur la politique, mais celui-ci est juste à temps pour le 6 janvier :

Et finalement, j’ai entendu BEAUCOUP parler de cette nouvelle ces derniers jours :

L’article lié dit que c’était retiré « comme prévu ». Peut-être. Aux États-Unis, cette situation n’aurait jamais arrivé, et pas parce que l’on ne fait partie de l’UE. Il y a en fait une loi pour exactement ce genre de situation. Sauf aux ambassades (dont l’ONU à New York City), c’est interdit d’installer le drapeau de n’importe autre gouvernement au-dessus du nôtre aux bâtiments publics. Ça comprend les drapeaux des états individuels. Personne n’aurait donc jamais osé installer seulement un autre drapeau sous un tel monument. Les deux drapeaux auraient flotté au même niveau.

Comme d’habitude, si vous avez aimé ces dessins, abonnez-vous !

Le second degré n’est qu’une température

Je vous rappelle que j’ai acheté ce petit livre dans ma dernière commande chez FNAC :

J’ai lu tout de ce livre pendant environ une heure — c’est court. Mais j’ai beaucoup appris, parce qu’il y a de beaux jeux de mots avec des proverbes. Ici, je partagerai quelques de mes préférés et ce que j’ai pu apprendre. Puisque la plupart des blagues du livre étaient d’abord des Tweets, j’ajouterai des liens.

La lurette est-elle vraiment belle ? En avez-vous des photos ?

Source

Selon cette explication de l’Alliance Française de Raleigh-Durham, l’expression « il y a belle lurette » veut dire « depuis longtemps », et « lurette » vient du mot « heurette », ou « petite heure ».

Non, une souris verte ne peut pas devenir un escargot tout chaud.

Source

Je ne connaissais pas cette chanson pour les enfants. Selon Femme Actuelle, les paroles parlent de la guerre de Vendée de 1793 à 1796 — on a parlé de cette guerre au lycée aux États-Unis ! C’est pas qu’une souris se transforme, mais plutôt qu’un soldat républicain qui a torturé un soldat vendéen (la souris verte) aurait reçu une récompense (l’escargot chaud).

Quand on me dit que c’est la fin des haricots, je suis content parce que je n’aime pas les haricots.

Source

On dirait en anglais que c’est le bout de la rue. Selon le blog du Projet Voltaire, il y a plusieurs théories sur les haricots — peut-être que c’était la dernière chose à manger sur les navires au XVIIIe siècle, ou peut-être que les haricots étaient les monnaies d’un jeu de société.

Vous ne pouvez pas dire à quelqu’un qu’il est né de la dernière pluie parce qu’en fait, il est né de sa maman.

Source (pas exact)

Selon le site All About French, c’est-à-dire que quelqu’un n’est pas naïf. Bien que je n’aie jamais entendu celle-ci, j’ai tout de suite compris, parce qu’on a un dicton similaire en anglais — je ne suis pas né hier soir. On dit aussi « Je ne viens pas de tomber du camion de navets. »

Savez-vous combien de temps met un maçon portugais pour construire un mur ? En fait ça dépend de la taille du mur et de plein d’autres paramètres.

Source

Je ne comprends exactement ce que ça veut dire, mais j’ai trouvé plein de blagues à propos des maçons portugais, comme celle-ci (un peu sale) et cette page avec de nombreuses blagues. Il y a des trucs à propos de leur accent (que je ne reconnaîtrais pas) et le fait d’être des maçons, mais ça n’en explique pas beaucoup.

Il y en a un que je ne comprends pas du tout. Ça dit « Expression : PANTOMBERNEAU ». Bien que je l’aie trouvé sur Twitter, il me semble que c’est du n’importe quoi, parce que les réponses sont toutes bizarres. Mais je suis sûr qu’il y a un genre de calembour ici, parce que c’est le style de l’auteur.

De toute façon, j’espère que vous comprenez maintenant pourquoi j’adore tellement ce monsieur — quand j’ai le cafard, je compte sur lui de me rappeler de trouver une tapette à mouche !

Les brownies de fête de Pierre Hermé

Vous n’avez pas pensé que je ne ferais rien pour la fête du Nouvel An, n’est-ce pas ? En fait, j’étais tout seul, j’admets donc que j’avais pas trop d’envie — je déteste cuisiner seulement pour moi-même — mais en faisant des recherches le 31 décembre, j’ai trouvé cet article sur le site de franceinfo, et j’ai su tout de suite ce que j’ai dû faire. C’est un petit entretien avec Pierre Hermé, où il a proposé une recette de brownies pour la fête. Alors, voilà :

Mais avant, une histoire. À la dernière minute, j’ai décidé que je n’en pouvais plus, et je suis sorti pour le dîner dans un resto local. Voilà, le « rendez-vous avec moi-meme », comme Catherine Ringer a chanté.

La seule chose aussi nulle que de rester chez soi pendant une fête, c’est de sortir seul. Je n’aime pas les fêtes.

Eh bien, j’ai menti. L’autre chose presque également nulle, c’est de ne pas suivre exactement cette recette. Il faut utiliser un carré en inox, et pas un moule avec un fond. Vous verrez la raison en bas.

Les ingrédients pour la crème onctueuse au chocolat :

  • 1 feuille de gélatine
  • 100 g de chocolat noir à 70% de cacao — moi, j’ai utilisé 60 %
  • 75 g de jaunes d’œufs
  • 75 g de sucre en poudre
  • 155 g de lait frais entier
  • 155 g de crème liquide (à 30% de matière grasse)

Les instructions pour la crème onctueuse au chocolat :

  1. Faire ramollir la gélatine dans de l’eau très froide pendant au moins 20 minutes. — C’est une recette de Pierre Hermé avec même une feuille de gélatine ?!? Mais ce n’est pas assez de gélatine. La prochaine fois, j’utiliserais soit deux feuilles soit un peu de maïzena. J’expliquerai en bas.
  1. Hacher le chocolat au couteau.
  1. Mélanger les jaunes avec le sucre.
  1. Dans une casserole, porter à ébullition le lait et la crème, puis procéder comme pour une crème anglaise : verser un peu de mélange lait/crème chaud sur le mélange sucre/jaunes, puis ajouter le restant du liquide, faire cuire à 85°C pendant 5 minutes et ajouter la gélatine ramollie. — Plaisante-t-il ? Impossible de maintenir une si exacte température sur une cuisinière ! J’ai utilisé un thermomètre pour garder au moins 85°, et j’ai coupé le feu plusieurs fois.
  1. Verser la crème anglaise sur le chocolat haché en trois opérations successives et mixer avec un mixeur plongeant afin d’obtenir une crème onctueuse. — J’ai utilisé une cuillère en plastique.
  1. Débarrasser dans un plat à gratin et laisser refroidir au réfrigérateur pendant 2 à 3 heures jusqu’à l’obtention d’une texture crémeuse. — Je l’ai laissée dans le bol. Ça a bien marché.

J’ai coupé les amandes caramélisées par deux, parce que je sais que ma fille ne les aime pas, mais je vous donne les mesures originales ici.

Les ingrédients pour les amandes caramélisées :

  • 200 g d’amandes entières (mondées ou non mondées)
  • ½ gousse de vanille fendue et grattée ou 1 cuillère à soupe de vanille liquide
  • 30 g d’eau minérale
  • 100 g de sucre en poudre

Les instructions pour les amandes caramélisées :

  1. Sur une plaque de cuisson recouverte d’une feuille de papier cuisson, répartir les amandes et les torréfier au four à chaleur tournante à 170°C pendant 15 minutes.
  1. Les maintenir au chaud dans le four éteint, et pendant ce temps faire cuire le sucre et l’eau minérale jusqu’à 121° (utiliser une sonde).
  1. Verser les amandes encore chaudes et la vanille dans la casserole tout en remuant pour obtenir un caramel ambré qui enrobe les amandes. — Le caramel séchera vite ; le temps que vous preniez deux photos, il aura devenu une poudre ! Ça ne me dérange beaucoup parce que ça me rappelle les fruits à coque pralinés de la Nouvelle-Orléans.
  1. Verser aussitôt les amandes caramélisées sur une plaque antiadhésive, les séparer et laisser refroidir. Réserver dans une boite hermétique à température ambiante.

Les ingrédients pour la pâte à brownie :

  • 60 g de farine
  • 70 g de chocolat noir à 70% de cacao
  • 125 g de beurre doux coupé en cubes
  • 150 g de sucre en poudre
  • 100 g d’œufs entiers
  • 100 g de noix de pécan ou de noix fraîches grossièrement hachées

Les instructions pour la pâte à brownie :

  1. Tamiser la farine.
  1. Faire fondre le chocolat à 40°C au bain-marie au four à micro-ondes. — Sérieusement ? Un bain-marie dans le micro-ondes ? Pas besoin. Juste n’oubliez pas d’utiliser puissance moyenne.
  1. Dans le bol du robot-mélangeur munit du fouet, faire blanchir le beurre à grande vitesse, ajouter le chocolat fondu en trois fois, sans arrêter le robot. — Super difficile, et encore une fois, pas besoin. Arrêter le robot.
  1. Dans un cul-de-poule, faire blanchir le sucre et les œufs avant de les verser dans le bol du robot et mélanger.
  1. Retirer le bol, puis, à l’aide d’une spatule, en soulevant la pâte, incorporer la farine puis les noix. — Je n’ai pas ajouté de noix, à cause de ma fille.
  1. Dans un carré en inox d’environ 15 cm de côté et de 3 à 4 cm de haut posé sur une plaque de cuisson recouverte d’une feuille de papier cuisson, verser la pâte puis faire cuire au four à chaleur tournante à 170°C pendant 18 minutes. Laisser refroidir, retirer le carré, disposer le brownie sur une planche et découper des morceaux de 5 cm de côté. — Je n’ai pas de carré en inox, et je me suis dit, « Ce sont des brownies. Pas de problème de les cuire dans un moule en silicone. » Après 18 minutes, j’ai vérifié, puis j’ai dit « Ça manque de la structure ! » (peut-être des autres choses aussi) et je les ai laissé faire cuire 3 minutes de plus. Ça n’a pas aidé. Les brownies se sont tous cassés en les démoulant. Il faut utiliser un carré ou rien.

J’ai pu sauver les plus gros morceaux pour le reste du montage :

  1. À l’aide d’une poche munie d’une douille n°10, pocher des boules de crème onctueuse au chocolat sur les parts de brownie et y répartir les amandes caramélisées. Déguster à température ambiante.

J’ajouterai que la crème onctueuse est assez épaisse pour pocher, mais avec si peu de gélatine, elle ne survivra pas trop longtemps. C’est pourquoi je vous conseille fortement d’ajouter plus de gélatine, ou peut-être de la maïzena.

Le bilan de l’année

C’est la fin de l’année, et contrairement à beaucoup de monde 2021 me manquerai. Dans combien d’ans avez-vous passé une semaine que vous appelleriez la meilleure de votre vie ? On va revivre les meilleurs moments d’Un Coup de Foudre en 2021, et remercier des amis du blog.

Pour mes films, 2021 a été l’année de Belmondo, même avant la triste nouvelle de sa mort. On a commencé le 1 janvier avec Peur sur la ville ! Il y avait 8 films avec lui cette année, dont L’homme de Rio, Le Guignolo, et L’Incorrigible. C’était aussi l’année d’Audiard, avec 9 films où il a été soit scénariste soit réalisateur, dont Faut pas prendre les enfants du Bon Dieu pour des canards sauvages et Les Trois Mousquetaires. Quels seront les nouveaux coups de cœur l’année prochaine ?

Dans la cuisine, y a-t-il vraiment une question que la meilleure chose était la dernière à arriver ? La bûche de Noël est vraiment le bilan de tout ce dont j’ai appris cette année. Ce n’est pas à dire qu’il n’y avait pas plein d’autres belles découvertes ici. Les macarons Saint-Valentin restent le dessert préféré de ma fille, et c’était un moment magique de revivre le gâteau Marjolaine de mon enfance. En fait tout ce dîner-là calvadosien était un travail d’amour. Et parfois on fait de belles découvertes locales comme le fénétra toulousain. N’oubliez pas tous nos plats de Saint-Jacques : à la crème de Chaource, à la crème d’oignons de Roscoff, et avec l’écrasé de panais. S’il y aura un jour un « dîner du bilan du blog », c’est certain qu’il y aura des Saint-Jacques en plat principal !

Mais il n’y a rien que je fais des États-Unis qui mérite une comparaison avec ma semaine en France. Que ce soit à Paris, à Rouen, ou à Orléans, c’était tout parfait, sans même un moment gaspillé. Je suis en train de lutter pour le droit d’amener ma fille en 2022, et j’espère que ça arrivera. Je rêve toujours d’un été français !

J’ai peur que j’en oublierai certains, et il y en a des autres que je ne nomme jamais pour garder leur confidentialité, mais j’aimerais remercier les amis du blog. C’est Anne-Marie de Carry the Beautiful qui m’a expliqué comment régler mes problèmes avec Google. C’est le Chat Voyageur et mon lecteur Bernard qui me donne souvent de belles idées, dont le nougat de Montélimar et Le chant des partisans. C’est l’auteur mystérieux de Jours d’Humeur duquel j’apprends des pépites du style (ne le blâmez pas pour mes nombreuses fautes !). C’est mon amie F, pour qui je garde un fichier intitulé « Des expressions pour faire rire F ». C’est mon amie B. à Rouen (comme je l’ai fait appeler dans mon article sur la ville), qui me donne souvent des recettes, mon ami P. qui m’a accueilli à Orléans, mon ami C. qui m’a envoyé le colis du Temps des Cerises, et mes autres amis du groupe Génération 80s. Et les internautes inconnus qui m’ont rappelé cette semaine que le combat pour être reconnu pour la culture ne cessera jamais :

On se reverra en 2022 — bonne année !

Le dernier colis de l’année

Ce lundi, j’ai commandé de la FNAC des nouveaux films et un petit truc d’autre. Je ne me suis pas attendu que je les recevrais avant janvier, mais la FNAC, elle ne me déçoit que rarement, et DHL, jamais. Ma commande a été séparée en deux, mais voilà :

Les films, c’est bien clair que j’ai envie de plus de Belmondo et Gabin. Mais l’autre chose, c’est un livre de mon compte Twitter préféré, Équipe 1er Degré. L’auteur a le meme sens de l’humour que moi. Voilà :

(Source)

Ça fait trop longtemps depuis la dernière fois — 4 mois, en fait — et vous me manquez autant que jamais.