Archives de l’auteur : Justin Busch

A propos Justin Busch

Les aventures d'un américain qui est tombé complètement amoureux de la France

La boulette

Il s’avère que j’ai fait une grosse boulette ce week-end, la seule variété dans ma boîte à outils. Mon problème, au-delà du problème lui-même, c’est qu’il n’y a rien que je peux dire sans avoir l’air fou. ([On n’épèle pas « être » comme « avoir l’air ». — M. Descarottes]) En plus, j’ai absolument aucune envie de faire gêner qui que ce soit. Disons juste que j’ai apparemment offensé quelqu’un, un membre de mon groupe de cinéphiles, sans avoir eu la moindre idée. Je croyais que l’on s’entendait très bien, et j’ai eu tort. La faute est seulement à moi.

Caïn venant de tuer son frère Abel, de Henri Vidal, Jardins des Tuileries à Paris, France, Photo par Alex E. Proimos, CC BY 2.0

Cette semaine aurait dû être heureuse. Plus tard aujourd’hui, j’attends l’arrivée de quelque chose qui transformerait le blog. (Je parle d’une nouvelle capacité technologique, pas le film d’Indochine.) Mais en ce moment, la déception personnelle dépasse mon désir d’écrire. Je posterai Langue de Molière demain, car c’est déjà écrit, mais je manque d’enthousiasme pour l’instant. Je suis vraiment désolé parce que vous n’avez rien fait tous.

Épisode 44 — des merveilleux et de la chantilly

Je ne vous parle presque jamais des sports américains (voilà des exceptions : ici, ici et ici). Comme je vous ai dit la première fois, ils m’ont tourné le dos, et je le leur rends. (Ça m’a coûté une belle partie de mon identité — heureusement, ils m’ont laissé un trou dans l’âme en forme hexagonale. J’ai gagné l’échange.) Mais parfois, la justice du Bon Dieu, ou le karma, ou quel que ce soit, trouve son cible, et quelque chose de délicieux arrive.

Voici un graphique où ESPN, notre plus grande chaîne sportive, estime la probabilité que les Chargers — l’équipe de football américain qui a quitté ma ville natale pour son plus grand rival — gagnent leur premier match des séries éliminatoires. C’était presque 100 % tout le match — jusqu’au dernier moment, où il est parti en cacahuète !

Capture d’écran de cet article

Il aurait dû être presque impossible qu’ils perdent. Ils menaient de 20 points et ont perdu 31-30 ! Ce que vous ne saviez pas, c’est que ce genre de truc arrivait tout le temps quand ils étaient mon équipe préféré, au point où leur nom est devenu un verbe pour signifier « perdre de façon aussi spectaculaire qu’idiote ». (Si vous parlez anglais, ne le croyez pas sur ma parole !) Je ne peux dire qu’une chose : BWAHAHAHA ! Désolé, je l’ai raté. BWAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHA !

Mais moi, j’ai de meilleures choses à faire, comme obséder sur la France. C’est pourquoi notre blague de la semaine traite du foot, mais dans un contexte que vous reconnaîtrez, pas la version américaine. Nos articles sont :

Il y a aussi Mon dîner nordiste, avec les recettes du waterzooi de poulet et des merveilleuses, et Je suis Otto. Pourquoi exclure ce dernier ? J’essaye désormais de limiter les épisodes du balado à 22 minutes (la durée d’un épisode de télé sans pubs) ou moins.

Au fait, j’ai enfin découvert comment éliminer complètement les bruits de souffles. Vous remarquerez que cet enregistrement est presque parfait à cet égard ; les deux parties avec quelques bruits sont les deux dernières que j’ai éditées à la main — plus besoin ! Il y aura un tuto avec des exemples plus tard cette semaine. (Ne baillez pas tous en même temps !)

Si vous aimez ce balado, abonnez-vous sur Apple, Google Play, Amazon, Spotify, ou encore Stitcher. J’apprécie aussi les notes et les avis sur ces sites. Et le saviez-vous ? Vous pouvez laisser des commentaires audio sur Anchor, qui abrite le balado. Bonne écoute !

Mais où est donc passé mon colis ?

On commencera avec une histoire de livraison 100 % vraie, parce que je veux vous faire comprendre exactement à quel niveau de service je m’habitue chez les facteurs ici. :

J’ai acheté un bureau chez Office Depot, l’une des plus grandes chaînes de tels fournisseurs aux États-Unis. Le jour de livraison, j’attendais chez moi toute la journée. Quand le facteur a raté la livraison, j’ai fait un coup de fil au « service client ». Ai-je mentionné que je crois aussi au Père Noël, à la Petite Souris, et à la Grosse Citrouille ?

La personne à qui j’ai parlé m’a dit que selon le facteur, je n’étais pas à la maison au moment où il est passé. J’ai répondu que j’avais attendu à la maison toute la journée. Elle a appelé le facteur, puis m’a rappelé pour me dire qu’en fait, il y avait une porte verrouillée au bord de mon quartier, et sans le bon code, il n’avait pas arrivé à entrer pour livrer le bureau. Je lui ai dit que c’était un mensonge — il n’y avait pas de telle porte dans mon quartier à l’époque. (C’est commun dans ma ville d’Elbe-en-Irvine, mais pas dans ce lotissement-là.) Et comment est-ce qu’il a pu dire que j’étais pas chez moi s’il n’a pas pu entrer le quartier ? Silence.

J’étais le tout premier arrêt du facteur le lendemain.

Donc, vous comprenez pourquoi l’une des choses que j’adore la plus chez FNAC et chez DHL, c’est qu’au passé, j’ai profité de recevoir mes pré-commandes le même jour que vous. Par exemple, voici des posts sur Facebook pour les deux albums « Singles Collection » d’Indochine :

Au fait, vous pouvez voir à quel point j’adorais recevoir même les publicités de la FNAC. Ils ne les envoient plus, ce qui me rend triste.

J’ai donc attendu le nouveau film d’Indochine le 13 janvier. Puisque je paye un minimum de 14 € pour la livraison outre-Atlantique, mais ça hausse très peu avec des films sur disque, j’ai acheté quelques films en plus, qui sont arrivés tous deux jours après ma commande. Quand la FNAC n’a pas tout en stock en même temps, il y a toujours seulement une facture de livraison. Avec ça, ils m’ont acheté pour toujours. Voilà les trésors pas toujours vus :

Tous les quatre sont sur ma liste de « jamais vus » depuis le début du blog. Le fait qu’il y en a deux avec Lino Ventura, réalisés par Georges Lautner, et écrits par Michel Audiard, on appelle ça « la chance » !

Mais quelque chose ne va pas en ce moment. Je connais à ce point très bien les routes utilisées par DHL pour livrer ces pépites. Si un colis va à Londres, il volera en direct à Los Angeles, puis sera conduit à Santa Ana. Si un colis va à Cheesebourg Hambourg, son prochain arrêt sera Cincinnati, puis Los Angeles et Santa Ana. Les deux prennent toujours le même temps, deux jours. Alors quand j’ai vu que le colis est parti le 12 janvier, j’ai tout de suite su que je n’allais pas recevoir le film le 13.

Tout ça en haut, c’est plutôt tard le jour du départ pour la FNAC. D’habitude, quand une commande sort de leur entrepôt, c’est toujours le matin. (C’est inquiétant à quel point j’étudie ces messages les deux dernières années.) Mais ce qui s’est passé, c’est… surprenant. Voici la dernière mise à jour à ce point :

Ça fait maintenant presque 2 jours entiers à Londres sans bouger. Chez l’USPS (la Poste américaine), on appellerait ça normal. Chez FedEx, au moins pas surprenant. Mais chez DHL ? Dites donc, je suis gâté par DHL, et je le sais bien. Il vous faut comprendre que je ne suis pas en colère ; je m’inquiète. Pour eux !

Je suis Otto

Ce soir, je suis allé au ciné avec l’OCA pour notre premier film de l’année. C’est « A man called Otto » (Un homme appelé Otto), à sortir bientôt en France sous le nom « Le pire voisin au monde ». C’est un peu au-delà de mes sujets habituels, étant un film américain, mais ce film m’a dé-ran-gé. Je me reconnais dans le personnage d’Otto — qui est, pour être clair, le soi-disant « pire voisin » du titre français — et je suis fortement pas d’accord avec le message du film.

Otto est, absolument sans doute, grincheux hors comparaison. Il fait tout selon les règles, et est fier de son travail. Mais il veut se tuer pour des raisons qui ne sont pas clair au début du film (on apprend tout, mais je ne divulgâcherai rien). Tout le monde lui dérange avec leurs conneries à chaque fois où il est sur le point de se suicider, mais il est si passionné de voir tout fait correctement qu’il se sent obligé de le mettre à côté pour régler les problèmes des autres. À chaque fois, il réussit, mais son attitude et façon de gronder tout le monde pour ne pas faire l’effort à apprendre ont en résultat que personne n’apprécie ce qu’il a fait pour eux.

Alors, la plainte des informaticiens. C’est tous les jours le cas qu’un ami, une connaissance, un parent, ou quelqu’un qui veut se faire passer pour l’un d’entre eux pour demander de l’aide dit « Oh, Justin, mon ordi/tablette/portable/calculatrice ne marche pas ! Tu peux le régler pour moi ? »Malgré le fait que j’ai pas de formation avec tous ces appareils, et je ne vais rien faire sauf rechercher le problème sur Internet et suivre les instructions que je trouve, tout le monde s’attend que moi — ou n’importe quel autre informaticien — je vais toujours dire oui. Si je dis non, c’est toujours la même plainte « Mais tu es bon avec ces choses. » Non, c’est juste que je n’ai pas peur. C’est tout autre chose.

À mon avis, Otto A RAISON. Je comprends très bien que ses commentaires caustiques ne sont pas gentils. Mais ce que l’on ne voit jamais dans ce film est ce qui arrive quand quelqu’un comme lui demande de l’aide à l’inverse. Je vais vous dire la vérité — beaucoup de monde ne sont pas prêts à rendre ce qu’ils demandent. Seulement une personne fait des efforts pour lui rendre des choses tout court, mais le film nous dit que c’est Otto qui a la mauvaise attitude à chaque fois.

J’avoue que le film est en fait plus sympathique vers le personnage d’Otto que d’autres films similaires. Je pense surtout à « As Good As It Gets », sorti en français sous le nom « Pour le pire et pour le meilleur ». Ce personnage-là, Melvin, était également grincheux, mais il n’a rien fait pour ses proches. Le message de ce film-là est que la personne grincheuse ne vaut rien sauf au point où elle cesse d’être elle-même. J’aime pas ça.

Permettez-moi de vous donner un exemple. J’ai un parent qui me demande au moins une fois par semaine « Est-ce que ce courriel est un escroc ? » Qu’est-ce que je fais ? Je clique toujours sur l’adresse e-mail, et à chaque fois, c’est bien évident que l’adresse est fausse — très longue, et jamais de la même organisation que le courriel fait semblant de représenter. Tout le monde peut faire ça pour eux-mêmes. Je n’ai aucune compétence inhabituelle à cet égard.

C’est donc mon plaidoyer pour les Otto du monde. Montrez-leur le même respect pour leur temps que vous attendiez pour vous-même. Je ne dis pas « Défense de demander de l’aide », mais plutôt qu’il faut se demander « Est-ce que je fais assez pour moi-même ? Et si que je crois que j’ai besoin de l’aide, fais-je assez pour remercier les autres ? » Croyez-moi, vous amis informaticiens seront reconnaissants.

Je découvre l’Oise

On continue maintenant le Tour avec le 60, l’Oise. C’est le département le vingt-sixième plus peuplé et les habitants se nomment oiseaux oisiens. C’est notre troisième séjour dans les Hauts-de-France.

L’Oise abrite un site extrêmement important dans l’histoire de ce blog, le Château de Chantilly. Peut-être que vous pensez que c’est à cause de son rôle dans le roman de Laura Rahme, The Secret of Chantilly. Peut-être à cause du Musée Condé, où se trouve Les Très Riches Heures du Duc de Berry, mon œuvre d’art préféré. Mais vous auriez TORT ! Le truc qui rend l’Oise aussi important, c’est son apparition dans le patrimoine des anglophones, la série de films James Bond — en ce cas, en tant que le repaire du méchant Max Zorin dans Dangereusement vôtre (la traduction insensée de « A View to a Kill »). N’imaginez jamais que mes priorités sont dans le désordre. ([Pas besoin d’imaginer ce que l’on sait. — M. Descarottes])

Commençons donc au Château de Chantilly (3 étoiles Michelin). Construit sous sa forme présente au XVIe siècle par Anne de Montmorency — qui ne ressemble vraiment pas aux autres Anne — le château a atteint son statut important sous les soins du duc d’Aumale, collectionneur d’art responsable de la restauration du château au XIXe siècle. Le musée Condé (2 étoiles) fait référence aux collections du duc, et est nommé à l’honneur de ses prédécesseurs, les princes de Condé. On y trouve de nombreux tableaux d’artistes comme Fra Angelico et Raphaël, ainsi que des manuscrits et objets d’art. À l’extérieur du château, il y a la Grandes Écuries (2 étoiles), dont le Musée du Cheval (2 étoiles), où on trouve des spectacles équestres et une collection d’équipements, des sculptures ou bien des chevaux de manège. Finalement, ne ratez pas les trois jardins au parc du château (2 étoiles) – à la française, à l’anglaise, et l’anglo-chinois, tous datant du XVIIe au XIXe siècle.

Quelques kilomètres à l’est, on trouve la ville de Senlis. et son joyau, la Cathédrale Notre-Dame (2 étoiles), construit à partir du XIIe siècle. Son portail de la Vierge est un incontournable de la sculpture gothique. Êtes-vous prêt pour quelque chose d’inhabituel pour ce blog ? On est très proche du Parc Astérix (2 étoiles), et moi, je suis horriblement curieux des gens qui montrent des dessins animés sur des bureaucrates aux enfants. ([Il veut dire vous, les amis. — M. Descarottes]) Il y a deux autres parcs d’attraction pas trop loin, La Mer de Sable et le Parc Saint-Paul, mais c’est Astérix qui « pue la France ». En route à Compiègne, on passe par Fontaine-Chaalis pour son Abbaye royale (2 étoiles), avec sa chapelle spectaculaire. Dès que l’on arrive à Compiègne, on visite son château (3 étoiles), avec quatre appartements pour l’Empereur, l’Impératrice, et des autres ; un théâtre d’opéra ; et l’escalier d’honneur, celui de mes rêves. (Je suis fou de grands escaliers, comme ceux-ci à Chicago.) Le château abrite deux musées exceptionnels, de la Voiture (1 étoile) et du Second Empire (2 étoiles).

Êtes-vous ennuyés de tout ce patrimoine 2 ou 3 fois étoilé ? Trop dur ; notre prochain arrêt est le la Clairière et mémorial de l’Armistice (2 étoiles), monument à la Première Guerre mondiale, avec une reconstitution du wagon du maréchal Foch où l’armistice a été signé (et dans lequel un certain leader allemand a convoqué un deuxième armistice). Envie d’une balade dans la nature ? On la prendra dans la Forêt de Compiègne (2 étoiles), avec 1 500 kilomètres de chemins ; consultez l’office de tourisme pour des idées. En quittant Compiègne, on passe au Château de Pierrefonds (2 étoiles), rue Viollet-le-Duc. Et maintenant vous savez qui a restauré ce château à huit tours du XIVe siècle. On finit dans la préfecture, Beauvais, pour visiter la Cathédrale Saint-Pierre (3 étoiles) pour son chœur avec « la voûte la plus élevée des chœurs gothiques : 46,7 m », ses nombreuses sculptures, et ses vitraux impressionnants.

Qui sont les personnages les plus connus de l’Oise ? Le théologien protestant Jean Calvin est né à Noyon. Le couturier Hubert de Givenchy, connu chez moi pour être apparu dans les paroles de la version anglaise de La Cage Aux Folles, est né à Beauvais, ainsi que le mathématicien Henri Lebesgue, l’industriel Jean-Claude Decaux (son nom est partout aux États-Unis), et le comédien Guy Grosso. La grande actrice Claude Gensac, l’une de deux personnes à apparaître ici dès le début, est née à Acy-en-Multien. Jean-Jacques Rousseau, pire père au monde, est décédé à Ermenonville. François Vatel, inventeur de la crème Chantilly, y est décédé. Marcel Dassault, ingénieur aéronautique, était député oisien pendant 28 ans.

Quoi manger dans l’Oise ? La chantilly, bien sûr, mais c’est vraiment pas un plat en soi. Cependant, on a deux traditions qui se relient dans l’Oise, la normande et la picarde (à ne pas confondre avec soit Picard soit Picard). C’est donc une cuisine riche en pommes — des crêpes à la normande, le flan normand, ou bien les aguignettes (fait ici l’année dernière pour l’Épiphanie). Mais c’est pas seulement des pommes normandes ! On est au pays des pommes picardes, avec des produits typiques comme le cidre briard et la rabote picarde (fait ici pour notre séjour dans l’Aisne). Autres produits typiques de l’Oise comprennent la moutarde picarde (parfumée au cidre, au miel, ou à la bière), et le fromage tomme (soit au cidre ou au foin). ([Au foin ? C’est pour moi ! — M. Descarottes]) Pour boire, on y trouve les bières et cidres de Milly-sur-Thérain, les bières Saint-Rieul de Trumilly, et la frënette, une boisson un peu comme un cidre parfumé à la chicorée.

Mon dîner nordiste

Je vous ai dit qu’il y a certaines choses que j’ai gardées depuis le début du blog, en attendant les bons moments. Aujourd’hui, c’est l’un d’entre eux. Très peu de temps après avoir trouvé Laurène Lefèvre, j’ai vu sa vidéo sur les merveilleux, un dessert lillois. Dès que j’ai créé le Tour, j’ai su que les merveilleux seraient mon dessert nordiste. Pour aller avec, voici le waterzooi de poulet :

Lire la suite

Du coup

Je vous ai déjà dit que les deux mots les plus difficiles pour moi en français sont « à » et « de ». Mais il n’y a peut-être aucun mot qui m’est plus difficile à donner une signification que « coup ».

Le premier coup dont j’ai fait la connaissance, c’était « coup d’état » car nous les anglophones l’avons emprunté au français. Mais pendant des décennies, le mot « coup » n’avait pas la moindre signification pour moi, sauf qu’on dit souvent juste « coup » pour « coup d’état ».

Puis j’ai commencé avec Duolingo, et il y avait des coups de pied et des coups de poing partout. Pas difficile à comprendre, mais tout à…euh…coup, « coup d’état » me faisait mal à la tête. C’est un pied ou un poing qui livre leurs coups. Un « coup d’état » n’est pas quelque chose fait par l’état, mais au contraire, quelque chose qui arrive à l’état.

C’est mon amie F. qui m’a donné l’expression à laquelle je pense tous les jours, le Coup de Foudre. Heureusement, le sens de « coup » ici est exactement celui des poings et des pieds. La perplexité n’augmente pas. D’autre part, j’aurais pensé qu’un « coup de cœur » serait une crise cardiaque, pourtant c’est beaucoup plus proche au sens d’un coup de foudre. Je remarque avec tristesse que 16 moins après avoir écrit sur la Haute-Garonne, Mme Émilie Mazoyer ne s’est toujours pas rendue compte que je l’ai appelée mon coup de cœur. Chérie, si vous vous fâchez contre moi à cause de cet autre article, n’oubliez pas que j’ai barré l’autre instance ! (Je sais. Je sais.)

Mais que devrait-on penser de « sur un coup de tête »? J’en fait plein, bien sûr, mais c’est pas la tête qui fait les bêtises à suivre ! (C’est peut-être le problème.) La tête ne frappe rien, de toute façon. C’est également heureusement le cas qu’aucun œil ne vole nulle part quand on jette un coup d’œil.

Il y a longtemps, j’ai vu cette liste sur Quora, mais j’ai oublié d’enregistrer le lien :

Honnêtement, au-delà des amis auxquels je l’ai partagé ce jour-là, je ne me souviens de même pas une fois où j’ai entendu « du coup ». Du coup, il me semble que j’ai toujours très peu d’idée de ce qui veulent dire ces coups.

Je me regarde dans la photo en haute ici, et il me semble qu’un « coup de peigne » doit être quelque chose de cruel, ce qui est en fait le cas. Pourtant, personne ne m’a pas attaqué avec un peigne ; les cheveux ont fui de leur propre volonté, et je ne les pardonnerai jamais. Qu’est-ce qu’un coiffeur avait dû faire pour être immortalisé de cette façon ?

Puis il y avait une série télévisée, Les 400 Coups de Virginie. Si coup voulait toujours dire qu’on frappe quelque chose, ce serait insensée, à moins qu’elle ait commis des crimes ! Mais en fait, « faire les 400 coups » parle d’une bataille où Louis XIII a attaqué la ville de Montauban. Les 400 coups de canon étaient censés détruire la ville, mais de nos jours, ça veut dire quelqu’un qui vit une vie désordonnée, comme s’il a reçu les 400 coups. Si on ne connaissait pas l’histoire — bonjour, moi voilà ! — cette expression aurait l’air fou.

Il y a des centaines d’autres coups. Un « coup de vieux » arrive quand quelque chose n’est plus à la mode ; plutôt un coup de vieillesse, je penserais. Un « coup de Trafalgar » arrive avec « une manœuvre inattendue, et souvent décisive » ; personne ne s’attendait à ce qui ait fait l’amiral Nelson. Je suis franchement étonné que celui-ci fait partie du vocabulaire. Mais maintenant, ma coupe est pleine ; ce coup de coups me fait mal à la tête.

Langue de Molière vous reverra la semaine prochaine avec des noms pour vous faire rire.

La pizza façon Detroit

Je ne l’ai pas cru quand mon ami à Dallas m’a donné un coup de fil ce week-end pour parler de pizza. Le coup de fil n’était pas surprenant — on se connaît déjà depuis 25 ans. C’était plutôt l’enthousiasme. Je n’entends jamais ce niveau d’enthousiasme chez lui quant à la nourriture. Mais il a dû absolument me parler de quelque chose qu’il était venu de goûter, la pizza façon Detroit.

(J’omets l’accent car ce Detroit est celui des États-Unis, pas celui du Calvados, et personne ne l’épèle avec un accent. Un de ces quatre, je râlerai sur ce sujet pour vous.)

Au début, j’étais bien plus que sceptique. Ils ne mettent pas la sauce sur la pizza qu’à la fin ? Ils la cuisine dans des lèchefrites de voiture ? Sûrement mon ami plaisantait ! Mais quand ce monsieur me dit d’essayer quelque chose, je le fais, car je lui fais absolument confiance. Alors, je suis allé à Huntington Beach — l’un de très peu d’endroits ici qui n’est pas complètement fade et plein de chaînes de restos — pour visiter « The Ria » (pensez au mot italien, « pizzeria »).

Je suis ici pour vous dire que cette pizza a changé ma vie. Je connais assez bien la vraie « pizza al taglio » à Rome, et la « pizza napoletana » à Naples. Je suis allé aux deux. Les vrais italiens ne seront pas contents de leur sauce tomate, un peu trop sucrée selon la façon américaine. Mais cette pizza, c’est la meilleure version de pizza à l’américaine.

Il y a trois genres de pizza trouvés couramment aux États-Unis. Si on dit « pizza » sans autre nom, ce sera en général rond, avec une croûte de épaisseur moyenne, de la sauce tomate, du fromage mozzarella, et de l’ananas. (Je plaisante sur ce dernier, mais c’est le genre où on le trouve tout court.) Si on parle de la pizza new-yorkaise, c’est une bêtise beaucoup trop mince, servie en parts géantes et les cons doivent la plier pour la manger. Si vous devez plier votre pizza, c’est un Stromboli ou un calzone. C’est pas une vraie pizza et je refuse absolument de l’appeler « a slice » comme ils disent. Je déteste tout autour de ce truc.

Puis il y a la pizza façon Chicago. Jusqu’à ce week-end, je la croyais notre meilleure. (Mais attention, en dehors de Chicago, on ne trouve que rarement des versions authentiques.) Une pâte plus comme le pain focaccia qu’une pizza traditionnelle, cuite dans un plat creux, avec des quantités de sauce un peu folles au-dessus du fromage. Je l’adore, mais on risque de se brûler en la mangeant car la sauce est bien chaude quand la pizza sort du four.

Alors, voilà, la solution à tout :

C’est aussi une pizza à base de focaccia, mais regardez ce qui arrive à l’extérieur avec le fromage :

OMD, ça doit être la meilleure chose que ce pays ait jamais fait ! C’est une tuerie. Effectivement, cette pizza est exactement tout ce que j’aime de la pizza façon Chicago, sans ses problèmes.

Mais ce n’est plus le cas qu’on la cuit dans des lèchefrites. Ce n’est que son origine en 1946, car il n’y avait pas de plats creux suffisants pour les températures dont une pizza a besoin. Vu que Detroit est la « Motor City », La Ville des Moteurs, je trouve cette origine charmante et bien locale d’exactement la façon que j’adore.

C’est seulement pendant la dernière décennie que cette pizza est sortie de Detroit, et ce resto à Huntington Beach a été fondé en 2021. C’est donc récent. C’est un trajet qui prend du temps, mais j’y retournerai.

Je veux que vous profitiez de cette pizza autant que moi. Alors, l’un de mes projets sera fabriquer une version avec des ingrédients que vous pouvez acheter — le fromage n’est disponible nulle part en France — et avec la sauce tomate de Dottie Devita, quelque chose d’authentique qui fera plaisir aux vrais italiens.

Je veux partager quelques photos du quartier avec vous. Beach veut dire plage, et il y a une longue jetée très proche du resto. Ce quartier est beaucoup plus charmant et vivant que le mien, mais j’ai pas le droit d’y vivre car c’est trop loin de mon ex.

Quelques restos près de la plage :

Près de la jetée :

La plage à côté de la jetée :

Vue de la jetée du bout, vers la ville :

Et la ville, vue de la jetée :

Épisode 43 — au revoir, les galettes !

La vérité, c’est que notre galette des rois, sortie du four le 3 janvier, n’a pas survécu jusqu’au 6. L’horaire hebdomadaire de ma fille exige que je fasse de tels trucs vite si elle va les partager. Heureusement, elle l’a bien aimée, toujours ma plus grande question. Qu’un jour, quelqu’un qui ne fait pas partie de ma famille me dise une telle chose après avoir goûté ce que j’ai fait !

Je veux partager une mauvaise nouvelle qui ralentira le rythme de cuisine ici. Vous ne devriez pas être surpris d’entendre qu’il y a des pénuries ici autant que chez vous. C’est juste des trucs différents. Tout à coup, il y a une pénurie horrifique d’œufs. Voici le prix pour une boîte de 18 ; ça coutait 4 $ il y 3 mois, et 5 $ juste avant Noël :

Ça rend mon dessert nordiste plutôt drôle, mais je ne vais pas changer d’avis. Le problème en ce moment, c’est une pandémie de la grippe aviaire. Mais franchement, c’est pas seulement ça. Le prix en Californie (lien en anglais) est beaucoup plus élevé que le reste du pays. Ça arrive souvent quand on vit ici. Au fait, vous avez absolument le droit de me taquiner avec des photos d’œufs après celle-ci de moutarde, partagée avec des amis :

Pour notre blague de la semaine, j’ai adapté une vieille blague sur l’art. J’espère qu’elle vous fera plaisir. Nos articles sont :

Il y a aussi La galette des rois de Valrhona, notre dessert pour l’Épiphanie.

Si vous aimez ce balado, abonnez-vous sur Apple, Google Play, Amazon, Spotify, ou encore Stitcher. J’apprécie aussi les notes et les avis sur ces sites. Et le saviez-vous ? Vous pouvez laisser des commentaires audio sur Anchor, qui abrite le balado. Bonne écoute !

L’Emmerdeur

Ce soir, d’après une recommandation de Maman Lyonnaise (il y a longtemps), j’ai regardé L’Emmerdeur, la version originale de 1973 avec Lino Ventura et Jacques Brel. J’ai adoré les deux dans « L’Aventure c’est l’aventure », alors j’avais de grands espoirs pour celui-ci.

Je vous dirai tout d’abord que ce film est souvent très drôle. Mais après quelques minutes, je me suis dit « Je veux tellement gifler ce François Pignon, et…dites donc, c’est pas la première fois avec cette pensée, hein ? ». J’ai vite trouvé cet article de Wikipédia avec tous les François Pignon des films écrits par M. Francis Veber. Il a clairement une idée que ce nom va avec de vrais cons. D’une part, il a aussi écrit d’autres François, dont François Merlin dans Le Magnifique, qui ne sont pas tous aussi cons. D’autre part, il a aussi fait la même chose à des Françoise, et…la pensée en haut n’arrivera jamais de cette façon. Mais en plus, j’ai aucune envie d’être rappelé d’autres personnages que je n’aime pas non plus. Dit autrement, je ne veux jamais voir un autre film avec un « Jean-Claude Dusse » qu’il soit dans une suite des Bronzés ou pas.

Alors, passons au film lui-même. On commence avec un certain M. Randoni qui a grossièrement laissé sa voiture garée devant le garage d’un autre. Le propriétaire de son immeuble essaye de la déplacer, et ça arrive :

Après, on voit Lino Ventura pour la première fois (sans apprendre son nom). Il n’est le genre de type qui déplace sa voiture pour personne :

Ventura arrive à son hôtel, sous le nom de Milan, et on découvre qu’il est tueur à gages !

Dans la chambre d’à côté, François Pignon (Jacques Brel), rejeté par son ex femme, essaye de se pendre. Cette scène m’a beaucoup dérangé. Disons juste… je déteste la Saint-Valentin.

En échouant sa tâche, Pignon abîme le tuyau, et l’eau se répand partout. Ça attire l’attention d’un employé de l’hôtel et interrompt le travail de Milan :

Milan accepte de l’amener au manège où est son ex, juste afin que Pignon le laisse tranquille.

Mais en route, Pignon met une photo devant le visage de Milan, et un accident se produit.

Pignon arrive enfin au manège où Louise, son ex, lui répète qu’il n’y a rien à dire. Elle s’en fout de lui, et franchement, c’est pas difficile à comprendre. Du tout.

Milan est de retour dans sa chambre pour préparer son attentat contre Randoni. Mais Pignon menace de sauter par la fenêtre. À cause de sa maladresse, c’est Milan qui a failli tomber par terre. Ce type Pignon, il m’énerve.

Un certain docteur Fuchs, l’amant de Louise, arrive à l’hôtel pour soigner de Milan. Il se trompe des deux et pense que Milan est Pignon. Il lui donne un tranquillisant.

Mais quand Milan se réveille, il se rend compte qu’il ne sera pas capable de tirer sur Randoni, et il va chez le médecin pour demander une drogue pour annuler les effets. Ils se battent, et Louise décide qu’elle préfère François tout de même :

Pignon et Milan rentrent à l’hôtel. Pendant que Milan prépare enfin son attaque, un policier arrive et parle avec Pignon, croyant que les deux menaceront la sécurité de Randoni.

Pignon découvre par hasard le fusil dans la chambre de Milan. Il lance un coup de feu complètement par hasard, et la police attaquent l’hôtel.

Milan est gravement blessé. Pignon essaye de l’aider à s’échapper, alors naturellement, les deux sont attrapés par la police.

Le film finit d’exactement la même façon que la pièce de théâtre « Huis Clos » de Sartre, et ça, c’était trop pour moi. (Je l’ai lu en anglais sous le nom « No Exit ».) Milan n’est pas un chic type — tueur à gages, souvenez-vous ! — mais personne ne mérite passer le reste de sa vie dans une cellule avec François Pignon. Pas celui-ci, pas celui du Dîner de Cons.

Il doit y avoir un François Pignon quelque part en France. Ce type doit haïr Francis Veber. Je compatis. À mon avis, c’était important que je regarde ce film, mais une fois suffit.