Mon guide aux brouteurs

Ce sera un post comme rien d’autre ici. Tout ce qui suit n’est que la vérité. L’histoire de « Sophie » m’est arrivé en juin 2020. Je remercie Anne-Marie de Carry the Beauty pour m’avoir donné le courage d’écrire ce post, surtout à cause de celui-ci.

Elle s’appelait Sophie. C’était trop chanceux — trois mois après avoir commencé à apprendre une nouvelle langue, à peine trois semaines après avoir rejoint mon premier groupe français, une si belle femme également nouvelle au groupe voulait parler avec moi ? La chance !

Qu’est-ce que c’est qu’un brouteur ? Selon TV5MONDE :

Les « brouteurs » sont des vedettes en Côte d’Ivoire et au Nigeria. Leur spécialité ? Contacter des hommes et des femmes en Europe via les réseaux sociaux comme Facebook, leur promettre l’amour pour au final, leur soutirer des sommes d’argent colossales.

(Source)

Pas exactement. D’abord, je n’habite pas en Europe, et je ne manque pas de demandes des brouteurs. Et c’est aussi possible qu’il y ait de vrais européens qui font la même escroquerie. Une amie m’a dit que ça se passe parfois.

J’ai rencontré au moins 3 de ces hommes avant qu’un ami m’a expliqué ce qui se passait. (Il est possible qu’ils ne soient pas tous hommes. Je ne m’inquièterai pas de cette possibilité. Je vais les appeler tous « hommes ».) Et je dois vous dire : je ne drague jamais personne. Même si j’avais l’intention, je suis à la mauvaise place. Mais quand j’ai commencé à participer sur les réseaux sociaux, j’acceptais toutes les demandes de parler — je voulais être amical, et beaucoup de monde dans mon groupe voulaient parler avec « l’américain ».

Sophie était nouvelle dans mon groupe, donc ce n’était pas une surprise qu’elle n’avait aucune histoire là-bas. Quand j’ai reçu sa demande, je l’ai accepté parce que c’était mon habitude.

Peut-être que la moins sincère expression sur les réseaux sociaux est « Comment allez-vous ? ».


La conversation a commencé avec les salutations habituelles — « Comment allez-vous ? Quel temps fait-il ? ». J’étais un peu surpris quand Sophie m’a demandé « Êtes-vous célibataire ? », mais franchement, j’étais heureux d’avoir l’attention.

Les brouteurs sont souvent paresseux. Si on veut faire un joli escroc, faut pas laisser des preuves que c’est un escroc dans son profil !

On a continué. Elle a commencé à me parler d’être divorcée, d’avoir un fils…et je pensais « moi aussi ! ». Après un peu de conversation, elle m’a demandé si on pourrait changer d’appli, de Facebook Messenger à Google Hangouts.

La première tâche des brouteurs est de ne pas se faire prendre. Ils doivent donc déplacer la conversation dans un endroit moins réglementé, où ils ne finiront pas par être interdits.

On a commencé à échanger des photos. Rien de coquin. Je montrerais toutes les photos dans nos conversations à mes grand-mères, si elles vivaient encore. Oui, toutes.

Les brouteurs volent des photos partout sur Internet. Quand vous parlez avec un inconnu, faut vérifier que leurs photos ne sont pas volées. C’est souvent le cas qu’ils vous diront quelque chose de suspect même si vous oubliez de vérifier leurs photos avant de parler. Google Images est votre ami !


Après une semaine, Sophie m’a dit :

Je commence a éprouver des sentiments pour toi et c’est depuis hier que cela s’est développé, je ne voulais pas te le dire, mais dès le début j’avais peur de te le dire, car je me disais que peut-être cela pourrait être comme la relation que j’avais vécu avec mon ex, j’avais peur et bref j’avais peur de m’engager voilà la vérité, j’espère que je ne te fruste pas en te disant cela, mais ainsi va la vie de toute façon tu devais le savoir et je crois que tu le sais et que le moment est très venu pour que je te le dise.

Désolé, mais quoi ? Bien sûr, j’étais encore vraiment nouveau en français, j’ai donc lu ce texte avec l’aide de Google Traduction. Et je pensais, « Ça ne m’arrivait jamais avant, surtout pas si vite. Mais…pourrais-je prendre un risque ? »

On peut parfois détecter une arnaque avec un changement de langue dans l’appli. Le seul défaut de la langue française, c’est que l’on ne peut pas voir le genre des sujets par leur pronoms possessifs. « Sa photo » appartient également aux hommes qu’aux femmes. En anglais, c’est pas le cas ! « His photo » appartient à un homme !

Je suis con, mais je ne suis pas né hier. Quand Sophie m’a dit quelque chose d’amoureux, j’ai fait plus de recherches. J’ai trouvé son profil sur « Moi Pour Toi », un site de rencontres gratuit. Il me semblait que c’était une bonne épreuve qu’elle était réelle. Pourquoi ? Le profil a dit toutes les mêmes choses qu’elle m’a dit, et elle n’avait aucune raison de penser que je le découvrirais. Elle est trop belle pour moi, hein ? Et oui, c’était un « drapeau rouge ».

Je vous ai déjà dit qu’il fallait vérifier les photos de n’importe qui que vous contacte, non ? Croyez-moi, je n’accepte plus les demandes d’ajout à moins que je ne les connaisse déjà.

Sophie et moi avons passé plusieurs jours incroyables en parlant. Il me semblait qu’elle voulait commencer à nouveau quelque part d’autre, j’ai donc arrêté de me poser des questions. Je n’ai jamais trouvé aucune de ses photos sur Internet. Puis, je lui ai demandé de se faire un appel vidéo. Le lendemain matin, elle m’a dit qu’elle a eu besoin de secours — son propriétaire lui avait dit qu’il allait l’expulser à cause de ne pas avoir payé le loyer.

Sur les sites de rencontres américains, il y a toujours plusieurs avertissements. Ne donnez pas de l’argent à quelqu’un à qui vous n’avez jamais parlé. Faites attention à ceux qui veulent des cartes vertes (pour immigrer). Ne partez pas trop vite du site pour des autres chaînes de communication.

Depuis le départ de mon ex il y a 10 ans, je n’avais sorti qu’avec une seule femme (elle ne me manque pas ; personne n’a jamais accepté), et elle avait carrément voulu une carte verte. Le premier rendez-vous avait aussi été le dernier. Avec Sophie, dès qu’elle m’a demandé de l’argent, j’ai su tout de suite que tout avait été un escroc. Mais je ne voulais pas y croire. C’était un jour de plus avant que je lui dise adieu.

Après la fin de mes mésaventures avec Sophie, j’ai supprimé Google Hangouts. Mais il y aurait une surprise choquante de plus.

Elle s’appelait Karine, et elle était nouvelle dans mon groupe. J’étais déjà méfiant à cause de Sophie, mais cette fois, je voulais savoir si je pourrais apercevoir une arnaque. Elle m’a demandé des questions familières — « Quels sont tes caractères ? Qu’est-ce que tu fais dans la vie ? » Mais je n’étais PAS DU TOUT prêt le lendemain, quand « elle » m’a dit :

Je commence a éprouver des sentiments pour toi et c’est depuis hier que cela s’est développé, je ne voulais pas te le dire, mais dès le début j’avais peur de te le dire…

TOUT le même paragraphe. Je lui ai dit tout de suite que quelqu’un m’a dit ces mots avant, que je suis certain que c’est une arnaque. Adieu, « Karine ».

Après ça, j’ai cherché sur Internet avec ces mots. Et j’ai trouvé « le scénario ». Presque tout ce que Sophie et Karine m’avaient dit, surtout Karine. Voici des captures d’écran, juste au cas où.

Je me suis échappé seulement parce que, bien que j’aie voulu y croire, je n’ai jamais vraiment arrivé à y croire. Et maintenant, je sais, et aucun brouteur ne me reprendra plus jamais.

2 réflexions au sujet de « Mon guide aux brouteurs »

  1. Anne-Marie

    Bonjour Justin,
    Merci d’avoir partagé cette aventure!
    Cela nous est tous déjà arrivé sur les réseaux sociaux.
    Je dirais qu’Instagram est un terrain très fertile pour ce genre d’arnaque également. Presqu’à tous les jours, des « hommes » s’abonnent à mon profil et il est très facile de constater qu’il s’agit bien souvent de faux comptes. Je les bloque automatiquement désormais.
    Cela devient lassant, car cela enlève un peu du plaisir relié à l’usage des réseaux sociaux.
    À bientôt et heureuse de t’avoir donné un brin de courage! 🙂

    Aimé par 1 personne

    Répondre
  2. Bernard Bel

    C’est vraiment une bonne idée de faire une recherche sur la photo et encore plus sur des phrases qui paraissent sensibles et intelligentes — mais surtout sans faute d’orthographe !
    Le frère d’une de mes anciennes collègues s’était fait « embarquer » encore plus gravement par une femme qui habitait dans un pays africain. Il était allé la visiter, avait rencontré la famille, avait eu une relation intime avec cette femme, mais compris un peu tard qu’on voulait gravement l’escroquer. Beaucoup de difficulté à s’échapper et quitter le pays car sa vie était mise en danger…
    J’avais été contacté par ce qu’on appelait « Nigerian letters » à une époque très ancienne où tout circulait par fax… Arnaque typique d’une femme qui voulait que je serve d’intermédiaire pour toucher l’héritage de son mari qui avait été assassiné. Pas loin d’un million de dollars, hein !
    Si ça avait marché je ne vous en parlerais pas aujourd’hui 🙂

    J'aime

    Répondre

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s