Je découvre le Doubs

On continue notre tour avec le 25, le Doubs. C’est le département le quarante-neuvième plus peuplé, et les habitants se nomment doubiens ou doubistes.

Avant Jésus-Christ, le Doubs était peuplé par des gens gaulois, les Séquanes. Peut-être que vous avez entendu parler d’un livre de Jules César, Les commentaires sur la Guerre des Gaules ? Dans le Doubs, il a vaincu les Séquanes sous leur chef, Arioviste. Pendant le Moyen-Âge, le Doubs faisait partie du duché de Bourgogne, et depuis 1678, il fait partie du royaume de France, puis la république.

On commence comme souvent dans la préfecture du Doubs, sa plus grande ville, Besançon. Il ne faut surtout pas rater la citadelle Vauban (2 étoiles Michelin), classée au patrimoine de l’UNESCO. Construite au XVIIe siècle, elle accueille maintenant 3 musées : le Musée de la Résistance et de la Déportation de Besançon (1 étoile), le Musée comtois (1 étoile), et le Muséum de Besançon (1 étoile), consacré à l’histoire naturelle. Il y a aussi un autre excellent musée à Besançon, le Musée des Beaux-Arts et d’Archéologie (2 étoiles). Grâce à ces 4 musées, on peut explorer beaucoup de l’histoire et la culture de Besançon. (Mais disons que l’on ne trouvera pas DEUX photos de M. Pétain sur ce blog.)

Je pourrais écrire pendant des jours sur Besançon, mais dans le Doubs, on trouve aussi mon herbe à chat, ce qu’ils appellent le « Pays Horloger ». Avant de partir de Besançon, on visite le Musée du Temps (1 étoile), situé dans le Palais Granvelle (1 étoile) du XVIe siècle. On y trouve plus de « 1 500 montres, ébauches et boîtes ». (Savez-vous ce qui veut dire « ébauche » en horlogerie ? C’est la partie mécanique.) Puis, on va à la ville de Morteau pour le Musée d’Horlogerie et le Musée de la Montre. Il y a aussi de beaux sites naturels là-bas, surtout le Saut du Doubs (3 étoiles) et le Roche du Prêtre (3 étoiles), d’où on peut regarder la Cirque de Consolation (2 étoiles) et la vallée du Dessoubre.

Je ne crois pas que je fasse ça, mais on est tellement proches, alors : si vous êtes comme moi, grand fan de l’horlogerie, sautez la frontière suisse et visitez aussi le Musée international de l’Horlogerie (2 étoiles) à La Chaux-de-Fonds, et peut-être aussi le Musée d’Horlogerie du Locle (1 étoile). La collection du Musée international est pleine de pièces maîtresses. Et Le Locle reste l’une des villes les plus importantes pour l’horlogerie de nos jours — c’est la maison d’Ulysse Nardin, de Tissot, de Zénith, et de Montblanc. Je ne vous conseillerai JAMAIS de visiter l’Allemagne quand on est en Alsace, et je blâme le guide Michelin pour m’avoir montré ces tentations, mais je ne peux pas résister. Je me sens comme un traître.

On retourne dans le Doubs (sans avouer que l’on a voyagé en Suisse) pour deux escales de plus. D’abord, on visitera le pays Montbéliard. On commence avec une visite dans un musée très spécial pour moi — l’Aventure Peugeot (2 étoiles) ! Les voitures de Peugeot n’ont pas réussi aux États-Unis quand j’étais jeune, mais les moulins Peugeot sont très prestigieux. Voilà ce que j’utilise dans ma cuisine depuis une décennie :

Ouais, je suis fan !

On peut acheter beaucoup de choses que je n’ai jamais vues dans leur boutique. Après, on visite le château des ducs de Wurtemberg (0 étoiles), où on trouve un musée avec des collections sur l’histoire naturelle, la présence gallo-romaine dans la région, et l’histoire de Montbéliard. Peut-être que l’on visitera l’usine de la Société Cristel pour acheter des casseroles 100 % fabriqués en France. On finit par visiter la Saline Royale d’Arc-et-Senans (2 étoiles) pour son architecture incroyable, et la Grande Saline à Salins-les-Bains (2 étoiles) pour apprendre l’histoire du sel en France.

Qui sont les personnages connus du Doubs ? Oh, c’est une liste impressionnante ! L’auteur Victor Hugo et les Lumière, inventeurs, sont tous nés à Besançon. Le peintre Gustave Courbet est venu d’Ornans, près de Besançon. John Acton, grand-père du célèbre homme politique Lord Acton, est né à Besançon ; aussi l’anarchiste Pierre-Joseph Proudhon qui a dit « La propriété, c’est le vol ! » (nos gouvernements sont évidemment bien d’accord avec lui). Trop de Peugeot pour compter, et le réalisateur américain Frank Darabont est né à Montbéliard. C’est pas un crédit, à mon avis, mais le « héros » de l’un de mes romans moins préférés, Julien Sorel du Rouge et le Noir vient aussi du Doubs.

Quoi manger dans le Doubs ? D’abord, deux de mes fromages préférés, le Comté et le Morbier. On peut y suivre la route de l’absinthe. En plat principal, on y trouve l’escalope de veau comtoise, la carpe grillée, la potée comtoise, et le râble de lièvre à la jurassienne. Pour quelque chose de différent, il y a un genre d’omelette aux pommes, les crâpés, ou un plat aux champignons, la croûte aux morilles. En dessert, il y a le gâteau de ménage, le gâteau de fête, et l’omelette soufflé au kirsch.

Une réflexion au sujet de « Je découvre le Doubs »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s