Le marché de Noël

J’allais poster mon dîner morbihannais aujourd’hui, mais après tout ce travail pour les macarons, j’ai décidé de partager plus sur l’événement. Vous allez peut-être rire — c’est pas Strasbourg ici !* — mais c’était aussi important pour certains que j’ai mentionnés ici avant.

*Vous attendiez-vous à Versailles ?

D’abord, ce que vous vouliez le plus voir — la preuve :

Hélas, les macarons en haut de la boîte où je les ai rangés ont eu un voyage un peu difficile. Alors, ce ne sont pas mes plus beaux. Au fait, j’ai une question que je ne voulais pas du tout demander au marché. Tous les sacs de pâtisseries fait maison ont été vendus pour 1 $. Il y a deux de mes macarons, d’accord ? J’ai acheté quelques autres, et…pourquoi valent les miens la moitié de ces autres macarons ?

Mais je dois ajouter le truc le plus décevant. J’ai toujours pas la moindre idée de l’avis des clients. J’espérais que quelqu’un ouvrirait leur achat sur place, mais hélas, non.

De toute façon, il y avait une vingtaine de vendeurs. Je veux commencer avec quelqu’un de spécial, ma prof de cuisine pendant mes deux premières années avec l’Alliance française. Elle a démissionné cet été à cause de problèmes avec son horaire, alors j’étais ravi de la voir. Voici ce qu’elle fait — je n’avais aucune idée !

Malheureusement, Karine n’a pas de site Internet, sinon, je vous donnerais un lien.

D’une part, j’étais heureux de voir une grande promotion d’Americannery, car je suis fan. D’autre part, ils sont en train de fermer leur magasin. Ils disent que c’est parce qu’ils déménagent, mais il n’y a pas de nouvelle adresse. On verra. Je vous rappelle que vous pouvez trouver leurs excellentes rillettes de poissons en France sous le nom de Groix et Nature.

On vendait de la confiture de lait, mais l’a proposée sous le nom espagnol de « dulce de leche ». Je vous rassure, en Californie du Sud, tout le monde la reconnaît sous ce dernier nom. Au fait, vous allez voir au moins deux desserts mexicains ici, mais pas trop vite. Et oui, je les connais déjà.

Il y avait un monsieur qui vendait des livres « rares et vieux », et je pensais tout à coup à certaines d’entre vous. J’ai presque — presque ! — acheté un guide à Paris des années 1920s. Il était en anglais, mais la vraie raison pour laquelle j’ai changé d’avis, c’était que l’on traite toute la France également ici. Bon, je mens — si certaines choses arriveront, mon dîner seinomarin sera spécial. Mais laissez tomber jusqu’en été prochain. Ce livre de Jules Verne m’a attiré, mais pas à 180 $.

Il y avait plusieurs vendeurs de bracelets et d’arts décoratifs pour la maison. Voici deux en même temps :

Finalement, il y avait une vendeuse de bougies fait maison. Je me demande si vous reconnaissez l’objet dans lequel les grandes bougies restent debout. Ne me dites pas que c’est un bloc de bois. Évidemment, mais pas seulement.

Alors, c’est ça notre petit marché de Noël. C’est Dieu Tout-puissant qui m’envoie des courriels de la SNCF pour me torturer avec des rêves de Strasbourg comme ceux-ci. (Le Diable m’enverrait plutôt des photos de mon ex s’y en profitant.) Pour l’instant, le nôtre doit suffire.

3 réflexions au sujet de « Le marché de Noël »

  1. Ping : Épisode 35, le marché de Noël AOP | Un Coup de Foudre

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s