Mon livre des partisans

Le week-end dernier, j’étais chez mes parents pour retrouver quelques affaires. Saviez-vous que j’ai grandi à côté de la Loire ? C’est vrai, et j’ai pris une photo pour vous montrer !

Bon, c’est plutôt l’Avenue Loire. En fait, toutes les rues de mon ancien quartier sont nommées pour soit des vins soit des régions françaises. Le quartier est appelé « Wine Country » (Pays du vin). Profitez de dire le nom en bas, « Scripps Ranch » !

Mais cette fois-ci, j’ai trouvé quelque chose de complètement inattendu, mon trésor le plus précieux en tant qu’enfant. C’est un livre intitulé « Secret Armies » (Armées secrètes), et il s’adresse aux enfants d’environ 10 ans. Il s’agit d’une histoire des partisans dans les pays occupés, surtout lequel ? La Norvège ? Qui lisez-vous en ce moment ? On parle de la France ! Ça fait un beau 25 ans depuis la dernière fois où j’ai vu ce livre, et je le croyais perdu.

J’ai relu ce livre avec de nouveaux yeux. Des photos qui n’avait aucun sens pour moi sont devenues vivantes. Commençons juste après la page de la Blitzkrieg, avec le début de l’Occupation :

Dix ans, j’ai rien compris — seulement que c’était un journal résistant, selon la légende. Maintenant, je peux tout lire, dont le message du général de Gaulle :

À TOUS LES FRANÇAIS

La France a perdu une bataille ! Mais la France n’a pas perdu la guerre ! Des gouvernants de rencontre ont pu capituler, cédant à la panique, oubliant l’honneur, livrant le pays à la servitude. Cependant, RIEN N’EST PERDU !

Rien n’est perdu, parce que cette guerre est une guerre mondiale. Dans l’univers libre, des forces immenses n’ont pas encore donné. Un jour ces forces écraseront l’ennemi. Il faut que la France, ce jour-là, soit présente à la victoire. Alors elle retrouvera sa liberté et sa grandeur. Tel est mon but, mon seul but !

Voilà pourquoi je convie tous les Français, où qu’ils se trouvent, à s’unir à moi dans l’action, dans le sacrifice et dans l’espérance. Notre Patrie est en péril de mort. Luttons tous pour la sauver. VIVE LA FRANCE !

Charles de Gaulle

Il y a des affiches que je connaissais seulement comme propagande, sans les comprendre.

L’affiche en bas, c’est à vomir : « En travaillant en Allemagne, tu seras l’Ambassadeur de la Qualité Française. » La légende dit seulement que l’affiche « encourageait les gens à aller travailler en Allemagne ».

Je ne m’en souvenais pas, mais j’avais lu à l’époque l’histoire vraie derrière Le mur de l’Atlantique. Il y avait vraiment un peintre, René Duchez, qui a trouvé les plans dans un bureau nazi. C’est tout là, à droite :

Voici des partisans français, en train d’apprendre à utiliser des pistolets-mitrailleurs Sten :

Et en face, la première fois où j’ai entendu parler de Jean Moulin :

Souvenez-vous de la fois où on a visité l’usine Peugeot dans le Doubs ? Dix ans, je ne connaissais pas Montbéliard non plus. Maintenant, je lis l’histoire de Harry Rée, qui a convaincu le directeur de le laisser saboter l’usine, et elle me parle encore plus.

Voilà une feuille de codes secrets utilisé par l’espion Yvonne Cormeau. On penserait avec un tel nom qu’elle était française, mais en fait, elle était britannique, la fille d’un père belge et une mère écossaise. Après le mort de son mari pendant le bombardement de Londres, elle est devenue espion en Gironde, puis partout au Sud de France.

En face, la plus grande héroïne de mon enfance, après Jeanne d’Arc, Marie-Madeleine Fourcade, avec ses nombreux déguisements et fausses identités :

J’avais bien oublié que ce livre a marqué la première fois où j’ai entendu les noms Vercors et Oradour-sur-Glane, mais les deux sont là :

Le livre finit avec la libération de la France. Des autres pays sont mentionnés, mais c’est la libération de Paris qui gagne la grande majorité de l’espace. (Toujours Paris avec ces gens !) On voit les Forces françaises de l’intérieur, l’arrivée du général de Gaulle, et de la propagande soviétique, qui ne donne pas de crédit aux FFI.

C’est un petit miracle. Je voulais tellement partager ce livre avec vous tous pendant les deux dernières années. Adulte, je vais finalement vivre le plus grand rêve que ce livre m’a donné. Je vous ai laissé un nouvel indice ailleurs sur le blog.

4 réflexions au sujet de « Mon livre des partisans »

  1. jeanlouispaulmarchal

    Tout à fait intéressant, tout à fait passionnant. Oui, on lit et on ne comprend pas grand chose et cela n’est pas grave. On peut relire après un livre qui lui n’a pas bougé, mais il convient alors de le garder précieusement. On prend à ce moment là conscience qu’on n’a rien compris ou pas grand chose à la première lecture. En écreiture, c'(est sans doute à peu près pareil, on écrit des trucs et des machins, et cela est loin d’être parfait. On réécrit et cela peut s’améliorer. On peut passer toute une vie, ou même plusieurs, à venir voir ce qu’ont fait les américains en 1917, puis de nouveau en 1944 en Europe et cela incline nécessairement au respect.

    Aimé par 2 personnes

    Répondre
  2. Ping : Épisode 26 | Un Coup de Foudre

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s