La balade extraordinaire

Après mes visites à Versailles et au Louvre, j’ai eu encore trois heures avant une réservation tres spéciale dans un resto. Alors, j’ai fait une balade pour réussir à quelques de mes buts avec ce voyage.

Après être parti du Louvre, j’ai visité une boutique de Ladurée. Vous savez que j’adore les macarons — je fais certainement beaucoup — alors je ne pouvais pas rater celle-ci :

Je dois vous dire — j’ai encore beaucoup à apprendre sur les garnitures, mais mes coques sont déjà TRÈS similaire à celles de Ladurée. Pas du tout proche de celles de Pierre Hermé, mais je suis parti de chez Ladurée bien satisfait que je suis sur la bonne route.

Après Ladurée, je suis passé par le Centre Pompidou. Quand j’étais petit, ce bâtiment était la deuxième chose que je voulais voir après la Tour Eiffel. Deux rêves depuis longtemps pendant dix minutes.

J’ai continué par la Rue Rambuteau — je vous conseille de passer par cette rue ; c’est plein de boutiques et restos sympas — jusqu’à ce que j’arrive à la Rue des Rosiers. Pourquoi voulais-je trouver ce quartier ? C’est où Rabbi Jacob a dansé ! J’étais là pour chercher le bon lieu.

Le quartier a tellement changé, et il n’y a plus beaucoup de magasins juifs, mais ces photos vous donneront une idée de ce qui reste :

La rue des Rosiers est bien étroite, et j’ai passé par toute la rue. Enfin, j’ai trouvé mon erreur. J’étais au bon endroit spirituellement, mais selon Wikipédia, Gérard Oury lui-même a choisi de refaire le quartier à Saint-Denis :

La rue des Rosiers, trente ans après le film (elle avait en réalité été reconstituée à Saint-Denis, Gérard Oury appréhendant les problèmes de circulation lors du tournage).

Les Aventures de Rabbi Jacob — Wikipédia

En cherchant ce quartier, j’ai fait plusieurs découvertes tristes. Vous pouvez déjà imaginer ce que j’ai trouvé, mais ce post est pour mes moments heureux. On parlera plus tard de ce sujet.

Avant d’aller dans le métro pour ma dernière destination, j’ai passé par un magasin Picard. On n’a RIEN comme ça aux États-Unis, et j’ai du le voir !

Hélas, j’ai pris trop de photos et le propriétaire m’a sorti du magasin. Il n’a pas du tout arrivé à croire qu’un touriste s’intéresserait à un tel magasin.

Finalement, c’était le temps pour un dîner très spécial. J’ai pris le métro pour aller dans un resto de l’un de mes chefs préférés, Pierre Gagnaire. À Las Vegas, il a un resto appelé Twist, et c’est l’un des trois meilleurs de ma vie. Bienvenue chez Gaya (1 étoile Michelin) :

Voici la carte :

Moi, j’ai choisi la marinière de coquillages. Et la carte de desserts, d’où j’ai choisi les « Simone Amarelli » :

Tout était merveilleux, surtout le fromage Comté à 36 mois. J’adore le Comté, mais tout ce que je peux trouver ici, ne passe que 3 mois en cave. Je vais vous dire une autre histoire sur ce plat de fromages une autre fois. Vous serez fiers de votre pays.

Demain, la fin triste du voyage, mais il y aura plusieurs posts de plus pour parler de certaines expériences sur mon chemin. La France me manque tellement.

3 réflexions au sujet de « La balade extraordinaire »

  1. Ping : La bienveillance des français | Un Coup de Foudre

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s