La « Coupe du monde littéraire »

Je vous ai mentionné que La bibliothèque Roz a écrit sur ce tag, originalement de la chaîne YouTube Bouquins & Books. (Vidéo en anglais.) L’idée est de choisir 11 auteurs — comme une équipe de foot — pour représenter votre pays. En plus, si on connaît assez bien les règles de foot, d’expliquer pourquoi les postes vont avec chacun. Franchement, bien que j’aie joué au foot pendant toute ma jeunesse, et j’aie été coach de l’équipe de ma fille, cette partie ne m’intéresse pas trop. Mais 11 auteurs, oui, ça m’intéresse beaucoup.

On commence avec notre Thierry Henry, notre Zidane, Herman Melville. On parle souvent de la question « Quel est le Grand Roman Anéricain ? ». Beaucoup de monde vous direz Gatsby le Magnifique. Même s’il était écrit en France, ils ont tort. C’est Moby-Dick. La moitié du livre n’avance même pas l’histoire, mais parle plutôt de la chasse à la baleine. Mais c’est son génie — on apprend à vivre la vie des personnages. Sa nouvelle Bartleby est considérée très importante, mais je la trouve déroutante.

Sûrement l’autre vedette de cette classe est Mark Twain. Vous pensez en ce moment au générique de Tom Sawyer, je sais déjà. Et oui, c’est un grand roman. Mais moi, je préfère la suite, Les Aventures de Huckleberry Finn, où Huck s’en va avec un esclave en fuite.

Peut-être que vous avez remarqué que tout ici est lié d’une façon ou autre. Mon prochain écrivain est John Dos Passos, pour sa trilogie des années 30s, U.S.A. C’est de la fiction expérimentale avec des petites biographies de vrais personnages historiques interpolées parmi la narration. U.S.A. a inspiré de nombreuses chansons du groupe Rush, mon préféré en anglais depuis le lycée. Essayez surtout The Big Money, d’après son roman traduit en français comme « La Grande Galette ».

Je ne vous déteste pas, alors je viens d’oublier le nom Theodore Dreiser. De rien.

Je me sens obligé de dire Ernest Hemingway, même si je ne l’aime pas. Il a une réputation pour écrire dans un style court et clair. C’est discutable. Lisez L’Heure triomphale de Francis Macomber ou Un endroit propre et bien éclairé, considérées comme des classiques. J’ai dû les lire au lycée. Hemingway et moi, nous n’avons pas parlé depuis ce temps-là.

On peut pas parler de la fiction speculative sans mentionner Isaac Asimov. Je l’estime plus pour ses idées que sa prose. Ses romans du cycle de Fondation (j’ai lu tous sauf le dernier, ce qui était un échec et presque impossible à trouver) et des robots ont formé toute la science-fiction des 60 dernières années aux États-Unis.

Mon auteur préféré de la science-fiction et du roman le plus important du genre (à mon avis), c’est Frank Herbert. Dune est le chef-d’œuvre des chefs-d’œuvre : un mélange de la philosophie, de la politique, de la science, et de l’aventure. Il sait quelque chose à propos de tout et n’importe quoi.

Je ne vous déteste pas, alors je viens d’oublier le nom Tennessee Williams aussi. Encore une fois, de rien.

Un autre auteur comme Herbert, qui sait beaucoup et l’utilise bien dans sa fiction, c’est Michael Crichton. Qu’il soit Jurassic Park, Soleil levant, Harcèlement ou bien Prisonniers du temps, il écrit toujours avec savoir-faire et une connaissance remarquable de ses sujets.

C’est mon équipe, il y a donc une place pour H.P. Lovecraft. Pas de Lovecraft, pas de Chroniques Occultes de Guy-Roger Duvert. C’est aussi simple que ça.

J’ai parlé avec un ami sur celui-ci, et je suis d’accord : faut inclure Joseph Heller pour son roman satirique sur la Seconde Guerre mondiale, Catch 22. Le nom fait référence à une règle fictive de l’armée, où on peut pas la quitter à moins que l’on soit jugé fou, mais vouloir quitter l’armée est une preuve que l’on n’est pas fou. C’est l’un de mes romans préférés, même si c’est devenu complètement réel de nos jours.

Je ne vous déteste pas, alors je viens d’oublier le nom William Faulkner aussi. Encore deux fois, de rien.

La meilleure série de romans de jeunesse que ce pays a produit est sans doute « À Wrinkle in Time, » sorti en France dès 1998 sous le nom Un raccourci dans le temps, par Madeleine L’Engle. Malgré le nom, elle est à nous, pas à vous. (Et ça fait mal au cœur d’écrire ça.) Mais elle vivait près de Chamonix pendant une année et assistait brièvement à l’école en Suisse. De toute façon, ses meilleurs livres traitent de voyages dans le temps, de mondes invisibles, et tous genres de créatures fantastiques. Je la recommande sans hésitation, mais absolument pas du tout la version Disney au ciné, une farce.

Finalement, j’adore les premiers romans d’Anne McCaffrey dans une série appelé La Ballade de Pern en version française. Elle y est restée trop longtemps pour mes goûts, mais pendant des décennies, elle a été l’une des autrices les plus célèbres aux États-Unis. Sa trilogie sur une femme qui vit sur une planète de cristal, et qui devient malade si elle part trop longtemps, La Transe du Crystal (lien non-affilié à Amazon.fr), est aussi excellente.

C’est mon XI américain, et contrairement à l’équipe de foot, j’aime ses chances contre les Pays-Bas !

(Crédit de photo pour les réseaux sociaux : Photo par Markbarnes, CC BY-SA 3.0)

12 réflexions au sujet de « La « Coupe du monde littéraire » »

  1. Bernard Bel

    Je garde cette précieuse liste sous le coude, ayant lu trop peu des auteurs cités… Il est vrai que j’oublie vite les titres, les auteurs, les acteurs de films et les noms des gens en général !

    En ce moment, je lis à haute voix avant de dormir (sur Kindle) « Les Aventures de Huckleberry Finn » en version française. C’est admirablement bien écrit, avec juste ce qu’il faut d’humour, et ce qui est bien écrit passe souvent très bien en traduction…

    Aimé par 1 personne

    Répondre
      1. Bernard Bel

        C’était mon principal souci quand j’enseignais dans un lycée ! Avec l’avantage d’être impartial dans les corrections de travaux d’élèves…

        J’ai entendu dire que les gens qui ont appris très tôt à lire ont de la difficulté à retenir les visages car c’est la même zone du cerveau qui est impliquée. Vrai ou pas, c’est une bonne excuse. 😉

        Aimé par 1 personne

  2. les2olibrius

    D’une d’Herbert m’avait tant plu que j’avais deux fois la série pour la fournir à mes enfants… Finalement, nous avons tous lu la saga, vu les deux adaptations, tant bavardé à son sujet… Que les bouquins sont dans un coin de ma 🏡 en compagnie de plusieurs Asimov… Ils sont sur des étagères dont ils ne sortent plus comme de vieux parents en Ephad. Rare est le temps que nous consacrons à en relire une page… Ils ont nourri notre imaginaire, forgé notre passion pour la SF… Et maintenant ils prennent la poussière !

    Aimé par 2 personnes

    Répondre
  3. Ping : Épisode 38, des macarons au jardin | Un Coup de Foudre

  4. Ping : Le bilan de l’année 2022 | Un Coup de Foudre

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s