L’Appel d’Am-Heh

Notre héros se blottit sous la couverture. Toute sa vie l’avait amené jusqu’à ce livre ; la lecture obsessive de H.P. Lovecraft à l’université, les leçons de français, le commencement d’un blog. Il n’y eut aucune coïncidence — le livre réunit tous ses intérêts. Mais le passé simple partout ne lui laissa qu’une seule remédie ; il dut s’arracher les yeux…

Oh, désolé, je ne vous vis pas ! Le truc avec les yeux, vous comprenez. J’étais en train d’écrire mon propre calepin selon la façon de l’auteur Guy-Roger Duvert. Recommençons au début !

Il y a quelques mois, la blogueuse Light & Smell m’a présenté l’œuvre d’un auteur français, M. Duvert. J’ai lu sa critique des Disparus d’Arkham, et en tant que fan de H.P. Lovecraft, ce nom était assez pour piquer ma curiosité. Mais elle m’a conseillé de commencer avec le premier livre de la série, L’Appel d’Am-Heh. Ça sent L’Appel de Cthulhu — pas besoin de me le dire deux fois ! Je l’ai acheté, et bien que ce soit la chose la plus difficile que j’aie lu, je suis ici maintenant pour vous le recommander. Fortement.

Je dois ajouter que ce livre ne sera pas du tout difficile pour vous. C’est écrit presque complètement dans le passé simple, et pour moi, c’est un défi. Mais vous savez déjà que je n’aime pas faire les choses simples, et que je suis aussi un m’as-tu-vu horrifiant ([Aussi horrifiant qu’Am-Heh, en effet ! — Mon ex]).

Au fait, ne me croyez pas sur parole quant aux yeux. Des moments comme celui-ci se passent à plusieurs fois pendant le livre :

Le visage de l’homme était couvert de sang, les orbites oculaires vides, les yeux semblant avoir été arrachés.

Chapitre 43

C’est plus ou moins un trope dans la fiction lovecraftienne, où les horreurs découvertes par les enquêteurs sont aussi horribles qu’ils ne veulent plus voir ou vivre. Et non, c’est pas vrai que le passé simple m’a dérangé jusqu’à un tel point — mais ça m’a tellement fait mal à la tête, car je ne m’y habituais pas du tout. La récompense ? Ça n’ira plus me donner des problèmes ! (Car les yeux sont déjà…vous le savez !)

Notre aventure commence en Égypte, où un archéologue, Rick Nighy, découvre un temple consacré à un dieu égyptien, Am-Heh. Au-dedans il découvre une tablette plutôt comme la Pierre de Rosette. Il est cogné par son guide local, qui est à son tour tué par un assassin inconnu.

On passe aux États-Unis, où un policier, Mack parle avec son ami, Milton Blake — on va parler des noms dans ce livre demain. On lit d’un monstre encore plus horrible que n’importe quel démon lovecraftien, les mœurs américaines :

Un de ces quatre, je vous parlerai de pourquoi la bise me fait plus de peur que tous les escargots en Bourgogne. Il suffit de noter ici que « faire un câlin » est la traduction habituelle de « hug, » et c’est vraiment pas si exotique.

Notre détective, Milton, est embauché par Miskatonic University pour travailler avec une autre archéologue, Kristen Dankworth, ancienne copine de Rick, à laquelle il a envoyé la moitié de la tablette. Leur tâche ? Récupérer l’autre moitié et la remettre à Miskatonic. En Égypte, les deux se retrouvent avec Howard Brixton, ancien espion britannique devenu aventurier. Il s’avère que Rick est mort et la tablette est partie, ce qui lancera une chasse à travers la France, l’Allemagne et au-delà pour la retrouver.

Je ne veux pas gâcher tout le livre en vous racontant l’histoire entière, comme je fais avec les films. Mais je veux vous expliquer comment savoir que vous êtes aux mains d’un maître avec ce livre.

M. Duvert suit la convention de rendre hommage à L’Appel de Cthulhu. Mais au lieu de citer le Necronomicon, Milton découvre une statue qui ressemble à Cthulhu, et pense l’expression que j’ai mentionnée, « N’est pas mort… ». Plus tard, Kristen apprend « la Clé », une invocation d’Am-Heh qui rappelle « Cthulhu fhtagn » mais qui ne sert que l’histoire. Vous souvenez-vous du fait que j’ai mentionné « Les montagnes hallucinées » ? Le père de Kristen est mort pendant exactement cette expédition-là. Il y a un parallèle beaucoup plus profond entre les structures des deux histoires, qui m’a bouleversé en lisant les derniers chapitres mais ça vous reste à découvrir.

Il y a plein de détails réels : au lieu du Necronomicon, Kristen aperçoit De Praestigiis Daemonum, un vrai livre du XVIe siècle ; un égyptologue allemand, Lepsius, a vraiment découvert une nécropole, et un autre, Borchardt, le Temple Solaire ; les Nazis étaient vraiment obsédés par l’occulte avec l’aide de la Société Thulé. Tout ça, c’est-à-dire que M. Duvert comprend complètement comment écrire ce genre d’histoire sans copier.

J’ai quelques petites plaintes, mais ne les prennent pas trop sérieusement. Quant à la langue : les trois personnages principaux sont censés être anglophones, mais ils parlent dans un français très idiomatique. Ça va vu la langue du livre. Mais ici et là, l’auteur met Hey, Relax, ou Yep dans leurs bouches — pour moi, ça brise la concentration. Il y a eu ce que j’appelle « l’instant Scoubidou » dans un cimetière — pas grave, mais un peu trop facile face à une impasse. Et j’aurais préféré que Kristen ne s’était pas plainte comme ça :

Kristen ne put s’empêcher une petite grimace. — C’est ça, la cuisine française ? C’est pas très bon.

Les stéréotypes viennent de quelque part, et je l’assume, mais il me semble qu’elle a déjà trop expérimenté dans sa vie pour dire une telle chose. En plus, qu’elle est trop éduquée pour la dire à sa hôtesse.

Mais je ne veux pas finir par vous laisser la mauvaise impression ! Quant à la langue, quand Milton dit « J’adore ce plan. Qu’est-ce qui pourrait ne pas fonctionner ? », je l’ai entendu dans la tête comme dans SOS Fantômes en anglais (« I love this plan! »). Ses personnages sont très naturels, je les adore tous, et j’ai déjà acheté la suite.

10 réflexions au sujet de « L’Appel d’Am-Heh »

    1. jeliotb Auteur de l’article

      Je croyais que j’allais lire ce livre dans les avions en mai. HAHAHAHA, comme j’étais naïf ! Mais ça valait la peine et je suis ravi de savoir qu’il y a encore plus de livres de M. Duvert que tu as mentionnés disponibles ici.

      Aimé par 1 personne

      Répondre
      1. Light And Smell

        Oui, l’auteur est prolifique même si ses autres romans se situent plutôt dans le domaine de la SF.
        Je sais que tu es plutôt porté sur les films classiques français, mais à tout hasard, il a réalisé un film : Virtual Revolution.

        Aimé par 2 personnes

  1. Ping : L’épisode d’Am-Heh | Un Coup de Foudre

  2. Ping : C’est le 1er, je balance tout ! juillet 2022 | Light & Smell

  3. Ping : Les Disparus d’Arkham | Un Coup de Foudre

  4. Ping : Claire, le prénom de la honte | Un Coup de Foudre

  5. Ping : La « Coupe du monde littéraire » | Un Coup de Foudre

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s