Les deux tours, revisité

Il y a un an, j’ai écrit sur les points en commun du Tour de France et mon Tour des Départements. Complètement par hasard, j’ai eu l’occasion d’y penser aujourd’hui quand on a demandé dans « Everything French » pour des recettes pour les différentes étapes. L’année dernière, on avait très peu en commun. Cette fois-ci, je suis prêt ! On va traverser la liste d’étapes. (Pour un autre exemple de « cuisiner le Tour », voilà un blog en anglais.)

Mais je dois commencer avec l’observation que les organisateurs sont bien perplexes à propos de la carte de France. Il y a des étapes au début dans des villes avec de tels noms que Copenhague, Nyborg, et Sønderborg. Je n’arrive pas à les trouver sur ma carte. Bizarre, leur sens de l’humour. (L’équipe 1er degré, merci de vous rappeler qu’OSS 117 est le héros du blog.)

Le Tour français commence avec une étape de Dunkerque à Calais. Nous n’avons pas encore atteint leurs départements, mais heureusement, j’ai vu une carte de Calais au début de La Grande Vadrouille :

©️Studiocanal

Le tour reste dans le Nord, puis passe par les Ardennes, notre premier point en commun, en arrivant ce même jour-là en Meuse et Meurthe-et-Moselle. Des Ardennes, je peux vous offrir la cacasse à cul nu et la galette à suc’. Mais je ne vais pas vous mentir, je ne les considère pas parmi les grandes réussites du blog. Puis le Tout passe par Vosges et Haute-Saône, et j’ai toujours rien à offrir.

Le lendemain, il y a un tour de magie, et les cyclistes partent du Jura vers la Suisse. Comment sautent-ils de la Haute-Saône au Jura ? Je ne suis pas physicien, alors ne me le demandez pas. Mais dans le Jura, on a l’un de mes dîners préférés, le soufflé au Comté et les bugnes de Carnaval. De la Suisse, ils retournent en Haute-Savoie, et j’ai encore une fois rien à offrir.

Deux jours plus tard, c’est la Savoie aux Hautes-Alpes. Aux Hautes-Alpes, on trouve les rissoles et la tarte du Champsaur à la myrtille. Ce dernier est l’un de mes desserts préférés du blog, mais on peut voir qu’à l’époque, il me restait beaucoup à apprendre sur étaler les pâtes. Un jour, j’espère que je referai tous les plats du blog pour un autre projet. Vous pouvez peut-être deviner quoi.

Puis le Tour arrive en Isère, l’un des triomphes du blog. Profitez de la truite grenobloise et surtout le pain de Modane. Le Tour continue par Rhône, et arrive en Loire. Là-bas, il y a le saucisson brioché et la pompe aux pommes. L’étape suivante passe par Haute-Loire, jusqu’en Lozère (notre prochain département). Pour ce jour, on a les lentilles du Puy et les douceurs des Sucs, ce dernier étant un exclusif du blog.

Pour le 15e étape, il y a un autre saut miraculeux de la Lozère à l’Aveyron pour commencer. Cette étape passe par la Haute-Garonne pour finir dans l’Aude. De la Haute-Garonne, je vous offre la souris d’agneau confite au miel et l’un des meilleurs desserts du blog, le fénétra. Notre dîner aveyronnais, les farçous et la flaune était pas mal, mais pour ce jour-là, je préfère la Haute-Garonne. Mon dîner audois, la tarte aux asperges et le clafoutis aux cerises, en est un que je préférerais oublier. Le clafoutis était merveilleux ; la tarte aux asperges est mon pire échec (ici, merci de ne pas me rappeler de mon ex).

Mais la 16e étape nous amène dans l’Ariège pour le dessert Coup de Foudre préféré des Français selon mes statistiques, la croustade de Couserans. Ma soupe de ce jour-là, l’aïgo bullido, n’a rien de spécial — mais ma croustade reste le deuxième résultat chez Google, en haut de leur propre site de tourisme ! Vous n’avez aucune idée à quel point ça fait chaud au cœur.

Le Tour de France traverse les Pyrénées pendant les deux étapes suivantes, où nous n’avons pas encore visitées. Mais pour la 19e étape, vous avez un choix entre le Gers et le Lot. Du Gers, il y a le cassoulet et le pastis gascon ; du Lot, l’agneau et croute de noix et la cajasse quercynoise. Gardez peut-être le dîner lotois pour la 20e étape car elle est complètement dans le Lot. Le Tour de France termine en Île-de-France, et ça fera longtemps avant que nous y visitions.

C’est peut-être pas surprenant — on a déjà visité la moitié de la France métropolitaine, et j’ai des recettes pour la moitié des étapes. Le temps que le prochain Tour arrive, nous serons presque finis (avec le Tour, pas le blog).

6 réflexions au sujet de « Les deux tours, revisité »

  1. Bernard Bel

    Je confirme que la croustade de Couserans mérite le maillot jaune !
    Chaque fois que j’en prépare, les invités me demandent où se trouve Couserans et je dois leur expliquer que ce n’est pas tout à fait en Californie… 😉
    En tout cas, ceux qui vont suivre le Tour de France à la TV en cuisinant vos recettes à chaque étape ont peu de chances de perdre des kilos ! 🙂

    Aimé par 1 personne

    Répondre
  2. Náriël

    J’ai été biberonnée au Tour de France, c’étaient les 3 semaines saintes pour mon grand-père 😆 J’ai été traînée quelque fois le long des routes pour voir passer la course, bon, la course ne m’intéressait que moyennent, je préférais la caravane publicitaire. 🤣
    Si enfant, je n’appréciais pas forcément ces 3 semaines, où bizarrement, ma mère m’envoyait systématiquement en vacances chez mes grands-parents. Devenue adulte, je prends plaisir à regarder quelques étapes, cela permet de découvrir des paysages, des villes, des spécialités culinaires 😀
    Merci pour ce double Tour de France 🙂

    Aimé par 1 personne

    Répondre
  3. Ping : Épisode 16 | Un Coup de Foudre

Répondre à Light And Smell Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s